leçon

nom féminin

(latin lectio, -onis, lecture)

Définitions de leçon


  • Enseignement donné en une séance par un professeur à une classe, à un élève, à un groupe d'élèves : Faire une leçon d'histoire. Donner une leçon particulière.
  • Dans un livre, ensemble des exercices, des indications didactiques correspondant à une période déterminée d'enseignement (heure, semaine, etc.) : La couture en quinze leçons.
  • Ce qu'un professeur donne à apprendre, ce qu'un élève doit apprendre et éventuellement réciter : Réviser ses leçons.
  • Conseil, avis, règle de conduite, qu'on donne à quelqu'un : Je n'ai pas de leçons à recevoir de vous.
  • Avertissement salutaire tiré d'un événement, en particulier désagréable (erreur, faute, mésaventure) : Ça lui servira de leçon.
  • Lecture liturgique de l'office (pour la messe, on parle de lecture).
  • Chacune des interprétations offertes par les différentes copies ou les différents éditeurs d'un texte.

Expressions avec leçon



  • Avoir (bien) appris la, sa leçon,

    répéter fidèlement ce qu'on nous a prescrit de dire et non ce que l'on pense.
  • Donner une (bonne) leçon,

    corriger quelqu'un par des paroles ou par des coups.
  • Faire la leçon à quelqu'un,

    lui dicter en détail sa conduite ; le réprimander, en prenant un ton de maître.
  • Pouvoir donner des leçons à quelqu'un,

    lui être supérieur en cette matière, lui en remontrer.

Citations avec leçon


  • Jacques Bénigne Bossuet (Dijon 1627-Paris 1704)
    Celui qui règne dans les cieux, et de qui relèvent tous les empires, à qui seul appartient la gloire, la majesté et l'indépendance, est aussi le seul qui se glorifie de faire la loi aux rois, et de leur donner, quand il lui plaît, de grandes et terribles leçons.
    Oraison funèbre d'Henriette Marie de France, reine de la Grande-Bretagne
  • Jean de La Fontaine (Château-Thierry 1621-Paris 1695)
    Cette leçon vaut bien un fromage sans doute.
    Fables, le Corbeau et le Renard
  • Honoré Gabriel Riqueti, comte de Mirabeau (Le Bignon, aujourd'hui Le Bignon-Mirabeau, Loiret, 1749-Paris 1791)
    Le silence des peuples est la leçon des rois.

    Commentaire
    Prononcée en 1774 par Mgr. de Beauvais évêque de Senez, dans son oraison funèbre de Louis XV, la phrase fut reprise par Mirabeau, le 15 juillet 1789, au moment de l'arrivée de Louis XVI à l'Assemblée constituante. Comme des applaudissements s'élevaient, il s'écria : « Attendez que le roi nous ait fait connaître ses bonnes dispositions. Qu'un morne respect soit le premier accueil fait au monarque dans ce moment de douleur. Le silence des peuples est la leçon des rois. »

Mots proches

Pour les mots « sandwich » ou « match », quel pluriel faut-il utiliser de préférence en français ?