En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Croix-Rouge

Drapeau de la Croix-Rouge
Drapeau de la Croix-Rouge

Organisation internationale à vocation humanitaire, fondée pour venir en aide aux victimes de la guerre.

1. L'œuvre d'Henry Dunant : de Solférino au droit international humanitaire

Fondée en 1863 par le Suisse Henry Dunant, qui s'était ému du sort des soldats blessés lors de la bataille de Solferino (1859), la Croix-Rouge fut reconnue par la Convention de Genève du 22 août 1864.

À partir de 1863 apparaissent les premières associations, et, à leur tête, le Comité des cinq (outre Dunant, ses compatriotes Moynier, Appia, Maunoir et le général Dufour), qui élabore et fait adopter la convention de Genève (22 août 1864).

L'œuvre d'Henry Dunant débouche sur un nouveau concept : celui de droit international humanitaire, qu'ont instauré les Conventions de Genève de 1864 puis de 1949 et leurs Protocoles additionnels (1977, 2005). Il s'agit de traités internationaux édictant les règles essentielles qui fixent des limites à la barbarie dans la conduite de la guerre. Ils protègent aussi bien les personnes qui ne participent pas aux hostilités (populations civiles, professionnels de santé, membres d’organisations non gouvernementales (ONG) que celles qui ne prennent plus part aux combats (blessés, malades, naufragés, prisonniers de guerre).

En dehors du temps de guerre, la Croix-Rouge participe à un grand nombre d'actions humanitaires, d'entraide, de secours en cas de calamités ou d'accidents, d'interventions médico-sociales, etc.

2. Structure de la Croix-Rouge

La structure de la Croix-Rouge est originale : elle est représentée sur le plan international par le Comité international de la Croix-Rouge (CICR), successeur, dès 1880, du Comité des cinq et, comme lui, uniquement composé de citoyens suisses, dont le nombre a été porté à dix-huit puis à vingt-cinq.

Le 5 mai 1919, un nouvel organisme de tutelle – la Ligue des sociétés de la Croix-Rouge – fut créé à l’instigation de la Croix-Rouge américaine, soutenue par les Croix-Rouge de France, de Grande-Bretagne, d’Italie et du Japon : c’est de cet organisme que devait naître la Fédération internationale de la Croix-Rouge.

En 1986, l'appellation Croix-Rouge internationale a été remplacée par celle de Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge.

3. Emblèmes de la Croix-Rouge internationale

Emblème adopté en 1864, la croix rouge sur fond blanc n’est pas le seul signe de reconnaissance de l’aide aux victimes en temps de guerre comme aujourd'hui en temps de paix. Le croissant rouge, d’inspiration islamique, lui a été adjoint en 1949. En 1986, l’un et l’autre sont devenus les emblèmes communs du Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, dont le périmètre englobe le Comité international de la Croix-Rouge (CICR), la Fédération internationale de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge et les 186 sociétés nationales adhérentes de cette fédération. Le Mouvement obéit à sept principes fondamentaux, qui sont : humanité, impartialité, neutralité, indépendance, volontariat, unité, universalité.

La croix rouge et le croissant rouge n’ont pas suffi à faire prévaloir en toute circonstance la notion de stricte neutralité de l’action humanitaire dont ils sont porteurs. De plus, certains États ont parfois trouvé difficile de s’identifier à l’un plus qu’à l’autre. C’est pourquoi les États adhérant aux Conventions de Genève sont convenus, en décembre 2005, de signer un Protocole additionnel à ces conventions, portant création d’un troisième emblème : le cristal rouge, dont l’adoption a été définitivement entérinée en 2007.

Le Protocole de 2005 offre ainsi aux sociétés nationales relevant du Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge la possibilité d’utiliser à leur gré ce nouvel emblème – ou une combinaison d’emblèmes – pour échapper à la symbolique de la croix rouge ou du croissant rouge. Au regard du droit international, le cristal rouge garantit aux personnels militaires ou personnes civiles une protection de même nature que celle des deux emblèmes les plus anciens.

4. La Croix-Rouge française

Fondée en 1940 avec ses statuts actuels, la Croix-Rouge française est une association reconnue d'utilité publique. Présente sur tout le territoire et auxiliaire des pouvoirs publics, elle dispose des moyens humains et matériels qui lui permettent d'être un acteur de premier plan dans le domaine de l'urgence et du secourisme. Forte d’une expertise reconnue, elle propose sur les lieux de travail ou dans les communes de nombreuses formations à la prévention des risques et aux premiers secours. Ses instituts de formation s’adaptent aux parcours professionnels des volontaires.

Pour relever le défi que posent la pauvreté et la précarité croissantes, la Croix-Rouge française accompagne et aide les personnes en grave difficulté, les accueille et les oriente pour faciliter leur démarche de réinsertion. Première institution privée du secteur médico-social et sanitaire, elle ouvre les établissements qu’elle gère aux personnes en perte d'autonomie ou connaissant des difficultés passagères – maisons de retraite, établissements de soins de suite et de réadaptation, instituts médico-éducatifs – ou dispense des services de soins infirmiers à domicile.

Lorsqu’un pays est durement frappé par une catastrophe naturelle ou déchiré par un conflit armé, la Croix-Rouge française a vocation à intervenir dans l’urgence. Mais, au delà de l'urgence, elle finance de nombreux programmes pour améliorer l’accès à l'eau, la sécurité alimentaire et la santé des populations vulnérables.