En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Cher (18)

Bourges, la cathédrale Saint-Étienne
Bourges, la cathédrale Saint-Étienne

Département de la Région Centre.
Le département appartient à l'académie d'Orléans-Tours, à la cour d'appel de Bourges, à la zone de défense Ouest.

  • Chef-lieu de département : Bourges
  • Chefs-lieux d'arrondissements : Saint-Amand-Montrond, Vierzon
  • Nombre d'arrondissements : 3
  • Nombre de cantons : 35
  • Nombre de communes : 290
  • Superficie : 7 235 km2
  • Population : 311 257 hab. (recensement de 2010)
  • Nom des habitants : Berrichons

Il correspond au haut Berry historique. Département du sud du Bassin parisien, le Cher en reflète l'ordonnancement zonal. Au nord, en lisière des placages argileux de Sologne, dont il n'occupe qu'une faible partie, de larges affleurements crétacés donnent dans le Pays Fort un riche bocage herbager, en Sancerrois, face à la Loire, un vignoble et un élevage caprin réputés (sauvignon blanc, « crottin » de Chavignol), autour de Saint-Martin-d'Auxigny un magnifique verger (la « Forêt »). Au centre, une table calcaire jurassique précocement défrichée et de parcours facile fait de la Champagne berrichonne le cœur du pays (autrefois moutons, aujourd'hui blé, orge, colza). Au sud, dominée par la puissante côte terminale de Champagne, une dépression argilo-marneuse (le Boischaut et la vallée de Germigny) se voue dans son épais bocage (la « Vallée noire » de George Sand) à l'élevage d'embouche (bœufs charolais). Le relèvement rapide du relief au contact du Massif central place au mont Saint-Marien (504 m) le point culminant du département.

Grand département agricole (céréales, oléagineux, élevages, vins, fruits), le Cher a aussi d'importantes industries, héritées de vieilles activités (forges, machines agricoles, armements, porcelaine, verrerie, travail de la laine, confection) et rajeunies par la décentralisation d'après guerre (mécanique, aéronautique, électronique) et d'autres apports extérieurs (pneumatiques, centrale nucléaire à Belleville-sur-Loire). Bourges et Vierzon, aux deux meilleurs carrefours, concentrent les principales. Mais, en dépit d'un secteur tertiaire en extension, le Cher souffre d'une crise chronique de sous-emploi, liée à sa marginalité par rapport aux grands courants de relation nationaux et à Paris, malgré l'autoroute A 71 qui traverse le département vers le sud. Un long exode a vieilli la population, les jeunes continuent d'émigrer, le solde naturel est devenu négatif, la densité du peuplement est tombée, depuis son maximum en 1891, de 50 habitants par km2 à 44 (France, 113). Le taux d'urbanisation n'atteint pas 60 % (France, 76 %). Le rayonnement de Bourges et les aides de l'État au développement régional ne suffisent pas à soutenir le département, en situation difficile.