En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Shanghai

Shanghai
Shanghai

Premier port de Chine, sur le Huangpu, au débouché du Yangzi Jiang, et ville formant un district municipal qui dépend directement du gouvernement central ; 6 340 km2.

  • Population pour l'agglomération : 20 207 612 hab. (estimation pour 2011)

GÉOGRAPHIE

Premier port de Chine, et le premier du monde, et principal centre industriel du pays, la ville a été largement réaménagée depuis l'ouverture de la Chine à l'international (années 1990) et à l'occasion de l'Exposition universel de 2010.

Village au xiiie s., petite cité fortifiée édifiée au milieu du xvie s. contre les attaques des pirates japonais, centre de cabotage et de pêche, simple chef-lieu de district en 1842, lorsqu'elle s'ouvre aux étrangers à la suite du traité de Nankin. Autour de la ville chinoise, des « concessions » s'installent alors (internationale au N. et au S., française à l'O.), défendues par leurs propres troupes, cependant qu'un quartier monumental s'élève entre l'hippodrome, la rivière de Suzhou, affluent du Huangpu, et ce dernier, qui reçoit une façade d'immeubles administratifs et commerciaux (appelés jadis le « Bund » [aujourd'hui Zhongshan lu]). La rue de Nankin (Nanjing lu) demeure la plus animée.

Shanghai bénéficie d'une situation exceptionnelle, son arrière-pays étant tout le bassin du Yangzi Jiang (2 millions de km2 ; 250 millions d'habitants), fleuve accessible à la navigation maritime jusqu'à Wuhan, à 2 850 km de là, et, pour les navires de 5 000 t, jusqu'à Chongqing. Le delta lui-même est au contact du nord et du sud de la Chine et à 800 km seulement du Japon (Nagasaki). Depuis 1908, la ville est reliée par voie ferrée à Pékin et à Nankin, plus récemment à Wuhan et, depuis 2011, à Pékin par train à grande vitesse. Le port profite du débouché du Yangzi Jiang sans souffrir de son intense alluvionnement, le Huangpu ayant des fonds stables (malgré un marnage de 3 m) et une largeur de 700 m. Il faut toutefois draguer le seuil qui s'édifie au confluent. Par ailleurs, de grands travaux d'exhaussement et plusieurs digues ont été nécessaires pour protéger le site urbain des invasions fluviales et maritimes.

L'activité commerciale et manufacturière, la révolte des Taiping, les inondations et les famines ont, depuis le xixe s., accumulé à Shanghai une énorme population chinoise d'origine rurale, dont l'augmentation a dépassé l'essor, pourtant prodigieux, du commerce. Shanghai, pour la population, devance Canton en 1871, est le huitième port mondial et le premier centre bancaire chinois en 1937, comme la métropole de l'industrie (cotonnière surtout : 3 millions de broches en 1939 ; laine et construction navale sur des matières premières importées). L'industrialisation est l'œuvre des firmes occidentales et d'une très active bourgeoisie chinoise. D'immenses faubourgs misérables s'étendent tout autour de la cité, et l'insécurité du marché du travail n'a pas été étrangère à la naissance, ici, du parti communiste chinois en 1921.

Depuis 1949, l'activité et la population de Shanghai sont entièrement chinoises. La cité est le plus grand foyer industriel du pays, en raison du poids des traditions et des infrastructures, comme de l'énorme main-d'œuvre assemblée ici. L'annexion de cantons ruraux a permis de créer un district municipal considérable où des « quartiers rénovés » et des cités satellites ont permis, sans doute, de loger tous les habitants (bien que, malgré les efforts officiels pour stopper l'afflux des ruraux, la population continue de croître) et d'abriter les nouvelles industries, ajoutées par l'État aux anciennes : métallurgie lourde, chimie lourde et centrales thermiques, constructions mécaniques (véhicules et cycles, matériel ferroviaire et chantiers navals), produits pharmaceutiques, industries alimentaires, tandis que l'artisanat demeure très actif.

Une zone de libre-échange a été créée en 2013.

La zone économique de Pudong est en pleine croissance.

HISTOIRE

Les origines

Les premières traces de civilisation remontent à l’an 4 000 avant J.-C. En 960, un village dénommé Shanghai est mentionné. Avec l'essor économique du delta, Shanghai obtient sa propre perception d‘impôts. La ville développe son commerce grâce au port et envoie le coton à la cour impériale de Pékin et au Japon. Avant même la dynastie des Qing (1644-1911) les marchands forment des corporations puissantes, et se constituent ainsi les premiers acteurs économiques et parfois politiques.

Les concessions internationales

La Grande-Bretagne, après les guerres de l'Opium et en vertu du traité de Nankin de 1842, force l'ouverture de Shanghai au commerce avec les Européens. Le choix tombe sur Shanghai car les Britanniques estiment que Shanghai est devenu le plus important marché d'Asie de l'Est. Suivant l'exemple les Britanniques, les Français, en 1847, fondent leur concession dans le sud-ouest de la ville autour d’une cathédrale qui avait été construite par un missionnaire français. Viennent ensuite les Américains, les Japonais et les Allemands dont les concessions se joignent à la concession britannique qui devient concession internationale en 1895.

BEAUX-ARTS

Riche musée d'Art et d'Histoire, réinstallé en 1995. Célèbre jardin Yuyuan, du xvie s., restauré en 1956.