En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Ferrare

en italien Ferrara

Ville d'Italie, en Émilie.

  • Population : 133 005 hab. (recensement de 2011)

Archevêché. Commerce et industrie (mécanique, pétrochimie, conserveries, chaussures).

HISTOIRE

Entrée dans le patrimoine de l'Église au viiie s., Ferrare dépend de l'exarchat de Ravenne (921) et se dote d'une organisation communale tout en demeurant sous la suzeraineté de l'Église. Disputée aux xiie et xiiie s. entre les familles des Adelardi (guelfes) et des Torelli (gibelins), elle tombe en 1240 sous la domination de la maison d'Este, qui étend son territoire jusqu'à Mantoue (fin xiiie s.) et en fait la capitale d'une puissante seigneurie et un brillant centre de la Renaissance. Après la mort, sans héritiers, du duc Alphonse II, elle est réunie aux États de l'Église par la convention de Faenza (1598). Occupée par les Français en 1796, intégrée au royaume d'Italie de 1801 à 1814, elle est occupée par les Autrichiens avant d'être rattachée à l'Italie en 1860.

BEAUX-ARTS

Cathédrale, commencée en 1135, à large façade romano-gothique. Château d'Este, commencé en 1385. Palais Schifanoia (musée civique), de Ludovic le More (riche musée archéologique gréco-étrusque de Spina) et des Diamants (pinacothèque), les deux derniers par l'architecte Biagio Rossetti (vers 1447-1516). Le grand maître de l'école ferraraise de peinture est C. Tura, qui transmet l'acuité hallucinatoire de son style à F. Del Cossa, auteur, avec Ercole De'Roberti, à la manière moins âpre, des célèbres fresques du salon des Mois au palais Schifanoia. (Autres peintres ferrarais : L. Costa, Dosso Dossi, le Garofalo [1481-1559].)