maître (Réf. ortho. maitre)

nom masculin

Définitions de maître


  • Personne qui commande ; chose qui dirige la conduite de l'homme : Le maître et l'esclave. L'argent, le maître du monde.
  • Personne qui possède à un degré éminent un talent, un savoir et qui est susceptible de faire école, d'être prise pour modèle : Un tableau de maître. Un maître à penser.
  • Titre donné à un grand artiste, à un grand écrivain à qui on s'adresse.
  • Astrologie

    Astre qui régit un signe et gouverne les facteurs horoscopiques qui s'y trouvent, notamment la maison.
  • Beaux-arts

    1.  Titre donné aux artistes qui ont enseigné leur discipline, qui ont fait école ou ont acquis la célébrité.

    2.  Terme, suivi d'un complément, qui constitue le « nom de commodité » servant à désigner un artiste anonyme du passé. (Le complément peut être le titre de l'œuvre clé autour de laquelle on tente de reconstituer la production de l'artiste [exemple : Maître de l'Annonciation d'Aix], une localité [Maître de Moulins], un commanditaire ou patron [Maître de Rohan], une caractéristique des œuvres [Maître des Demi-Figures], un monogramme non déchiffré [Maître M.S., en Hongrie], etc.)

  • Droit

    Titre que l'on donne aux avocats et aux officiers ministériels (avec majuscule).
  • Histoire

    Nom du troisième grade symbolique maçonnique.
  • Marine

    Officier marinier de grade correspondant à celui de sergent-chef ; tout officier marinier quel que soit son grade, à l'exclusion de major.
  • Militaire

    Titre donné, aux xviie et xviiie s., aux simples soldats de la cavalerie et aux écuyers renommés pour leur article
  • Traditions populaires

    Titre d'un artisan admis à la maîtrise, dans un métier où subsistent des traditions de corporation ou de compagnonnage.

Expressions avec maître



  • Coup de maître,

    acte, ouvrage, tentative particulièrement réussis, qui relèvent d'une grande habileté.
  • De maître,

    se dit de certains biens, de certaines fonctions qui relèvent du service d'un riche particulier : Chauffeur de maître.
  • En maître,

    avec l'autorité d'un chef.
  • Être son (propre) maître,

    ne dépendre de personne et, en particulier, être indépendant professionnellement.
  • Maître d'hôtel,

    personne qui dirige le service de la table.
  • Maître d'œuvre,

    responsable de l'organisation et de la réalisation d'un vaste ouvrage, d'une œuvre de longue haleine.
  • Maître du monde, de l'univers,

    Dieu.
  • Passer maître,

    devenir fort habile : Il est passé maître dans l'art de ne rien dire.
  • Petit maître,

    écrivain, artiste de second plan.
  • Trouver son maître,

    trouver quelqu'un de supérieur dans son domaine.
  • Antiquité

    Maître des offices,

    haut fonctionnaire byzantin, ministre de la maison de l'empereur, qui avait sous ses ordres la garde barbare, la police politique, les corporations professionnelles, les arsenaux et la poste impériale.

    Maîtres de la milice,

    hauts fonctionnaires byzantins institués par Constantin, et placés à la tête de l'armée.
  • Architecture et Bâtiment

    Maître d'état,

    en Suisse, artisan responsable d'un secteur de la construction d'une maison.

    Maître d'œuvre ou maître de l'œuvre,

    au Moyen Âge, directeur des travaux, chef de chantier (c'était parfois l'architecte du monument, parfois un entrepreneur, parfois un gestionnaire) ; aujourd'hui, personne (architecte, ingénieur) ou organisme qui dirige un chantier, après avoir exécuté les plans de l'ouvrage.

    Maître d'ouvrage ou maître de l'ouvrage,

    personne physique ou morale (propriétaire, promoteur, collectivité, etc.) pour le compte de laquelle une construction est réalisée.
  • Chorégraphie

    Maître à danser,

    autrefois celui qui enseignait l'art de la danse.
  • Cuisine

    Beurre maître d'hôtel,

    beurre en pommade additionné de persil haché, de jus de citron, de sel et de poivre.
  • Droit

    Maître de l'affaire,

    synonyme de géré.

    Maître des requêtes,

    membre du Conseil d'État chargé de présenter un rapport sur les affaires qui lui sont distribuées.
  • Enseignement

    Maître de conférences,

    dans le corps de professeurs des universités, titre porté par les professeurs du premier échelon de la deuxième classe.

    Maître ès arts,

    ancien titulaire du grade de la maîtrise délivré par la faculté des arts.
  • Équitation

    Maître de manège,

    personne qui tient un manège et qui enseigne l'art de monter à cheval.
  • Histoire

    Grand maître,

    chef d'un ordre militaire, d'un ordre de chevalerie, d'une obédience maçonnique.

    Grand maître des cérémonies,

    officier de la Couronne qui fixait le rang selon les préséances dans les cérémonies.

    Maître des requêtes de l'hôtel,

    magistrat chargé, sous l'Ancien Régime, de recevoir et d'étudier les requêtes adressées au Conseil du roi.
  • Marine

    Maître chargé,

    officier marinier le plus ancien, chargé du matériel d'un service (maître canonnier, maître de manœuvre, etc.).

    Maître d'équipage,

    chef de l'équipage, qui, sous la direction du second capitaine, avait la charge des apparaux de manutention, des matières consommables et de la répartition quotidienne du travail.

    Maître principal,

    officier marinier de grade correspondant à celui d'adjudant-chef.

    Premier maître,

    officier marinier de grade correspondant à celui d'adjudant.

    Second maître,

    officier marinier de grade correspondant à celui de sergent.
  • Métallurgie

    Maître de forges,

    autrefois, propriétaire d'un établissement sidérurgique dont il assumait personnellement l'administration ; aujourd'hui, dirigeant d'un établissement sidérurgique.
  • Militaire

    Maître de chien,

    synonyme de maître-chien.
  • Pêche

    Maître de pêche,

    à bord des grands chalutiers morutiers, matelot pêcheur de grande expérience, placé auprès du capitaine et qui est le véritable chef de l'expédition.
  • Sports

    Maître d'armes,

    en escrime, celui qui possède le 2e degré du brevet d'État, lui permettant d'ouvrir un club et d'enseigner contre rémunération.
  • Traditions populaires

    Maître d'œuvre ou maître ouvrier,

    ouvrier qui commandait les autres dans un atelier.
  • Vénerie

    Maître d'équipage,

    personne qui assure la direction d'une chasse à courre et la responsabilité de l'équipage.

Synonymes et contraires de maître


Personne qui commande ; chose qui dirige la conduite de l'homme.

Synonymes :

Personne qui possède à un degré éminent un talent, un savoir...

Synonymes :

Contraires :

Maître de l'affaire

Synonyme :

Maître de chien

Synonyme :

  • maître-chien.

Homonymes de maître


  • mètre nom masculin
  • mettre verbe

Difficultés de maître


  • ORTHOGRAPHE

    En orthographe traditionnelle (non réformée), avec un accent circonflexe sur le i.

    Maître, joint à un nom de métier pour former un titre, s'écrit sans trait d'union : maître coq, maître graveur, maître imprimeur, maître maçon, maître nageur, maître queux, maître tailleur ; maître à danser (= professeur de danse, autrefois) ; maître chanteur (traduction de l'allemand Meistersinger). → maître-à-danser, maître-assistant, maître-chanteur, maître-chien, maître-penseur.

    Maître de (+ nom au singulier). On écrit avec le complément toujours au singulier : des maîtres de chapelle, des maîtres d'hôtel, des maîtres d'œuvre.

    Maître de (+ nom au pluriel). On écrit avec le complément toujours au pluriel : un maître d'armes, un maître de cérémonies, un maître de forges ; un maître des requêtes ; un maître de conférences → maître-assistant.

    Maître, titre des avocats et des officiers ministériels. Maître est le titre donné aux avocats, aux avoués, aux huissiers, aux notaires, aux commissaires-priseurs. Maître Choukroun, avocat à la Cour. Croyez Maître Choukroun… - Abréviation : Me (ou Me). Me Rocoux, notaire à Paris.


Citations avec maître


  • Pierre Augustin Caron de Beaumarchais (Paris 1732-Paris 1799)
    Aux vertus qu'on exige dans un domestique, Votre Excellence connaît-elle beaucoup de maîtres qui fussent dignes d'être valets ?
    Le Barbier de Séville, I, 2
  • Pierre Augustin Caron de Beaumarchais (Paris 1732-Paris 1799)
    Je voudrais que chacun ne fût pas plus égaux l'un que l'autre. Les maîtres seraient bien attrapés !
    Les Deux Amis ou le Négociant de Lyon, IV, 1

    Commentaire
    C'est un domestique qui parle.

  • Jacques Bénigne Bossuet (Dijon 1627-Paris 1704)
    Où il n'y a point de maître, tout le monde est maître ; où tout le monde est maître, tout le monde est esclave.
    Politique tirée des propres paroles de l'Écriture Sainte
  • Jean-François Collin d'Harleville (Maintenon, Eure-et-Loir, 1755-Paris 1806)
    Académie française, 1803
    Rarement un valet dit du bien de son maître.
    Les Châteaux en Espagne
  • Pierre Corneille (Rouen 1606-Paris 1684)
    Le temps est un grand maître, il règle bien des choses.
    Sertorius, II, 4, Viriate
  • Jean-François Casimir Delavigne (Le Havre 1793-Lyon 1843)
    Académie française, 1825
    Quoi que fasse mon maître, il a toujours raison.
    Louis XI
  • Philippe Néricault, dit Destouches (Tours 1680-Villiers-en-Bière 1754)
    Académie française, 1723
    Par les airs du valet, on peut juger du maître.
    Le Glorieux, IV, 5, Lycandre
  • Pierre Drieu La Rochelle (Paris 1893-Paris 1945)
    […] Sans dieux ni maîtres, ceux-là étant morts, ceux-ci n'étant pas encore nés, nous n'avons que notre jeunesse.
    Mesure de la France, Grasset
  • Alexandre Dumas dit Dumas fils (Paris 1824-Marly-le-Roi 1895)
    L'argent […] est un bon serviteur et un mauvais maître.
    Préface de la Dame aux camélias
  • Étienne de La Boétie (Sarlat 1530-Germignan, Médoc, 1563)
    C'est un extrême malheur que d'être assujetti à un maître, dont on ne peut être jamais assuré qu'il soit bon, puisqu'il est toujours en sa puissance d'être mauvais quand il voudra.
    Discours de la servitude volontaire
  • Jean de La Bruyère (Paris 1645-Versailles 1696)
    Les hommes veulent être esclaves quelque part, et puiser là de quoi dominer ailleurs.
    Les Caractères, De la cour
  • Jean de La Fontaine (Château-Thierry 1621-Paris 1695)
    Il n'est, pour voir, que l'œil du maître.
    Fables, l'Œil du maître
  • Jean de La Fontaine (Château-Thierry 1621-Paris 1695)
    Notre Ennemi, c'est notre Maître :
    Je vous le dis en bon françois.

    Fables, le Vieillard et l'Âne
  • Jean-Baptiste Poquelin, dit Molière (Paris 1622-Paris 1673)
    Il le faut avouer, l'amour est un grand maître.
    Ce qu'on ne fut jamais, il nous enseigne à l'être.

    L'École des femmes, III, 4, Horace
  • Henry Millon de Montherlant (Paris 1895-Paris 1972)
    Académie française, 1960
    Les jeunes gens n'ont pas besoin de maîtres à penser, mais de maîtres à se conduire.
    Carnets, Gallimard
  • Marcel Pagnol (Aubagne 1895-Paris 1974)
    […] Éternellement la science des maîtres passera dans le cœur des disciples, dans un grand silence attentif, comme cette huile rousse de mes collines qui coule du pressoir dans la jarre par un long fil d'or immobile, sans faire de bulles, sans faire de bruit.
    Cinématurgie de Paris, Pastorelly
  • Antoine de Saint-Exupéry (Lyon 1900-disparu en mission aérienne en 1944)
    L'esclave fait son orgueil de la braise du maître.
    Terre des hommes, Gallimard
  • Michel Jean Sedaine (Paris 1719-Paris 1797)
    Académie française, 1786
    Il faut qu'un domestique soit bien sot lorsque, au bout de sept ans, il ne gouverne pas son maître.
    La Gageure imprévue, 18
  • Paul Valéry (Sète 1871-Paris 1945)
    Les maîtres sont ceux qui nous montrent ce qui est possible dans l'ordre de l'impossible.
    Mélange, Gallimard
  • François Marie Arouet, dit Voltaire (Paris 1694-Paris 1778)
    Qui que tu sois, voici ton maître :
    Il l'est, le fut, ou le doit être.

    Poésies mêlées, XLIII

    Commentaire
    Cette inscription pour une statue de l'Amour est rappelée par Balzac dans les premières pages du Père Goriot.

  • Bible
    Nul ne peut servir deux maîtres. Ou il haïra l'un et aimera l'autre, ou il s'attachera à l'un et méprisera l'autre. Vous ne pouvez servir Dieu et l'Argent.
    Évangile selon saint Matthieu, VI, 24
  • Louis Auguste Blanqui (Puget-Théniers 1805-Paris 1881)
    Ni Dieu ni maître.

    Commentaire
    Maxime d'Auguste Blanqui, socialiste et révolutionnaire français, partisan des idées communistes. Il en fit le titre d'un journal qu'il créa après la Commune.

  • Confucius en chinois Kongzi ou Kongfuzi [maître Kong] (551-479 avant J.-C.)
    Entendre ou lire sans réfléchir est une occupation vaine ; réfléchir sans livre ni maître est dangereux.
    Entretiens, I, 2 (traduction S. Couvreur)
  • Confucius en chinois Kongzi ou Kongfuzi [maître Kong] (551-479 avant J.-C.)
    Le Maître ne parlait pas des choses extraordinaires, ni des actes de violence, ni des troubles, ni des esprits.
    Entretiens, IV, 7 (traduction S. Couvreur)
  • Baltasar Gracián y Morales (Belmonte 1601-Tarazona 1658)
    Il n'est point de maître qui ne puisse être disciple.
    No hay maestro que no pueda ser discípulo.
    El criticón, III, 6
  • Aleksandr Sergueïevitch Griboïedov (Moscou 1795-Téhéran 1829)
    Ce que nous avons le plus à redouter, c'est la colère des maîtres et aussi leur affection.
    Le Malheur d'avoir trop d'esprit, I, 2
  • Léonard de Vinci (Vinci, près de Florence, 1452-château de Cloux, aujourd'hui Clos-Lucé, près d'Amboise, 1519)
    Piètre disciple qui ne dépasse pas son maître.
    Carnets
    Tristo è quel discepolo che non avanza il suo maestro.

Mots proches

Parmi les mots suivants, lequel est bien écrit et ne comprend réellement que des « i » ?