En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Pagan

Pagan
Pagan

Localité de Birmanie, sur le cours moyen de l'Irrawaddy, au carrefour des routes menant vers l'Assam, le Yunnan et la vallée de la Sittang, abritant l'ancienne capitale du royaume (xie-xiiie s.).

Histoire et archéologie

Pagan groupe, répartis dans l'ancienne cité et ses environs, sur quelque 40 km2, près de 5 000 monuments de brique plus ou moins ruinés.

Fondée, selon la chronique, dès 108, dotée de son enceinte en 849 ou en 874, Pagan (ou Pukam, en langue classique Arimaddanapura, « la cité destructrice de l'ennemi ») sera la capitale du royaume de Birmanie durant deux siècles et demi environ, du règne d'Aniruddha (1044-1077) à sa dévastation par les Chans [Shan] rebellés (1299), douze ans après sa prise par les Mongols. C'est à partir de Pagan qu'Aniruddha réalisera l'unification politique et religieuse du pays. Imposant le bouddhisme du theravada lors de la conquête du royaume môn de Thaton (1057), il ramènera à Pagan artistes et lettrés môns qui y introduiront leur culture. L'art de Pagan, où deux des plus anciens monuments (Manuha et Nanpaya) sont attribués au roi captif de Thaton, doit beaucoup aux Môns et aux Pyus (royaume de Shrikshetra), mais son originalité et la diversité des influences reçues sont indéniables.

Les monuments, essentiellement bouddhiques (un seul est brahmanique : Nat Hlaung Kyaung), sont des stupa (dits « pagodes ») et des temples. Des monastères s'élevaient au voisinage des grands temples. Comme chez les Pyus, les premiers stupa édifiés par Aniruddha sont cylindriques (Lawkananda), mais un type nouveau est bientôt élaboré : Shwesandaw (1057) impose la silhouette campaniforme et le soubassement considérablement développé en pyramide à gradins qui vont caractériser les grands stupa ultérieurs : Seinnyet Nyima (xie s.), Shwezigon (vers 1100), Dhamayazika (1196), Mingalazedi (1234) …

Le temple renchérit sur la formule pyu de la salle sanctuaire précédée d'un vestibule, avec toiture en terrasses couronnées d'un stupa (Shrikshetra : Lemyethna, Bebe…). Plus vaste, le temple de Pagan impose, pour supporter la masse considérable des superstructures, l'établissement d'un massif de maçonnerie au centre du sanctuaire, réduisant celui-ci à un couloir pourtournant sur lequel s'ouvrent des niches ou des chapelles. En même temps, le ou les vestibules deviennent des avant-corps de plus en plus importants, le temple s'élève sur des terrasses, et une tour śikhara, inspirée de l'art de l'Orissa (Nanpaya [xie s.], Thatbyinnyu [1144], Gawdawpalin [vers 1200]…) tend à remplacer le couronnement en stupa (Patothamya [xie s.], Abeyadana [vers 1100], Nandamannya [1248] …).

Le couloir pourtournant est redoublé dans les très grands temples (Ananda [1090], Dhammayangyi [environ 1160 ?]). L'influence de l'Inde du Nord-Est paraît s'expliquer par l'importance accordée, dès le règne d'Aniruddha, au haut lieu du bouddhisme, Bodh-Gaya, dont le temple, évoqué par les tablettes votives, restauré par le roi Kyanzittha (?-1112) , sera copié dans Pagan même au début duXIII s.

Le décor est toujours sobre : à l'intérieur, des panneaux de pierre sculptée ou de terre cuite (souvent émaillée ou dorée) narrent les Jataka et la carrière du Bouddha, figuré par des statues de tradition pala. La peinture murale tient une place importante dans l'art de Pagan (Patothamya, Abeyadana, Nagayon, Nandamannya…). Les œuvres de style proprement birman (Sulamani, Upali Thein…) ont été exécutées au xviiie s.