transporteur

nom masculin

Définitions de transporteur


  • Personne qui s'engage à assurer le déplacement d'une personne ou d'une marchandise, en vertu d'un contrat de transport terrestre, maritime ou aérien.

Expressions avec transporteur



  • Transporteur à bande,

    synonyme de convoyeur à bande.
  • Transporteur aérien ou transporteur à câbles,

    installation comportant un ou deux câbles auxquels sont suspendues les bennes de transport des matériaux sur de grandes distances.
  • Transporteur à raclettes,

    transporteur constitué par une ou plusieurs chaînes (ou câbles) sans fin, actionnées par une roue motrice et sur lesquelles sont montées des plaques métalliques épousant la section d'une gouttière ou d'un couloir fixe à l'intérieur desquels elles entraînent la marchandise.
  • Transporteur à rouleaux,

    appareil constitué par des cylindres horizontaux, mobiles autour de leur axe, et montés sur une ossature métallique de façon à constituer un chemin de roulement.
  • Transporteur à tablier,

    transporteur constitué par une ou plusieurs chaînes (ou câbles) sans fin, sur lesquelles sont fixées des lattes de bois ou de métal espacées.
  • Transporteur de gaz,

    navire de charge destiné au transport de gaz liquéfiés. (Selon le gaz transporté, il s'agit de butanier, de méthanier, d'éthylénier.)
  • Transporteur de vrac,

    navire de charge destiné au transport de marchandises sèches en vrac.
  • Transporteur élévateur mobile,

    synonyme de sauterelle.
  • Transporteur pneumatique,

    tuyau à l'intérieur duquel de petits colis ou des matières pulvérulentes sont entraînés au moyen d'air comprimé.
  • Transporteurs d'hydrogène,

    série de corps capables de passer facilement de leurs formes oxydées à leurs formes réduites et inversement, jouant ainsi un rôle essentiel dans la respiration cellulaire.

Synonymes de transporteur


Transporteur à bande

Synonyme :

  • convoyeur à bande.
Transporteur à raclettes

Synonyme :

Transporteur élévateur mobile

Synonyme :

Mots proches

Quel mode convient-il d'employer à la suite de la locution « après que » ?