En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Dubrovnik

anciennement Raguse

Dubrovnik
Dubrovnik

Ville de Croatie, sur la côte dalmate.

  • Population : 28 113 hab. (recensement de 2011)

Port de commerce.

L'HISTOIRE DE DUBROVNIK

La ville fut fondée dans la première moitié du viie s. par les habitants d'Épidaure, ancienne colonie grecque puis romaine (aujourd'hui Cavtat), chassés par l'invasion des Avars et des Slaves. Les réfugiés s'installèrent dans l'îlot de Lave, ou Lausa, qui est à l'origine de l'ancien nom de Raguse. Très tôt, dès leur christianisation au ixe s., les Slaves croates s'infiltrent dans la cité, tandis que celle-ci, par le rattachement de l'île à la terre ferme, s'étend vers le continent et vers l'établissement slave de Dubrovnik. Tout en gardant son individualité ethnique et linguistique, la communauté slave adopte les formes de vie et les institutions de la population romanisée, créant ainsi la plus remarquable symbiose slavo-latine de la côte dalmate. Soumise à l'autorité byzantine dès le milieu du ixe s., Dubrovnik, située en un point exposé, est attaquée et assiégée par les Sarrasins, puis par les Normands de Robert Guiscard, avant de tomber en 1205 dans l'orbite de Venise. Elle s'en libère définitivement en 1358, élargit son territoire et se constitue en république aristocratique, gouvernée par un recteur, sur le modèle de la Signoria. Mais, pour se protéger de celle-ci – dont elle est la rivale, car elle interrompt la continuité de ses possessions en Adriatique – , Dubrovnik se met, moyennant un tribut annuel, sous la protection des rois hungaro-croates jusqu'en 1526, puis sous celle de la Sublime Porte. Dubrovnik garde cependant sa souveraineté relative et son indépendance de fait jusqu'à l'entrée des troupes françaises, en mai 1806. Le 31 janvier 1808, Marmont supprime la république et la rattache aux provinces Illyriennes. Le congrès de Vienne l'incorpore à l'Autriche. Depuis 1918, Dubrovnik fait partie de la république de Croatie dans le cadre de la Yougoslavie, puis de la Croatie indépendante depuis 1991. La ville a été à plusieurs reprises la cible d'attaques extérieures durant la guerre serbo-croate.

LE PASSÉ ÉCONOMIQUE

Par sa situation géographique, Dubrovnik s'est trouvée tournée vers la mer et le commerce dès le xie s. Elle se donne, parmi les premières villes d'Europe, une organisation sanitaire dès la fin du xiiie s. : système de canalisations (1296), service médical (1301), établissement de la première pharmacie (1317). Au xve s., la ville a 5 500 habitants, et la république 28 000. La base économique est l'activité manufacturière : chantiers navals, fonderie de cloches et de canons, peausseries, savonneries, tissage, bijouterie, reliure. Aux xvie et xviie s., la république est à son apogée, ayant obtenu des Turcs la liberté de mouvement dans les Balkans. Elle devient un des principaux centres commerciaux de la Méditerranée, ce dont témoigne son réseau de 150 consulats. Un tremblement de terre qui détruit la ville en 1667 marque aussi le début de son déclin.

DUBROVNIK, VILLE D'ART

Dubrovnik se présente aujourd'hui comme un tout urbanistique et architectural. Elle a été reconstruite plusieurs fois, toujours d'une façon rationnelle et sur des plans définis à l'avance, à l'intérieur de murailles qui, dans leur tracé actuel, ont été élevées à partir des xiie-xiiie s. et constamment renforcées jusqu'au milieu du xviie s. Cette enceinte, percée de quatre portes, a 22 m de haut et 1 940 m de tour. La ville présente encore, malgré le séisme de 1667, des monuments de toutes les époques et de tous les styles, excepté le byzantin, qui n'y a jamais été représenté : chapelles préromanes : couvents franciscain et dominicain romano-gothiques ; fontaines et palais gothico-renaissants ou renaissants, notamment le palais des Recteurs qui abrite aujourd'hui le Musée historique de la ville et le palais Sponza, qui abritait les douanes et qu'on appelle encore, de ce fait. Divona : palais, cathédrale et église Saint-Blaise, enfin, d'époque baroque.

Dubrovnik est, dans son essence, une cité à la fois croate et européenne. Y ont travaillé des architectes et sculpteurs italiens – parmi lesquels Michelozzo, Onofrio della Cava, Salvi di Michiele – , croates – comme Georges le Dalmate, Nićifor Ranjina, Pripko Radončić – albanais, tel Miho Brajkov de Bar. Eglises et palais abritent des toiles de Titien, de Palma le Vieux, du Parmesan, de Vasari, du Pordenone, ainsi que des peintres croates de l'« école de Dubrovnik » : Nikola BoŽidarevič (?-1517). Dobrić Dobrićević (vers 1450-1528), Mihailo Hamzić.

LES LETTRES

La langue de l'administration était l'italien, celles des lettres étant le latin et le croate. À Dubrovnik est née la littérature moderne croate avec les poètes trouvères des xve-xvie s., mais les noms les plus illustres, et toujours vivants, sont ceux de l'auteur de comédies Marin Držić (1508-1567), du poète lyrique Ivan Gundulić (vers 1589-1638) et du philosophe et mathématicien Rudjer Bosković (Boscovitch) [1711-1787].