En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Illyrie

Région montagneuse de la côte orientale et septentrionale de l'Adriatique.

1. De la colonisation grecque à la conquête romaine

Après avoir contribué au peuplement de l'Italie primitive, l'Illyrie connaît la colonisation grecque, qui établit des comptoirs sur la côte et dans les îles : Epidamnos (627 av. J.-C.), Apollonia (600 av. J.-C.), Corcyre la Noire, Lissos, Pharos ou Pharia (Hvar).

Mais l'anarchie hellénique favorise la piraterie, contre laquelle Rome a dû lutter depuis le milieu du iiie siècle av. J.-C.

En 230 av. J.-C., Teuta, veuve du roi Agron, attaque l'Épire et massacre les marchands italiens de Phoinikê. Le sénat envoie deux légats, dont l'un est assassiné. En 229, Teuta, battue, s'engage à ne pas sortir de l'Adriatique au-delà de Lissos. Rome établit son protectorat sur la côte (Parthinie, Atintanie, Epidamnos, Apollonia,Oricos, Corcyre).

Une deuxième guerre illyrienne (220-219) défait Démétrios de Pharos, allié des Romains contre Teuta, mais qui a ensuite ravagé l'Atintanie. Cependant, en 205, la paix de Phoinikê ne laisse aux Romains qu'Apollonia, Epidamnos et Corcyre. L'Illyrie, alliée de Rome pendant la deuxième guerre de Macédoine, infidèle au cours de la troisième, est démembrée en trois cantons indépendants. À partir de 167 av. J.-C., une sorte de commandement militaire est attribué au gouverneur d'une province voisine, Macédoine ou Gaule Cisalpine.

2. Une province de l'Empire romain

Soumis en 33, le pays est érigé (de la Macédoine à l'Istrie et au Danube) en province sénatoriale (27 av. J.-C.), puis, après l'insurrection des Dalmates et des Pannoniens, en province impériale (17 av. J.-C.), administrée par un légat impérial résidant à Salone.

Après de nouvelles opérations menées par Tibère (6-9 apr. J.-C.), la Pannonie en est détachée; la Dalmatie constitue alors une province, et le nom d'Illyricum est réservé à l'ensemble formé par la Dalmatie, la Mésie et la Pannonie. À partir de Constantin, ou plutôt de Constance II, cet Illyricum, qui englobe alors, en outre, Achaïe, Macédoine et Dacie, est attribué parfois à un des préfets du prétoire.

En 379 (partage de l'Empire entre Gratien et Théodose), il est divisé en Illyricum occidental (les Pannonies), uni à la préfecture d'Occident, mais rapidement occupé par les Barbares, et en Illyricum oriental (Dacie et Macédoine, capitale Thessalonique), qui survit dans l'Empire byzantin jusqu'à la constitution des thèmes (Thrace, 687 ; Hellade, 695) et qui garde même un préfet du prétoire à rôle réduit jusqu'à la fin du viie siècle.

Lentement mais assez profondément romanisée (au iiie siècle, les empereurs illyriens sauvent l'Empire), la population est slavisée dans son ensemble dès le vie siècle, sauf les ancêtres des Albanais du xie siècle.