En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Toulouse

Toulouse
Toulouse

Chef-lieu de la Région Languedoc-Roussillon – Midi-Pyrénées et du département de la Haute-Garonne, sur la Garonne, à 679 km au S. de Paris et à 250 km au S.-E. de Bordeaux.

  • Population : 449 328 hab. (recensement de 2010)
  • Nom des habitants : Toulousains
  • Population pour l'agglomération : 871 961 hab. (recensement de 2009)

GÉOGRAPHIE

Toulouse est le siège d'académie et d'universités, d'une cour d'appel, d'un archevêché, et surtout un centre administratif, régional et départemental. C'est, avec Bordeaux, la métropole du Sud-Ouest. La ville est située peu en aval du confluent de la Garonne et de l'Ariège, dans la plaine de la Garonne, aux crues redoutables. Malgré un passé prestigieux, la cité ne comptait que 100 000 habitants en 1856 et 150 000 en 1914 ; elle s'est beaucoup développée à partir des années 1920, notamment à la suite de l'implantation de l'aéronautique. L'agglomération du Grand Toulouse devient, en 2009, une communauté urbaine, qui regroupe 25 communes.

La vieille ville est entourée de boulevards, ouverts sur l'emplacement des anciennes fortifications et s'ordonne autour de la croisée des rues d'Alsace-Lorraine (Nord-Sud) et de Metz (Est-Ouest) : un ensemble urbain vieilli abrite un grand nombre d'hôtels particuliers et des musées, mais aussi une foule de commerces de détail ; c'est autour de la place du Capitole, à faible distance de Saint-Sernin, mais aussi près du square Wilson et des allées Jean-Jaurès, qu'est le vrai centre. Exception faite de celui de Saint-Cyprien (d'origine médiévale), sur la rive gauche, tous les quartiers entourant le centre datent du xviie s.

Au-delà commencent les faubourgs, composés surtout de maisons individuelles, mais aussi de grands immeubles modernes, faubourgs qui s'allongent le long des grandes routes. Au Nord, vers Montauban, les cultures maraîchères et florales (violettes) ont reculé devant les constructions d'entrepôts, de commerces, voire d'usines, jusqu'au triage de Saint-Jory et la plate-forme multimodale d'Eurocentre ; des lotissements ont été construits auprès des anciens villages. À l'Est, tout l'espace jusqu'à la vallée de l'Hers a été conquis par des habitations le long des routes d'Albi, de Castres et de Revel. Au Sud-Ouest, au-delà de la rocade autoroutière, a été édifiée la ville nouvelle du Mirail avec l'université. Des banlieues se sont développées encore plus loin : L'Union et Balma au Nord-Est et à l'Est, dans la vallée de l'Hers, le long de la route de Narbonne, avec le complexe universitaire de Rangueil, le long de la Garonne (vers Muret), à l'Ouest du Mirail vers l'aéroport de Blagnac, Colomiers et Saint-Martin-du-Touch. La ville est desservie par un métro depuis 1993 (une deuxième ligne a été inaugurée en 2007) et une ligne de tramway relie Toulouse à Blagnac et Beauzelles, dans le nord-ouest de l'agglomération, depuis 2010.

Toulouse a été fortement industrialisée après la Première Guerre mondiale, surtout à la suite d'initiatives extérieures publiques ou privées. Si l'aéronautique et la chimie sont concentrées financièrement et géographiquement, les petites et les moyennes entreprises l'emportent nettement. Née du repli de Latécoère en 1917, renforcée à partir des années 1930, l'aéronautique civile et militaire est la première des industries toulousaines, avec ses filières électronique et informatique. L'industrie spatiale est présente avec le C.N.E.S. (Centre national d'études spatiale) et la fabrication de satellites. La création du pôle de compétitivité mondial Aéronautique, Espace et Systèmes embarqués devrait encore accentuer cette prédominance. L'activité de l'industrie chimique, apparue en 1919-1920, a diminué à la suite de l'explosion d'une usine en 2001. D'autres industries sont présentes : la fabrication de matériel électrique, le bâtiment, les industries agricoles et alimentaires, le meuble, l'imprimerie et les constructions mécaniques.

Toulouse est cependant davantage un centre d'activités tertiaires (commerces de distribution sous diverses formes, de redistribution et de gros, collecte des produits agricoles, services aux entreprises, transports, immobilier), une ville universitaire (Écoles aéronautiques) et scientifique très active (Météopole [Météo-France]), avec aussi une notable fonction militaire. La création du pôle de compétitivité national Cancer-Bio-Santé, pour créer un cancéropôle, devrait offrir, pour Toulouse et pour l'ensemble de la Région Midi-Pyrénées, une occasion de diversification économique par rapport à l'aéronautique et de reconversion par rapport à la chimie. Cité de l'Espace. Académie des jeux Floraux.

Toulouse est l'un des principaux carrefours routiers (autoroute des Deux-Mers) et ferroviaires du sud de la France, disposant aussi d'un aéroport actif (Blagnac) et d'une plate-forme multimodale avec un parc logistique (Eurocentre). Capitale de la Région Midi-Pyrénées, elle exerce son influence sur celle-ci à l'exception de l'ouest de l'Armagnac (Condom), des confins du Périgord et du Quercy, de toute la moitié orientale de l'Aveyron ; cette influence s'étend par contre sur l'ouest de l'Aude, l'est du Lot-et-Garonne, l'Andorre et le Val d'Aran.

L'HISTOIRE DE TOULOUSE

Les origines

Tolosa semble avoir été à l'époque celte l'oppidum des Volces (ou Volques) Tectosages. Bien située au coude de la Garonne sur le grand axe Méditerranée-Océan, l'agglomération est déjà un important marché au iie s. avant J.-C. Réduits à la condition mal supportée d'alliés, les Volces Tectosages se révoltent en 107-106 avant J.-C. et capturent la garnison romaine que le consul Cneius Domitius Ahenobarbus a établie dans la ville annexée après 120 avant J.-C. à la Provincia Romana (la future Narbonnaise). En 105 avant J.-C., le consul Cépion (Servilius Caepio) reconquiert la ville. Capitale économique d'une riche région céréalière et pastorale (fromages), animée par le trafic du vin italien qui transite par Narbonne en direction de Burdigala (Bordeaux), la ville devient au ier s. après J.-C. un centre intellectuel fréquenté par de nombreux juristes et rhéteurs, qui font d'elle la « cité de Minerve » (Palladia Tolosa) selon l'expression de Martial.

Quittant alors le site primitif de colline de la Vieille-Toulouse, la ville s'établit dans la plaine de la Garonne. Érigée en colonie de droit latin à la fin du ier s. ou au début du iie s. après J.-C., administrée par des quattuorviri (duoviri assistés de deux édiles), la ville est entourée au iie s. après J.-C. d'une première enceinte de brique qui englobe une superficie de 90 ha. Ornée d'importants monuments (un Capitole, un théâtre, un amphithéâtre, des thermes, etc.), Toulouse aurait été évangélisée par Saturnin (ou Sernin) de Toulouse, martyrisé vers 250 au temps de Decius. Menacée par les invasions, la ville complète, vers la fin du iiie s. ou au début du ive s., son enceinte le long de la Garonne en utilisant des matériaux de remploi.

Troisième ville de Gaule peut-être par la population, Toulouse devient au début du ve s. la capitale politique et intellectuelle des rois wisigoths, où des juristes élaborent des abrégés du droit romain à l'intention de leurs sujets. Vainement assiégée par le Romain Litorius (lieutenant d'Aetius), qui est fait prisonnier par Theodoric Ier en 439, occupée par les Francs de Clovis à la suite de leur victoire de Vouillé en 507, Toulouse n'est plus qu'une ville de province.

La ville médiévale

Siège du pouvoir du duc Eudes d'Aquitaine, qui repousse victorieusement en juin 721 l'assaut des forces arabes d'al-Samh, incorporée à la fin du viiie s. au royaume d'Aquitaine par Charlemagne, Toulouse est finalement livrée sans combat à Charles le Chauve par le comte Frédelon en 849. Malgré l'aide des Normands, Pépin II d'Aquitaine ne peut reconquérir en 864 la ville, qui devient alors la capitale du comté de Toulouse, fondé par la maison de Saint-Gilles. La vie urbaine se concentre alors autour de quelques noyaux de peuplement : le château Narbonnais au sud, résidence possible de rois wisigoths et certaine des comtes ; l'église de la Daurade et, à l'extérieur, l'abbaye Saint-Saturnin (Saint-Sernin).

À partir du xie s., le renouveau des activités artisanales et commerciales favorise le repeuplement de la ville.

Un marché se constitue alors autour de Saint-Sernin, et un centre artisanal consacré au travail du cuir se forme autour de l'église Saint-Pierre de Cuisines. Ainsi naît au nord de la ville un nouveau bourg qui est rattaché à cette dernière vers 1140 par une enceinte fortifiée. À la jonction des deux agglomérations est alors érigée (début du xiiie s.) la « maison commune » des consuls : le Capitole, tandis que s'ouvrent les chantiers de reconstruction de la basilique Saint-Sernin et de la cathédrale Saint-Étienne. Il en résulte un afflux d'immigrants dont le nombre est accru par les chartes que les seigneurs toulousains leur concèdent.

L'absence d'autorité seigneuriale réelle permet aux « prud'hommes » de constituer, au moins dès 1152, un « commun conseil de la cité et du faubourg » formé autour de six « capitulaires », de quatre juges et de deux avocats. Émanation du comte d'abord, ce commun conseil assiste à partir de 1189 les 24 consuls, qui prennent le nom de « capitouls » (latin capitulum) et qui administrent dès lors en toute indépendance la République toulousaine, qui, vers 1200, a déjà soumis à sa juridiction la campagne environnante.

Cette république urbaine offre un terrain de diffusion privilégié aux hérésies rigoristes et particulièrement aux cathares. D'abord cœur de la résistance albigeoise, après le concile de 1229, Toulouse devient (1233) la capitale de l'Inquisition.

Passant sous le contrôle du roi, qui en fait le siège d'une troisième sénéchaussée languedocienne (1271), la ville perd alors son indépendance politique du fait en particulier de la disparition de la cour comtale, foyer de la civilisation occitane. Résidant au château Narbonnais, le sénéchal exerce sur la ville un contrôle étroit qui limite l'autonomie du corps municipal. Les autorités capétiennes permettent pourtant à la ville de conserver jusqu'à la fin du Moyen Âge sa grande importance religieuse, économique et politique.

Le diocèse de Toulouse est en effet érigé en 1317-1318 en archevêché. Peu après, l'institution des jeux Floraux (3 mai 1324) renforce le rayonnement intellectuel de la ville, où s'exprime alors le gothique méridional, tant dans la cathédrale voûtée d'ogives au début du xiiie s. que dans l'église des Jacobins.

En fait, cet essor monumental et artistique traduit d'une certaine manière la victoire économique d'une ville dont les marchands ont possédé dès le début du xiiie s. une maison à Provins pour y exposer pelleteries, draps et épices. Exploitant en fait surtout les ressources agricoles languedociennes (céréales ; pastel, exporté par Bayonne vers l'Angleterre, l'Espagne et les Pays-Bas), les Toulousains font de leur ville jusqu'au milieu du xve s. un important marché régional en relation avec Bayonne, Barcelone, Montpellier, Lyon, Paris… ; ils accueillent les banquiers italiens utilisant des techniques commerciales et financières très évoluées.

Mais la ville est victime des nombreux fléaux qui assombrissent le xive s. Trop éloignée de Bourges ou de Paris, Toulouse devient le berceau de nombreuses institutions administratives ou judiciaires qui permettent au gouvernement central de conserver le contrôle étroit de la ville et de sa région et d'y introduire l'usage du français (ordonnance royale de 1540 qui en rend obligatoire l'emploi dans les actes officiels) tout en respectant les particularismes locaux : états nés de l'assemblée en 1345 des représentants des sept sénéchaussées du Midi et autorisés en 1418 par la reine Isabeau de Bavière à se réunir à leur propre convenance ; parlement de Toulouse créé par le dauphin Charles (mars 1420-1425) et reconstitué le 4 juin 1443 (30 conseillers en 1519).

La ville moderne

Bénéficiaires du fructueux négoce du pastel que viennent acheter sur place les marchands de Burgos et de Bordeaux et qui est encore exporté vers 1500-1540 par Bayonne, les marchands de Toulouse contribuent à la montée du capitalisme moderne et embellissent leur ville, qui est reconstruite en pierre et en brique. Mais la vulgarisation de l'indigo, à partir de 1560, et les caprices de la mode anversoise ruinent l'économie du pastel.

Au temps des guerres de Religion, Toulouse dépend d'un adepte du double jeu : le gouverneur du Languedoc, Henri Ier de Montmorency (1534-1614), qui, depuis 1563, exerce une véritable vice-royauté et finit par se rallier à Henri IV. Quant à Henri II de Montmorency (1595-1632), lui aussi gouverneur du Languedoc, pour avoir suivi Gaston d'Orléans contre Richelieu, il est condamné par le parlement de Toulouse (30 octobre 1632) et décapité.

Après les crises budgétaires de 1709 et de 1713, Toulouse reprend son essor. Comptant 38 200 habitants vers 1695-1710, puis 52 860 en 1789 grâce à un solde migratoire très positif, elle devient une grande ville qui vit largement du marché céréalier (et viticole) régional ou même international, grâce au rôle croissant du canal du Midi.

Stimulée par la transformation des jeux Floraux en académie, réglée en 1694 ; par la création en 1729 de la Société des arts et des sciences, érigée en 1746 en académie des sciences et belles-lettres ; par celle de l'académie des Beaux-Arts en 1750 ; par la fondation depuis 1735 de loges maçonniques agrégées en 1773 au Grand-Orient de France, la vie intellectuelle favorise les critiques contre l'Ancien Régime, dont le parlement de Toulouse défend finalement les structures sociales après en avoir critiqué les essais de réforme fiscale, ce qui lui valut d'être effectivement suspendu de 1769 à 1775.

En 1790, Toulouse devient le chef-lieu du département de Haute-Garonne (500 000 habitants). Siège d'une cour d'appel et, en 1801, d'un archevêché, centre universitaire, Toulouse, économiquement victime du Blocus continental, se rend aux Anglais le 10 avril 1814. En 1815, l'assassinat du général J.-P. Ramel par les Verdets, la nomination comme maire du comte de Villèle y marquent les débuts de la Restauration. L'opposition républicaine ne s'impose vraiment qu'après 1870, quand Toulouse devient l'un des bastions du radicalisme (la Dépêche). Cependant le personnalité de Jean Jaurès, maître de conférences à l'université de Toulouse (1883) et adjoint au maire, éclipse celle des autres leaders politiques toulousains et contribue à faire pénétrer le socialisme dans les milieux intellectuels (le Midi socialiste, de Vincent Auriol, 1908). Pourtant, Toulouse reste très marquée par l'esprit religieux : à partir de 1877 s'y installent des facultés catholiques (Institut catholique). Tardivement reliée par voie ferrée à Bordeaux (1856) et à Sète, puis à Paris par Cahors (1884), victime du déclin de la production céréalière, ne possédant qu'une seule industrie importante, la manufacture de Tabacs, Toulouse ne peut employer une masse croissante d'immigrants. À la veille de la Première Guerre mondiale, elle est un « grand village » replié sur son passé. Elle ne connaîtra vraiment un nouvel essor qu'après 1945.

TOULOUSE, VILLE D'ART

Introduction

Très riches en monuments du Moyen Âge, de la Renaissance et de l'époque classique, les quartiers tassés, tout en brique, du centre de Toulouse, aux toits inégaux de tuiles romaines hérissés de clochers, de frontons, de tourelles, constituent une zone artistique privilégiée.

Du roman au gothique

Saint-Sernin est une réussite majeure de l'art roman. Au milieu du xie s., les chanoines, gardiens du tombeau du premier évêque martyr de la cité et d'innombrables reliques, décidèrent d'édifier une vaste basilique pour accueillir la foule grandissante des pèlerins de Compostelle. Le chantier s'ouvrit vers 1075 sous la direction de Raimond Gayrard. Au début de la première croisade, en mai 1096, le pape Urbain II consacra l'autel et le chœur en présence de Raimond IV, comte de Toulouse, de nombreux évêques et barons du midi de la France et du nord de l'Espagne et d'un grand concours de peuple. L'église était achevée, pour l'essentiel, à la fin du xiie s.

Le chevet, où triomphent les courbes harmonieuses de l'abside et du déambulatoire semi-circulaire, des neuf absidioles (dont quatre sur les bras du transept), des oculi et des arcs de 60 fenêtres ; les nefs aux contreforts plats s'épaulant l'une l'autre ; les tours épaisses et trapues de la façade ; le clocher octogonal aux baies en plein cintre, puis mitrées, qui s'élance de la croisée du transept et se rétrécit d'étage en étage pour atteindre 65 m : tout cela forme un ensemble architectural d'une force, d'une logique et d'une beauté incomparables. Intérieurement, la grande nef de onze travées aux piliers cruciformes et aux tribunes ajourées, voûtée en berceau sur doubleaux, mesure 22,50 m de hauteur et 115 m de longueur. Elle est flanquée de deux collatéraux voûtés d'arêtes qui donnent à l'édifice 32,50 m de largeur. Le transept, lui aussi pourvu de tribunes et de bas-côtés, a des dimensions exceptionnelles : 64 m de long, 16,40 m de large. Sur le déambulatoire, qui enserre la haute abside en cul-de-four où règne un Christ en gloire peint au xvie s., s'ouvrent cinq chapelles rayonnantes. Des fresques ont été dégagées à l'occasion de la restauration de l'édifice. Le mur ouest d'une travée du bras nord du transept présente ainsi un ensemble roman complet, sinon intact, d'un grand intérêt iconographique et stylistique ; il est consacré, en cinq registres plus une voûte d'arêtes, au thème de la Gloire du Christ ressuscité.

La porte des Comtes, la table d'autel de 1096, signée Bernard Gilduin – d'inspiration romaine et byzantine comme les sept bas-reliefs du déambulatoire (dont un Christ en majesté) –, puis l'ensemble de la porte Miègeville (tympan de 1110), sans oublier cinq cents chapiteaux, témoignent de la prodigieuse activité des ateliers de sculpture toulousains de l'âge roman. Enfin, dans ses deux cryptes, dont l'une est beaucoup plus ancienne que l'église, Saint-Sernin conserve un grand crucifix roman en bois recouvert de cuivre, et de belles châsses.

Située sur les chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle en France, la basilique Saint-Sernin est inscrite à ce titre sur la liste du patrimoine mondial de l'Unesco depuis 1998.

À la cathédrale Saint-Étienne s'opposent les deux conceptions de l'architecture gothique, méridionale et septentrionale, avec d'une part la plus ancienne nef ogivale du sud de la France (1213), aussi large que haute (20 m), d'autre part le chœur de six travées à déambulatoire et arcs-boutants, haut de 28 m et terminé par une abside à sept pans (fin du xiiie s.).

L'église des Jacobins est une création unique de l'art gothique, conçue par les frères prêcheurs pour recevoir de vastes auditoires. Son chœur fut terminé à la fin du xiiie s., mais l'ensemble ne fut consacré qu'en 1385. Ses hauts murs de brique épaulés par de robustes contreforts, son clocher octogonal aux arcs mitrés lui donnent un air de forteresse de la foi. L'intérieur, baigné de clarté, mesure 80 m de long, 20 de large, 28 de haut. Cette immense salle aux proportions exaltantes est divisée en deux nefs jumelles par une file de sept colonnes de pierre qui montent d'un jet pour soutenir la retombée des arcs. La dernière – le fameux palmier – supporte les vingt-deux nervures de la voûte tournante qui couvre l'abside hexagonale. Sur le cloître de l'ancien couvent, aux colonnettes accouplées de marbre blanc et aux arcs brisés de brique, s'ouvrent la salle capitulaire, voûtée de six croisées d'ogives, et la chapelle de saint Antonin, décorée de fresques apparentées à l'art d'Avignon (deuxième vision de l'Apocalypse, anges musiciens et légende du saint).

Un peu plus tardif, le couvent des Augustins est devenu aujourd'hui musée des beaux-arts. Jean Maurin construisit le grand cloître (xive s.), aux colonnes jumelées de marbre blanc et aux arcades trilobées, couvert en appentis. La salle capitulaire date de la fin du xve s., le petit cloître, dû à Nicolas Bachelier, de 1626.

Toulouse possède d'autres églises gothiques de type méridional, à nef unique et chapelles logées entre les contreforts : le Taur (xive s.), à la façade surmontée d'un mur-arcade aux baies en mitre encadré par deux tourelles, qui a fait école dans tout le pays toulousain ; Saint-Nicolas (xve s.), au portail orné d'une Adoration des mages ; la Dalbade (début du xvie s.), aux majestueuses proportions et au gracieux portail Renaissance.

Dans l'ancien quartier universitaire subsistent la robuste bâtisse carrée, flanquée d'échauguettes et à toiture débordante, du collège de Foix (xve s.) et le collège Saint-Raymond (xvie s.), aux fenêtres en tiers-point, devenu musée de statuaire, de céramique et de monnaies antiques.

De la Renaissance au xixe s.

La Renaissance ouvrit pour Toulouse une ère de construction de bâtiments civils prestigieux qui devait se poursuivre à l'époque classique. Parlementaires, magistrats, riches négociants rivalisèrent d'imagination pour édifier des demeures somptueuses ; architectes et maçons adaptèrent aux traditions éprouvées de l'art local de bâtir les modes nouvelles de décoration italienne, mais aussi espagnole : l'influence de l'art plateresque est manifeste sur plusieurs porches. Plus de soixante-dix hôtels parent la ville, dont, au xvie s., deux chefs-d'œuvre : l'hôtel de Bernuy et l'hôtel d'Assézat. Ils portent les noms de deux hommes d'affaires, l'un castillan, l'autre rouergat, qui firent fortune dans le commerce du pastel. Les architectes de Jean de Bernuy construisirent une ravissante demeure de deux corps de logis qui communiquent par une cour à galerie et un long arceau de pierre d'une grâce exquise, gardée par une admirable tour hexagonale couverte en terrasse et flanquée d'une tourelle aiguë. Nicolas Bachelier et Jean Castagné, dit Nicot, édifièrent l'hôtel d'Assézat, qui abrite aujourd'hui la Fondation Bemberg et l'académie des jeux Floraux. La tour d'escalier occupe l'angle formé par les deux bâtiments, où se superposent les trois ordres. Loggia et coursière supportées par d'élégantes consoles occupent les deux autres côtés de la cour. Le traitement recherché des baies, la qualité de la décoration, le savant mélange de la brique et de la pierre, le mouvement du haut lanternon donnent à l'ensemble une saveur irrésistible.

Plus sobres, empreints de distinction sont les hôtels des xviie s. et xviiie s. Le plus classique, d'un style dépouillé à l'extrême, est l'hôtel des chevaliers de Malte, œuvre de Jean-Pierre Rivalz (1625-1706), peintre et architecte, père d'Antoine. Au même J.-P. Rivalz est dû le début des travaux de décoration de l'ancienne chapelle des Carmélites (comprise dans des bâtiments de l'actuelle université), dont le peintre Jean-Baptiste Despax (1709-1773) fit un ensemble d'un très grand charme.

Le Capitole, qui abrite la mairie et le théâtre, a été bâti de 1750 à 1760 par Guillaume Cammas (1688-1777). Il déploie sa façade de brique, de pierre et de marbre rouge veiné de blanc, longue de 128 m, sur la vaste place qui porte son nom, dissimulant une cour intérieure en partie du xvie s. La salle des Illustres, galerie chargée d'ors et de marbres (fin du xixe s.) qui s'étend au premier étage sur toute la longueur de la façade, a été décorée par des artistes originaires de Toulouse ou qui lui étaient liés : statues d'Alexandre Falguière (1831-1900) et d'Antonin Mercié (1845-1916), grandes peintures historiques de Benjamin-Constant (1845-1902) et de Jean-Paul Laurens (1838-1921). De même, Henri Martin (1860-1943) a peint dans une autre salle deux immenses panneaux : les Faucheurs et les Bords de la Garonne.

Les monuments de Toulouse s'inscrivent dans le style général de chaque époque de l'histoire de l'art, mais diffèrent profondément par leur ton de ceux des autres villes françaises, même méridionales, Montauban et Albi exceptés. Ils sont l'expression la plus originale du particularisme occitan.

LES MUSÉES DE TOULOUSE

Le musée des Augustins, dans le couvent des Augustins, est particulièrement riche en sculptures romanes (fragments provenant des cloîtres détruits de la Daurade, de Saint-Étienne et de Saint-Sernin) et gothiques (Gisant de Guillaume Durant, série de saints et d'apôtres de la chapelle de Rieux, Notre-Dame de Grâce). Le musée abrite également une vaste collection de peintures (Murillo, le Pérugin, Rubens, Delacroix, Ingres, Toulouse-Lautrec…). L'école toulousaine y est bien représentée (Tournier, Rivalz, Subleyras…).

Le musée Paul-Dupuis, installé dans un hôtel du xviiie s., est riche de collections d'arts décoratifs (faïences, meubles, montres et horloges, etc.) et d'un cabinet de dessins de l'école toulousaine.

Le musée Georges-Labit expose une remarquable collection d'arts d'Extrême-Orient (civilisations khmère, japonaise, chinoise, indienne…) et de l'Égypte ancienne.

Le musée Saint-Raymond rassemble la sculpture, les objets et l'épigraphie antiques (colliers d'or gaulois, sculptures romaines de Martres-Tolosane, bustes impériaux, etc.).

L'Espace d'Art moderne et contemporain, installé dans les anciens abattoirs réaménagés par A. Stinco et R. Papillault, rassemble les principaux mouvements artistiques depuis 1950.

Dans l'hôtel d'Assézat, la Fondation Bemberg expose depuis 1995 les collections de tableaux, de sculptures et d'objets d'art réunies par l'amateur argentin.

Citons encore le musée du Vieux-Toulouse, le musée de l'Affiche, de la carte postale et de l'art graphique, le musée d'Histoire de la médecine, et l'important Muséum d'histoire naturelle.