En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Cuba : géographie physique

Allongée sur 1 250 km un peu au sud du tropique du Cancer, large de 30 à près de 200 km, Cuba est la plus grande île des Antilles (105 007 km2). Elle se situe à l'entrée du golfe du Mexique, entre le détroit de Floride et le seuil du Yucatán. Près de 80 % du territoire sont constitués de plaines et de bas plateaux formés de roches calcaires, d'âge secondaire et tertiaire, faiblement soulevés dans la seconde moitié du tertiaire. Les plaines sont recouvertes d'argile de décalcification et d'alluvions fines. Les plateaux sont plus ou moins disséqués par l'érosion karstique ; ils s'étendent surtout au centre. À l'ouest, les calcaires ont été soulevés en blocs fortement attaqués par l'érosion karstique (sierra de los Organos, 600 m d'altitude). Au centre, la table calcaire a été traversée par des montées volcaniques anciennes et soumises au métamorphisme (sierra de Trinidad, Cordillère centrale). Au sud-est, elle s'appuie au complexe montagneux sierra Maestra-sierra de Cristal orienté de l'ouest à l'est, associé à la fosse de Bartlett (− 7 239 m) et constitué principalement de roches métamorphiques soulevées à la fin du secondaire et au début du tertiaire. Escarpée, densément boisée, la sierra Maestra a servi de refuge et de point de départ de la révolution de 1958. Les dépendances de Cuba reposent sur son vaste plateau continental (−20 m) immergé lors de la transgression récente. L'île des Pins (rebaptisée île de la Jeunesse) est formée de collines de roches métamorphiques au nord, d'une plaine calcaire au sud et de marécages au centre. Les autres îles, regroupées en archipels (Jardins de la Reine, Jardins du Roy), ne sont que des îlots coralliens.

De type tropical, le climat est modérément pluvieux : température moyenne annuelle de 25 à 26 °C, avec de faibles écarts saisonniers (cependant avec possibilité de coups de vent froids l'hiver, les nortes) ; des pluies relativement abondantes (moyenne annuelle de 1 200 mm), surtout dans le nord-est de l'île, concentrées de juin-juillet à novembre-décembre (avec possibilité de cyclones). Des forêts plus ou moins claires et caducifoliées recouvraient à l'état naturel les plaines et les plateaux ; avec les défrichements, elles ont été éliminées ou transformées en savanes. La forêt dense s'étendait sur les montagnes de l'Oriente ; elle a été très entamée et dégradée en fourrés épais par l'agriculture itinérante. La nature calcaire des roches et l'écoulement karstique des eaux réduisent le réseau hydrographique de surface à des ruisseaux saisonniers et à de petites rivières côtières ; seul celui du Cauto dans l'Oriente est organisé. Mais les ressources en eau sont abondantes en profondeur et peuvent être utilisées. Les conditions du milieu donnent un excellent potentiel pour l'agriculture et l'élevage, 80 % des sols étant utilisables.

Pour en savoir plus, voir les articles population de Cuba et activités économiques de Cuba.