En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Cucugnan

Commune du département de l'Aude (canton de Tuchan, arrondissement de Narbonne).

  • Population : 139 hab. (recensement de 2010)
  • Nom des habitants : Cucugnanais

Viticulture. Tourisme. Commune membre de la Communauté de communes des Hautes-Corbières.

Rendu célèbre par un conte d'Alphonse Daudet, le village est édifié sur une colline. On peut y voir les vestiges de l'ancienne enceinte claustrale et d'une citerne. L'église, placée sous le vocable de Saint-Julien et Sainte-Basilisse, est mentionnée depuis le xive siècle ; elle fut détruite vers 1860 pour faire place à l'église actuelle, reconstruite en style néo-gothique. Elle abrite une étonnante statue de la Vierge enceinte (xviie s.).

Le château de Quéribus

À quelques kilomètres de Cucugnan, à la limite des départements de l'Aude et des Pyrénées-Orientales, les ruines du château de Quéribus (xiiie s.) se dressent sur un piton rocheux dominant la plaine du Roussillon du haut de ses 728 m. Érigé au xie siècle, par les seigneurs de Cucugnan, branche cadette des seigneurs de Peyrepertuse et farouches défenseurs de leur indépendance, ce nid d'aigle fut, après la chute de Montségur, l'ultime îlot de la résistance des derniers cathares venus s'y réfugier, avec le diacre du Razès Benoît de Termes, sous la protection de Pierre de Cucugnan. Après que celui-ci fut finalement contraint de céder devant Saint-Louis, en 1258, le château, devenu forteresse royale, fut remanié afin d'assurer la maîtrise des terres nouvellement conquises, Corbières et Fenouillèdes, et de surveiller la frontière aragonaise. En rattachant le Roussillon à la France et en repoussant la frontière entre la France et l'Espagne jusqu'aux sommets des Pyrénées, le traité des Pyrénées, en 1659, lui fit perdre son importance stratégique. Comme Aguilar, Termes, Puilaurens et Peyrepertuse, qui constituaient jusque-là des postes de défense avancés, le château fut alors abandonné et, peu à peu ruiné par les intempéries, livré au vandalisme. Les ruines du massif donjon polygonal qui couronne la falaise renferment une grande salle à l'élégante voûte gothique.