trop

adverbe

(bas latin troppus, troupeau, du francique *thorp, village)

Définitions de trop


  • Indique un excès, une limite dépassée : C'est trop loin.
  • Devant un adjectif, exprime un degré élevé : Vous êtes trop aimable.

Expressions avec trop



  • C'en est trop !,

    c'est aller trop loin, c'est intolérable.
  • De trop, en trop,

    en excédent, plus qu'il ne faut.
  • En faire trop,

    exagérer.
  • Être, se sentir de trop,

    être, se sentir en surnombre, importun.
  • Ne… que trop,

    bien assez, plus qu'il n'en faudrait : Je ne le sais que trop.
  • Par trop,

    renforcement de trop : C'est par trop fort.
  • Littéraire. Par trop,

    indique un très haut degré : L'aventure est par trop étonnante.
  • Trop de,

    indique une quantité excessive de quelque chose, un nombre excessif de personnes ou de choses : Il y a trop de bruit. Trop de gens ignorent cela.

Homonymes de trop



Difficultés de trop


  • EMPLOI

    Trop (+ négation) = guère. Il ne sait trop comment faire. Faites attention, l'escalier n'est pas trop éclairé.

    De trop, en trop sont correctement employés dans : il y en a deux de trop, deux en trop ; un mot de trop ; un verre de trop ; être de trop ; son dernier combat a été le combat en trop.
    recommandation :
    Éviter l'emploi de de trop, en trop là où trop suffit (*en avoir de trop ; *en faire de trop ; *travailler de trop ; *un peu de trop).
    De trop bonne heure.
    Attention à l'ordre des mots ; on dit : vous arrivez de trop bonne heure (et non *trop de bonne heure).

    Par trop (pour trop) est littéraire et vieilli : c'est par trop ennuyeux.

    Trop peut être employé devant un nom en fonction d'épithète ou d'attribut : il est trop rond-de-cuir pour avoir envie de changer de métier.

    Trop faim, trop envie, trop mal, etc. → envie.

    Trop est employé dans un sens atténué, proche de très, dans quelques locutions figées ou semi-figées d'usage courant : vous êtes trop aimable ; c'est trop gentil à vous d'être venu.
    Trop est également employé pour très dans l'usage familier, avec une forte valeur affective : la petite avec son nounours, elle est vraiment trop mignonne.

  • ACCORD

    Trop de (+ nom). Lorsque trop est suivi d'un complément, l'accord se fait le plus souvent avec ce complément : trop de foyers manquent même du nécessaire. Néanmoins, si trop de est mis pour « une quantité excessive de », l'accord au singulier est possible : trop de sucreries fait grossir.

  • CONSTRUCTION

    Trop... pour que (+ subjonctif) : c'est trop insignifiant pour qu'on en tienne compte.


Citations avec trop


  • Jean de La Fontaine (Château-Thierry 1621-Paris 1695)
    […] Rien de trop est un point
    Dont on parle sans cesse et qu'on n'observe point.

    Fables, Rien de trop
  • Anonyme
    Rien de trop.

    Commentaire
    Maxime inscrite sur le temple d'Apollon Pythien à Delphes.

Mots proches

À quelle forme est employé le verbe dans la phrase : « Ce matin, il souffle un vent glacial » ?