En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Saint-Jacques-de-Compostelle

en espagnol Santiago de Compostela

Cathédrale de Saint-Jacques de Compostelle
Cathédrale de Saint-Jacques de Compostelle

Ville d'Espagne, chef-lieu de la Galice.

  • Population : 95 397 hab. (recensement de 2011)

Archevêché. Université. Marché agricole. Artisanat lié au pèlerinage et au tourisme.

L'HISTOIRE DE SAINT-JACQUES-DE-COMPOSTELLE

À l'origine, la ville paraît avoir été le centre intérieur des nombreux petits ports galiciens, comme Padrón, où relâchaient les bateaux de pêche ou de commerce. Une tradition de sacralité était déjà implantée dans cette région, car on croyait que Padrón possédait des pierres sacrées. Ensuite, et d'après une tradition espagnole apparue vers le viie s., le corps de l'apôtre saint Jacques le Majeur, qui avait été martyrisé à Jérusalem peu après la mort de Jésus, aurait été amené en Espagne, où il aurait auparavant déjà prêché l'Évangile ; on l'aurait inhumé près de Padrón.

Ses restes auraient été miraculeusement découverts au début du ixe s., grâce à une étoile apparue au-dessus du campus stellae (le « champ de l'étoile »), d'où le nom de Compostelle..

Ces divers récits, surtout celui de l'« invention » du corps saint, relèvent des thèmes courants de l'hagiographie et paraissent purement légendaires.

Quoi qu'il en soit, vers l'année 829, l'évêque Teodomiro, aidé par le roi Alphonse II des Asturies, fait élever une église en l'honneur de saint Jacques le Majeur sur le lieu présumé de son tombeau.

À partir de cette date, la dynastie espagnole considère les reliques de saint Jacques comme son palladium, et le saint comme le protecteur de l'Espagne face aux envahisseurs musulmans. En 866, Alphonse III le Grand fait de Saint-Jacques-de-Compostelle un évêché. Une cathédrale y est inaugurée avec éclat en 899.

Le rayonnement du culte de saint Jacques contribua puissamment à cristalliser l'œuvre de la Reconquista ; le cri de guerre contre les Maures est « ¡ Santiago y cierra España ! » (« Saint Jacques et attaque l'Espagne ! »).

La région nord-occidentale du pays est la seule épargnée par l'invasion. Il est donc naturel qu'elle ait été un des plus ardents foyers de la religion chrétienne et que la Reconquista soit partie de cette contrée.

Lorsque la famille royale de Castille s'unit par mariage à celle de Bourgogne, protectrice des moines de Cluny, le pèlerinage de Compostelle, sous l'influence de ces derniers, répandus dans toute l'Europe, devient universel. S'ouvre alors le « chemin de Saint-Jacques », jalonné de basiliques de dévotion comme Chartres, Conques ou Le Puy. Autour de ces routes se développèrent plusieurs cycles de récits (légendes, chroniques, etc.), colportés par les pèlerins au cours de leur long voyage.

Ce pèlerinage international permet aux souverains espagnols de recruter de nombreux chevaliers pour la Reconquista. En 1170, un ordre militaire, celui de Saint-Jacques-de-l'Épée (ou de Santiago), est spécialement fondé pour la défense des pèlerins de Compostelle et la lutte contre l'infidèle. En 1175, le pape Alexandre III confirme les statuts de l'ordre.

Le sanctuaire de 899, détruit en 997 par al-Mansur, est remplacé par l'actuelle cathédrale romane, commencée en 1078 et consacrée en 1211.

Une université est fondée à Saint-Jacques-de-Compostelle en 1504. Le pèlerinage de Saint-Jacques, si important au Moyen Âge, perd ensuite de son attrait et n'a plus aujourd'hui qu'un rayonnement national.

L'ART À COMPOSTELLE

L'église élevée par Alphonse III le Grand fut dévastée en 997 par al-Mansur. À l'est se dressait un monastère qui disparut pour faire place à la cathédrale actuelle, commencée en 1078 par le chevet. Le gros œuvre était terminé avant 1130, après qu'un incendie survenu en 1117 eut entraîné d'importantes réfections. Mais les travaux d'embellissement se poursuivirent jusqu'à la fin du xviiie s. L'intérieur, malgré le décor du chœur et les orgues baroques, garde son aspect roman. C'est le type même de la grande église de pèlerinage, sœur jumelle de Saint-Sernin de Toulouse. Le chœur, terminé par une abside, est entouré d'un déambulatoire et de chapelles rayonnantes. Il s'ouvre sur un grand transept à collatéraux, avec des portes à chaque extrémité, que prolonge à l'ouest une vaste nef à bas-côtés surmontés de tribunes. Tout l'édifice est voûté. La façade sud du transept conserve un double portail roman, la Puerta de las Platerías, qui, avec les chapiteaux historiés de l'intérieur, constitue un ensemble essentiel pour l'histoire de la sculpture romane autour de 1100 dans le nord de l'Espagne et dans ses rapports avec l'art du sud-ouest de la France. Le porche occidental, ou Pórtico de la Gloria, abrite des portails sculptés, datés de 1188 et élevés par maître Mateo. Leurs statues-colonnes attestent l'influence précoce du premier art gothique. Ce portique est aujourd'hui fermé par la haute façade chirrugueresque dite « de l'Obradoiro », élevée de 1738 à 1747 par Fernando de Casas y Novoa. La façade nord du transept, la Puerta de la Parroquia, a été reconstruite un peu plus tard, et le chevet est masqué à l'extérieur par des constructions de la fin du xviie s.

Le palais archiépiscopal, bâti pour Diego Gelmírez au xiie s., s'étend au nord de la nef, tandis qu'au sud s'élèvent les bâtiments du cloître plateresque, construit par Juan de Álava et Rodrigo Gil de Hontañón de 1521 à 1580. Le musée archéologique et le musée de tapisseries flamandes et espagnoles (xvie-xviie s.) y ont pris place. À l'est du cloître, contre le bras sud de l'église, la Concha, coquille Renaissance en encorbellement, porte la tour du Trésor, en vis-à-vis de la tour de l'Horloge, commencée en 1316 et terminée en 1680 par Domingo de Andrade. À l'ouest de la cathédrale s'étend la plaza de España, dont l'ordonnance grandiose entoure la façade de Saint-Jacques, à laquelle on accède par un escalier à double rampe du xviie s. Au sud, le portail de l'hospice du xiie s. est pris dans la façade du Colegio de San Jerónimo, de la fin du xviie s. En face se dresse l'Hospital Real (devenu hôtel), avec son portail sculpté de 1501 à 1511 par Enrique Egas et sa chapelle à façade plateresque. À l'ouest est le palais néoclassique de Rajoy, commencée en 1766.

Les chapelles de la cathédrale forment un musée de peintures, de retables, de reliquaires, de sculptures accumulés au cours des siècles. La vieille ville, qui s'étale autour de Saint-Jacques, avec ses places et ses rues pittoresques, ses quarante-cinq églises et chapelles, ses monastères et son université, contient aussi de nombreux trésors, parmi lesquels il faut citer l'église du xive s. de Santo Domingo, à côté du musée municipal, et l'église de San Martín, dont la façade est une œuvre de Mateo López (1590) et qui conserve de nombreuses œuvres du xviie s. Saint-Jacques-de-Compostelle est ainsi une ville-musée bâtie autour des reliques présumées de saint Jacques, dont le culte est célébré aujourd'hui encore au milieu de fêtes colorées et animées.