moi

pronom personnel accentué de la 1repersonne du singulier

(latin me)

Définitions de moi


  • S'emploie dans toutes les fonctions et positions des pronoms personnels toniques (apposition à je ou me, sujet d'infinitif ou de participe, après une préposition, après c'est, dans les phrases sans verbe, comme complément postposé d'un impératif) : Moi parti, il ne restera plus personne. Vous pensez comme moi.
  • Marque l'intérêt que prend quelqu'un qui donne un ordre à l'accomplissement de cet ordre : Regarde-moi comment il est habillé.
  • Peut être renforcé par même, auquel il est lié par un trait d'union : Je m'étonne moi-même.

Expressions avec moi



  • À moi !,

    au secours !
  • À moi,

    équivaut dans certaines constructions à un possessif : C'est un ami à moi.
  • De vous à moi, entre vous et moi,

    en secret, entre nous.

Homonymes de moi


  • moie nom féminin
  • mois nom masculin
  • moye nom féminin

Difficultés de moi


  • EMPLOI

    La politesse exige que la personne qui parle se nomme après les autres. On dit donc : vous et moi ; ma femme, mon père et moi. Et non : *moi et vous ; *moi, ma femme et mon père.

  • CONSTRUCTION

    Mènes-y-moi, menez-y-moi. → mener


Citations avec moi


  • Samuel Beckett (Foxrock, près de Dublin, 1906-Paris 1989)
    Je dis je en sachant que ce n'est pas moi.
    L'Innommable, Éditions de Minuit
  • Paul Claudel (Villeneuve-sur-Fère, Aisne, 1868-Paris 1955)
    Quelqu'un qui soit en moi plus moi-même que moi.
    Vers d'exil, Mercure de France
  • Jean Cocteau (Maisons-Laffitte 1889-Milly-la-Forêt 1963)
    Académie française, 1955
    De notre naissance à notre mort, nous sommes un cortège d'autres qui sont reliés par un fil ténu.
    Poésie critique, Gallimard
  • Pierre Corneille (Rouen 1606-Paris 1684)
    - Dans un si grand revers, que vous reste-t-il ?
    - Moi,
    Moi, dis-je, et c'est assez.

    Médée, I, 5
  • abbé Jacques Delille (Clermont-Ferrand 1738-Paris 1813)
    Académie française, 1774
    Vivre pour mes amis, mes livres et moi-même.
    L'Homme des champs
  • Eugène Fromentin (La Rochelle 1820-Saint-Maurice, commune de La Rochelle, 1876)
    Je me suis mis d'accord avec moi-même, ce qui est bien la plus grande victoire que nous puissions remporter sur l'impossible.
    Dominique
  • André Gide (Paris 1869-Paris 1951)
    Le moi est haïssable, dites-vous. Pas le mien.
    Journal, Gallimard
  • André Gide (Paris 1869-Paris 1951)
    Ce que je sens divers, c'est toujours moi.
    Les Nouvelles Nourritures, Gallimard
  • Claude Lévi-Strauss (Bruxelles 1908-Paris 2009)
    Le moi n'est pas seulement haïssable : il n'a pas de place entre un nous et un rien.
    Tristes Tropiques, Plon
  • Marie de France (1154-1189)
    Mais si l'on veut les séparer,
    Le coudrier meurt promptement,
    Le chèvrefeuille mêmement.
    Belle amie, ainsi est de nous ;
    Ni vous sans moi ni moi sans vous.

    Lais, Lai du chèvrefeuille
  • Michel Eyquem de Montaigne (château de Montaigne, aujourd'hui commune de Saint-Michel-de-Montaigne, Dordogne, 1533-château de Montaigne, aujourd'hui commune de Saint-Michel-de-Montaigne, Dordogne, 1592)
    Si on me presse de dire pourquoi je l'aimais, je sens que cela ne peut s'exprimer qu'en répondant : Parce que c'était lui, parce que c'était moi.
    Essais, I, 28

    Commentaire
    Montaigne parle de son amitié avec La Boétie.

  • Blaise Pascal (Clermont, aujourd'hui Clermont-Ferrand, 1623-Paris 1662)
    Le moi est haïssable.
    Pensées, 455

    Commentaire
    Chaque citation des Pensées porte en référence un numéro. Celui-ci est le numéro que porte dans l'édition Brunschvicg - laquelle demeure aujourd'hui la plus généralement répandue - le fragment d'où la citation est tirée.

  • Pierre Reverdy (Narbonne 1889-Solesmes 1960)
    Le moi est haïssable. Aimer le prochain comme soi-même, c'est tout dire.
    Le Livre de mon bord, Mercure de France
  • Paul Valéry (Sète 1871-Paris 1945)
    Harmonieuse MOI, différente d'un songe […].
    La Jeune Parque, Gallimard
  • Paul Valéry (Sète 1871-Paris 1945)
    Le moi est haïssable mais il s'agit de celui des autres.
    Mélange, Gallimard
  • Paul Valéry (Sète 1871-Paris 1945)
    Écrire en Moi-naturel. Tels écrivent en Moi-dièse.
    Rhumbs, Gallimard
  • Épictète (Hiérapolis, Phrygie, vers 50-Nicopolis, Épire, vers 130 après J.-C.)
    Les choses extérieures ne dépendent pas de moi ; ma volonté dépend de moi. Où chercher le bien et le mal ? En moi-même, dans ce qui est mien.
    Entretiens, II, 5, 4-5 (traduction E. Bréhier)
  • Mihály Babits (Szekszárd 1883-Budapest 1941)
    Je suis seul avec moi. Mon être est ma prison,
    Car je demeure, hélas ! ma cause et ma raison,
    L'alpha et l'oméga de mon vocabulaire !

    Épilogue, 4e strophe, 1908
  • James Boswell (Édimbourg 1740-Londres 1795)
    Mon sujet favori, moi-même.
    That favourite subject, Myself.
    Letter to Temple, 22 juillet 1763
  • William Shakespeare (Stratford on Avon, Warwickshire, 1564-Stratford on Avon, Warwickshire, 1616)
    En le suivant, je ne suis que moi-même.
    In following him, I follow but myself.
    Othello, I, 1, Iago

Mots proches

À quelle forme est employé le verbe dans la phrase : « Ce matin, il souffle un vent glacial » ?