coup

nom masculin

(bas latin colpus, du latin classique colaphus, du grec kolaphos, soufflet)

Définitions de coup


  • Choc rapide et brutal qui résulte du mouvement d'un corps qui vient en frapper un autre, et, en particulier, choc donné avec une partie du corps ou avec un instrument : Des coups de pied. Recevoir un coup de couteau.
  • Le résultat du choc lui-même : Il heurta sa tête contre la porte, le coup fut très douloureux.
  • Marque laissée par un choc : Avoir le corps noir de coups.
  • Le mouvement rapide de l'objet ou de la partie du corps sans qu'il y ait obligatoirement choc : La chatte nettoyait ses petits à grands coups de langue.
  • Mouvement rapide donné à un objet ou à un instrument qu'on manie ; action de se servir d'un instrument rapidement, sans grand soin ni précision : Se donner un coup de peigne. En quelques coups de crayon, il avait fait son portrait.
  • Acte, événement, nouvelle, etc., qui frappe psychologiquement, moralement : L'annonce de son licenciement fut pour lui un coup terrible.
  • Son rendu par quelque chose qu'on frappe ou sur quoi quelqu'un ou quelque chose frappe : Entendre trois coups frappés à la porte.
  • Décharge et détonation d'une arme à feu ; la munition elle-même : Tirer un coup de feu. Revolver à six coups.
  • Familier. Toute action considérée du point de vue de sa fréquence, de sa répétition ; cas, moment du temps où cette action se fait ; fois, tentative : Ce coup-ci, vous avez gagné.
  • Familier. Action de quelqu'un jugée désagréable, ennuyeuse ou néfaste : Encore un verre de cassé, ça c'est sûrement un coup des enfants.
  • Action surtout préparée à l'avance, combinée, manigancée (souvent péjoratif) ; combine, affaire : Mettre un complice dans le coup.
  • Façon d'attaquer, de manœuvrer dans une lutte, une compétition quelconque, au combat ou dans certains sports : Tous les coups sont permis.
  • Chacune des actions, des combinaisons que fait un joueur dans une partie : Ce coup lui a fait gagner le match.
  • Familier. Boisson, et, en particulier, boisson alcoolisée : Boire un coup.
  • Accès brusque d'un sentiment, d'un état psychique : Un coup de folie.
  • Manifestation brutale d'un élément, d'un phénomène : Coup de tonnerre.
  • Populaire. Partenaire sexuel occasionnel.
  • Sports

    Cycle du mouvement de l'aviron ou de la pagaie.

Expressions avec coup



  • À coups de quelque chose,

    en l'utilisant comme arme principale ou comme unique instrument.
  • À coup sûr,

    sûrement, infailliblement.
  • À petits coups, à grands coups,

    en multipliant une série d'opérations identiques pour faire une action ou en en diminuant beaucoup le nombre : Boire à petits coups, à grands coups.
  • Après coup,

    une fois la chose faite, l'événement s'étant déjà produit.
  • Au coup par coup,

    sans plan précis, selon chaque circonstance qui se présente.
  • Familier. Aux cent coups,

    dans un état de vive inquiétude, perturbé, fortement ému.
  • Avoir, attraper le coup,

    avoir, acquérir l'adresse nécessaire pour faire quelque chose.
  • Populaire. Avoir un coup dans le nez, dans l'aile,

    être ivre.
  • Beau coup,

    action particulièrement réussie.
  • Coup bas,

    en boxe, coup porté au-dessous de la ceinture, interdit par le règlement ; manœuvre déloyale.
  • Coup de Trafalgar,

    désastre complet.
  • Familier. Coup de barre,

    mouvement brusque donné à la barre du gouvernail ; changement brusque de direction, d'orientation, dans la conduite de quelqu'un, d'une société, etc.
  • Coup de chance, de veine, de pot,

    événement heureux attribué au sort.
  • Coup de fil, de téléphone,

    communication téléphonique.
  • Coup de langue, de dent,

    critique acerbe.
  • Coup de poing,

    coup porté avec la main fermée.
  • Familier. Coup du père François,

    manœuvre déloyale.
  • Coup dur,

    événement pénible, douloureux, ou situation difficile qui affecte quelqu'un.
  • Coup monté,

    action malveillante préparée en secret ; piège.
  • Coup sur coup,

    qui se produit de manière répétée, l'un après l'autre ; de suite.
  • Familier. Discuter le coup,

    discuter, bavarder un moment sur un sujet.
  • Familier. Donner un coup, se donner un coup,

    nettoyer hâtivement un lieu, arranger vite sa toilette, sa coiffure, etc.
  • Familier. Du coup,

    dans ces conditions, par ce fait même, en conséquence.
  • Du même coup,

    en même temps, par la même occasion.
  • D'un coup, d'un seul coup (d'un seul),

    en une seule fois.
  • Du premier coup,

    à la première tentative, dès la première fois.
  • Familier. En mettre, en donner, en fiche un (bon ou vieux) coup,

    faire un grand effort pour avancer un travail, une étude, etc.
  • En prendre un coup,

    être fortement affecté par quelque chose ; subir un dommage.
  • En venir aux coups,

    finir par se battre, se bagarrer.
  • Familier. Être dans le coup,

    être au courant d'une affaire (surtout louche) ; être au courant de tout ce qui se passe, et, en particulier, de ce qui est à la mode.
  • Être hors du coup,

    ne pas être au courant d'une affaire ; ne pas y participer.
  • Être sur un coup,

    participer à une affaire qui peut rapporter un profit.
  • Faire coup double, faire d'une pierre deux coups,

    atteindre deux objectifs à la fois en n'utilisant qu'un seul moyen d'action.
  • Faire les quatre cents coups,

    se livrer à toutes sortes d'excès, de frasques.
  • Frapper les trois coups,

    au théâtre, marquer le début de la représentation en frappant trois coups sur le plancher de la scène.
  • Frapper un grand coup,

    employer des moyens exceptionnels pour mettre de l'ordre dans une situation.
  • Manquer, rater, réussir son coup,

    échouer ou réussir dans son entreprise.
  • Marquer le coup,

    mettre en relief un incident ; célébrer un événement de manière spectaculaire.
  • Familier. Mettre quelqu'un sur un coup,

    l'associer à une entreprise profitable.
  • Familier. Monter le coup à quelqu'un,

    l'induire en erreur par des renseignements mensongers, le mener dans un piège.
  • Mourir sur le coup,

    instantanément, dès que le coup a été reçu.
  • Porter un coup à quelqu'un, à quelque chose,

    leur nuire, les frapper, empêcher leur action, leur progrès, leur évolution.
  • Familier. Pour le coup,

    relativement à cet événement.
  • Pour un coup,

    pour une fois.
  • Familier. Prendre un coup de vieux,

    vieillir subitement.
  • Rendre coup pour coup,

    se venger pour chaque coup reçu.
  • Risquer, tenter le coup,

    tenter sa chance, faire une tentative, essayer.
  • Familier. Sale coup,

    événement qui atteint d'une manière particulièrement pénible.
  • Sous le coup de quelque chose,

    sous l'effet de : Rougir sous le coup de l'émotion.
  • Sur le coup,

    au moment où l'événement a eu lieu.
  • Sur le coup de 10 heures,

    à cette heure.
  • Familier. Tenir le coup,

    en parlant de quelqu'un, résister ; en parlant de quelque chose, durer.
  • Tirer un coup, son coup,

    avoir des relations sexuelles d'une manière expéditive et sans sentiment.
  • Tomber sous le coup de,

    en être passible.
  • Tout à coup, tout d'un coup,

    subitement, soudain.
  • Familier. Un coup pour rien,

    se dit lorsqu'une action, un effort a été inutile.
  • Un coup, un bon coup, un grand coup,

    s'emploie après un verbe pour insister sur l'action exprimée par ce verbe : Pleure un bon coup, ça ira mieux après.
  • Valoir le coup,

    valoir la peine qu'on va se donner pour l'obtenir.
  • Armement

    Tir coup par coup,

    tir exécuté avec une cartouche à la fois (par opposition à tir par rafales).
  • Marine

    Coup de mer,

    gros paquet d'eau de mer venant frapper un navire et embarquant à bord.
  • Médecine

    Coup de chaleur,

    ensemble des accidents déclenchés par une insolation ou une chaleur excessive. (Ces accidents sont particulièrement graves chez le nourrisson et nécessitent un traitement d'urgence dans un service de réanimation.)
  • Pêche

    Pêche au coup,

    pêche sédentaire à l'aide d'une ligne dont l'hameçon et la plombée sont libres de reposer ou non sur le fond.
  • Sports

    Coup de pied de but,

    au football, dégagement effectué par le gardien ou tout autre joueur de son camp, lorsque le ballon a été expédié en sortie de but par un adversaire.

    Coup droit,

    au tennis et au tennis de table, frappe de la balle du côté de la main qui tient la raquette.

    Coup franc,

    au football, au rugby, au basket, sanction prise pour une irrégularité d'un joueur ; l'exécution de cette sanction.

Synonymes et contraires de coup


Choc rapide et brutal qui résulte du mouvement d'un corps qui...

Synonymes :

  • beigne (populaire) - châtaigne (populaire) - gnon (populaire) - horion - marron (populaire) - taloche (familier) - tape - tarte (populaire)

Le résultat du choc lui-même.

Synonyme :

  • heurt

Marque laissée par un choc.

Synonymes :

Acte, événement, nouvelle, etc., qui frappe psychologiquement,...

Synonymes :

Action surtout préparée à l'avance, combinée, manigancée...

Synonymes :

Boisson, et, en particulier, boisson alcoolisée.

Synonymes :

Coup sur coup

Synonyme :

En venir aux coups

Synonymes :

Tout à coup, tout d'un coup

Synonymes :

Coup droit

Contraire :

Homonymes de coup


  • cou nom masculin
  • coud forme conjuguée du verbe coudre
  • cou-de-pied nom masculin
  • couds forme conjuguée du verbe coudre
  • coup-de-poing nom masculin
  • coût nom masculin

Difficultés de coup


  • ORTHOGRAPHE

    Locutions avec coup.

    S'écrivent sans trait d'union : tout à coup, tout d'un coup, sur le coup, après coup, au coup par coup, un coup d'œil (plur. : des coups d'œil), un coup de main (plur. : des coups de main).

    À tout coup / à tous coups. Les deux graphies sont admises.

    À coups de (+ nom au singulier) : à coups de pied, à coups de poing ; à coups de fusil ; chasser la poussière à grands coups de plumeau.

    Monter le coup à qqn (= l'abuser, lui en faire accroire), avec un p à coup (penser à c'est un coup monté ; sans rapport avec le cou, partie du corps) : il s'est assuré de la majorité en montant le coup à ses opposants ; il se monte le coup (= il s'abuse lui-même, il s'exalte).
    remarque
    Il se monte le coup est parfois écrit il se monte le cou par confusion avec il se monte la tête, expression de sens voisin.

  • EMPLOI

    Tout à coup / tout d'un coup. Tout d'un coup signifie « en une seule fois » (il a acquis plusieurs appartements tout d'un coup) alors que tout à coup signifie « brusquement, soudain » (tout à coup, il s'est levé pour mettre fin à l'entretien). Aujourd'hui, on emploie indifféremment les deux expressions au sens de « soudain ». Tout d'un coup est plus courant, tout à coup plus soutenu.


Citations avec coup


  • Pierre Corneille (Rouen 1606-Paris 1684)
    Mes pareils à deux fois ne se font point connaître,
    Et pour leurs coups d'essai veulent des coups de maître.

    Le Cid, II, 2, Rodrigue
  • André Gide (Paris 1869-Paris 1951)
    Tout coup vaille.
    Thésée, Gallimard
  • Victor Hugo (Besançon 1802-Paris 1885)
    Le coup passa si près que le chapeau tomba
    La Légende des siècles, Après la bataille
  • Michel Eyquem de Montaigne (château de Montaigne, aujourd'hui commune de Saint-Michel-de-Montaigne, Dordogne, 1533-château de Montaigne, aujourd'hui commune de Saint-Michel-de-Montaigne, Dordogne, 1592)
    En quelque manière qu'on se puisse mettre à l'abri des coups, fût-ce sous la peau d'un veau, je ne suis pas homme qui y reculasse.
    Essais, I, 20
  • Isaac Félix, dit André Suarès (Marseille 1868-Saint-Maur-des-Fossés 1948)
    Entre amants, il n'y a que les coups et les caresses.
    Voici l'homme, Albin Michel

Mots proches

De quel genre est le mot « espace », quand il désigne un blanc typographique ?