falloir

verbe impersonnel CONJUGAISON

(de faillir, avec l'influence de valoir, du latin fallere, manquer)


Expressions avec falloir



  • Encore faut-il que (+ subjonctif),

    mais il est cependant nécessaire que.
  • Faut-il, fallait-il (+ infinitif), que (+ subjonctif),

    exprime l'étonnement, l'indignation : Faut-il qu'il soit bête pour n'avoir pas compris !
  • Il faut (+ infinitif),

    il est bon, utile de faire telle chose (ironique) : Il faut l'entendre raconter ses exploits !
  • Il faut (+ infinitif), il faut que (+ subjonctif),

    indique l'obligation, la nécessité, le caractère inévitable ; équivaut à devoir et l'infinitif : Il faut que tout soit prêt dans une heure. Il fallut partir : le train arrivait.
  • Il faut que (+ subjonctif), il faut (+ infinitif),

    indique la conjecture, l'hypothèse nécessaire dans la logique du raisonnement : Il faut qu'il soit bien malade pour ne pas venir. Il faut être stupide pour penser cela.
  • Il faut quelque chose, quelqu'un (à quelqu'un),

    quelque chose, quelqu'un est nécessaire à quelqu'un ou pour telle ou telle destination, intervention, etc. : Il faut du repos à votre père. Il me faut un collaborateur.
  • (Il) faut voir,

    exprime l'admiration, l'étonnement ou le scepticisme : Il faut voir comme il lui a répondu.
  • (Il) faut vous dire que (+ indicatif),

    sert d'introduction à un récit parlé, à un commérage, etc.
  • Qu'est-ce qu'il ne faut pas entendre (voir) !,

    indique la surprise indignée devant telle ou telle assertion, action.

Synonymes de falloir


Il faut quelque chose, quelqu'un (à quelqu'un)

Synonymes :

  • c'est nécessaire - il convient - il sied - on doit

Homonymes des variantes de falloir



    faille

  • faille nom féminin

Difficultés de falloir


  • CONJUGAISON

    Ce verbe ne se conjugue qu'à la 3e personne du singulier.
    Le participe passé fallu est toujours invariable : la patience qu'il nous a fallu.

  • EMPLOI

    Il faut / il vaut mieux. Ne pas mêler les deux constructions. On dit il faut partir tôt demain matin, mais il vaut mieux partir tôt demain matin (et non *il faut mieux...) ; il faut indique une obligation, une nécessité, alors que il vaut mieux n'indique qu'une préférence.

    Tant s'en faut. On dit correctement : ce travail n'est pas bon, tant s'en faut ; il n'a pas failli à la tâche, tant s'en faut (= loin de là, bien au contraire). La langue orale non surveillée utilise dans le même sens l'expression loin s'en faut, issue par croisement de tant s'en faut et de loin de là.
    recommandation :
    Éviter loin s'en faut dans l'expression soignée, en particulier à l'écrit. Employer tant s'en faut.

  • CONSTRUCTION

    Avec comme. On dit indifféremment : il lui a parlé comme il fallait ou comme il le fallait.

    Ce qu'il faut. Falloir demande la construction impersonnelle.
    recommandation :
    Dire et écrire : ce qu'il faut (j'ai ce qu'il faut ; ce qu'il faut maintenant, c'est faire vite).
    remarque
    La langue parlée familière donnant aujourd'hui à il la prononciation i, il n'est pas rare d'entendre à l'oral *ce qui faut, solécisme qui se retrouve parfois dans la langue écrite (*j'ai ce qui faut). → ce(ce qui / ce qu'il).

    S'en falloir (= manquer) se construit avec le subjonctif.
    Sans ne explétif en tournure affirmative : il s'en faut de beaucoup que j'aie tout remboursé.
    Avec ne explétif en tournure négative ou restrictive : il ne s'en est pas fallu de beaucoup que vous ne tombiez ; peu s'en faut qu'elle ne nous abandonne.
    Avec ne pas si la subordonnée a un sens négatif : il s'en est fallu de peu qu'il ne nous voie pas (= il a failli ne pas nous voir).

    Il s'en faut, il s'en faut de. .. : elle n'a pas réussi, il s'en faut ; je ne peux pas l'acheter, il s'en faut de mille euros ; il s'en est fallu de quelques minutes que vous puissiez le rencontrer ; il s'en faut de beaucoup ; il s'en faut de peu. De peut être omis avec certains adverbes ou quand l'adverbe est placé devant le verbe : il ne s'en faut pas tellement qu'elle réussisse ; il ne s'en est pas beaucoup fallu qu'elle réussisse ; peu s'en faut qu'ils ne soient morts de froid.
    remarque
    Il s'en faut était autrefois employé sans de pour exprimer une différence tenant à la qualité et non à la quantité : ce vin n'est pas aussi bon que celui de l'année précédente, il s'en faut beaucoup. Cet emploi est sorti de l'usage.

Mots proches

Complétez la phrase avec la forme correcte du verbe « bouillir » : « pour mettre les légumes, il faut attendre que l'eau… » :