En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

groupe de Bloomsbury

Ce groupe littéraire et artistique anglais du début du xxe s. doit son nom au quartier de Londres où se tinrent ses premières réunions.

En 1904, à la mort de sir Leslie Stephen – le père de celle qui deviendra Virginia Woolf – ses enfants s'installent au 46, Gordon Square, à Bloomsbury. Dès les mois qui suivent cette installation, la maison devient le lieu de ralliement d'un cercle d'intellectuels, d'écrivains et d'artistes où quelques vieux amis de sir Leslie côtoient les brillants camarades d'université de ses frères, tous membres de la société The Apostles (« les Apôtres »), le plus fermé des clubs d'étudiants de Cambridge. Vanessa et Virginia Stephen seront les égéries de ce cénacle, bientôt baptisé « groupe de Bloomsbury », et où l'on remarque l'écrivain Lytton Strachey et sa sœur Dorothy Bussy, le futur économiste John Maynard Keynes, auxquels se joindront par la suite le critique d'art Roger Fry, l'écrivain et journaliste socialiste Leonard Woolf, le peintre Duncan Grant et, plus tard encore, le romancier Edward Morgan Forster. À Gordon Square, la liberté de parole n'a pas de limites, et les discussions sont volontiers iconoclastes – qu'il s'agisse de défendre l'esthétique postimpressionniste, de faire connaître les premiers travaux de Freud ou de prôner la libéralisation de l'homosexualité.

En 1907, Vanessa Stephen épouse le critique d'art Clive Bell. Sa sœur Virginia épouse en 1912 Leonard Woolf. Les suivant à chacun de leurs déménagements, toujours à l'intérieur du même quartier, le groupe de Bloomsbury se réunira désormais chez « les Woolf ».