En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Sarrance

Commune des Pyrénées-Atlantiques ; lieu de pèlerinage à la Vierge attesté depuis le milieu du xive s.

  • Population : 205 hab. (recensement de 2010)
  • Nom des habitants : Sarrancais

Un premier couvent des prémontrés reçut Louis XI en 1463, et Marguerite de Navarre y situa les journées de son Heptaméron en 1558. Brûlé en 1569 par les protestants, le couvent fut rebâti au xviie s. en style classique, rare en Béarn. Les Oloronais y vinrent, jurats en tête, remercier la Vierge de les avoir délivrés de la peste, en 1653. Ce pèlerinage devait souffrir par la suite de la Révolution et surtout de l'essor de Lourdes, même si sa renaissance fut encouragé par les évêques du diocèse.

La légende de Notre-Dame de Sarrance

Jadis le val de Sarrance n'était fréquenté que par des bergers de Bedous. L'un deux s'aperçut qu'un de ses taureaux disparaissait pour revenir plus beau et plus fort. Il le suivit et le surprit à genoux sur une pierre, près du gave. Un pêcheur passant par là, les deux hommes s'approchèrent : une petite statue de la Vierge émergeait d'une source. Dénommée la source du Taureau, elle fut bientôt visitée par tous les Aspois. Le curé de Bedous, l'évêque d'Oloron vinrent à leur tour admirer la statue et le prélat la fit transporter dans sa cathédrale pour lui donner meilleur asile. Mais elle disparut et on la retrouva à Sarrance près de la source. Alors, on lui érigea un oratoire. Des hommes impies l'ayant volée et jetée dans le gouffre sous le pont du gave, elle remonta à la surface et revint dans sa chapelle. Dès lors elle connut la paix et la dévotion des fidèles.