En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Zhenjiang

(EFEO Tchen-kiang)

Ville portuaire de la Chine du Sud, sur la rive droite du Yangzi (province du Jiangsu), à 60 km à l'est de Nankin.

  • Population pour l'agglomération : 1 007 682 hab. (estimation pour 2010)

Port fluvial établi à la limite de la remontée de la marée, à proximité du confluent avec le Grand Canal, et entouré à l'est, au sud et à l'ouest par trois collines (Jinshan, Beigu et Jiaoshan), Zhenjiang occupe une position qui lui valut de devenir, dès les Sui (581-618), l'une des villes importantes du commerce entre la Chine du Sud et celle du Nord. L'importance stratégique de cette position (Zhenjiang, en chinois, veut dire 'place forte contrôlant le fleuve ') fut également reconnue par Han Shizhong, célèbre général de la dynastie des Song du Sud (1127-1279), qui y appuya sa ligne de défense. Son rayonnement grandit avec le développement de la Route de la soie. À partir des Ming, elle devint une ville satellite de Nankin ; au xixe s., c'est à Zhenjiang que les Français et les Britanniques installèrent leurs concessions. La ville souffrit de nombreuses destructions quand elle fut bombardée par les navires de guerre britanniques, lors de la guerre de l'Opium (1839-1842) et lors de la révolte des Taiping (1850-1864). Son déclin économique s'accentua avec la fermeture de la branche nord du Grand Canal, dans les années 1850.

Toutefois, son port joue encore un rôle important dans les échanges commerciaux intérieurs, et la ville est un centre industriel actif : chantiers navals, industrie textile, papier, automobile, agroalimentaire, etc.

Jinshan : la Colline d'Or

Ancien îlot du Yangzi rattaché à la rive droite du fleuve, cette colline couverte de nombreux pavillons, kiosques, pagodes et terrasses, est couronnée par la pagode Cishou, l'un des quatre plus célèbres temples bouddhiques de Chine avec le temple Daming de Yangzhou, le temple Putuo du Zhejiang et le temple Wenzhu du Shanxi.

Fondé sous les Song (960-1279), ce temple se présente comme un vaste groupe d'édifices divers : terrasse Lengjia, pavillon de la déesse de la Miséricorde, kiosque Liuyun, etc. La pagode Cishou, qui se dresse au sommet, est une pagode en bois de plan octogonal, à sept étages. Les esthètes Chinois venaient y admirer le lever de la lune, la nuit de la fête de la mi-automne (le 15e jour du huitième mois lunaire), et l'on dit que cette vue inspira à Su Dongpo (1039-1112), grand poète de la dynastie des Song, ses célèbres vers : 'Une coupe de vin à la main, je demande quand apparaît la pleine lune ?….'

Le temple Jinshan est également le théâtre d'une très célèbre scène de la Légende du Serpent Blanc, tragique histoire d'amour entre un homme, Xu Xian, et un serpent, Serpent Blanc, qui a pris forme humaine sous les traits d'une très belle jeune femme. Cette très ancienne légende a fourni l'argument d'un des opéras les plus populaires et les plus souvent représentés encore aujourd'hui.