En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Copenhague

en danois København

Copenhague
Copenhague

Capitale du Danemark, sur la côte est de l'île de Sjaelland, sur le Sund.

  • Nom des habitants : Copenhagois
  • Population pour l'agglomération : 1 206 020 hab. (estimation pour 2011)

GÉOGRAPHIE

Bien qu'ayant une position quelque peu excentrée, Copenhague joue un rôle prédominant dans la vie danoise. Localisée dans le Sund, à l'extrémité de l'île de Sjaelland et sur l'île d'Amager, Copenhague bénéficie d'une situation exceptionnelle qui en faisait « l'entrepôt » de l'Europe du Nord. Mais l'ouverture du canal de Kiel et des détroits trop peu profonds pour certains navires ont quelque peu entamé cette position privilégiée. Néanmoins, Copenhague reste une grande place commerciale, et son port, encore actif, a été relayé par un trafic routier important et un aéroport international très fréquenté (Kastrup). Le port était situé initialement sur l'île de Slotsholmen, et ce n'est qu'en 1618 qu'a été créé le quartier de Christianshavn sur l'île d'Amager. La nouvelle enceinte datant de 1660 a isolé le port du reste de l'île par une ligne de fortifications bordée par un fossé de défense encore visible sur le plan actuel. Un port franc a été créé en 1894 pour riposter à l'ouverture du canal de Kiel, qui détournait le trafic vers Hambourg. Le port subsiste avec ses bassins et ses docks à l'intérieur de la vieille enceinte, mais la ville, depuis le milieu du xixe s., s'étend en auréoles concentriques depuis ce centre portuaire en « digérant » des anciens villages comme Tårnby. Ces extensions, effectuées sur des terrains plats, donnent une impression d'ensemble de monotonie. Aux maisons en brique, de 3 à 4 étages, du début du xxe s. ou de l'entre-deux-guerres ont succédé de grands ensembles de bâtiments en béton, de 8 à 10 étages, après la Seconde Guerre mondiale, puis plus récemment des lotissements pavillonnaires.

La ville, très étendue, a bénéficié de schémas d'urbanisme pour décongestionner le centre de la ville, dont de nombreux quartiers anciens se dépeuplent. L'ensemble de l'agglomération stagne désormais. Le développement des activités tertiaires compense à peine le retrait des industries, décentralisées. Copenhague ne fournit plus que le huitième des emplois industriels. Cependant dans le périmètre de l'agglomération subsistent encore de grosses usines d'industries mécaniques et alimentaires, et le nom de Copenhague reste aujourd'hui associé à la porcelaine, à la bière et aux chantiers navals. L'agglomération, étendue sur 520 km2, possède une importante activité tertiaire. Les problèmes de transport y sont importants, aggravés par le passage de tout un transit international. Mais, outre l'utilisation abondante et caractéristique de la bicyclette et l'extension des espaces piétonniers, le caractère aéré de cette capitale, laissant une large place aux espaces verts et aux jardins comme ceux du Tivoli, contribue au charme de cette métropole incontestée de toute la Scandinavie du Sud.

HISTOIRE

Important site marchand, capitale du Danemark (1443), elle s'affirma comme métropole commerciale des pays nordiques. Elle s'assura au xvie s. le contrôle du Sund et résista au xviie s. aux attaques suédoises. Aux xviie et xviiie s., Copenhague devint une place financière et commerciale internationale. Maîtresse absolue du commerce baltique, la ville s'attribua le monopole de l'exploitation coloniale de l'Islande, du Groenland et des Antilles danoises. Elle fut bombardée à deux reprises par les Anglais pour briser la ligue des Neutres (1801), puis l'alliance du Danemark avec Napoléon Ier (1807).

BEAUX-ARTS

Bourse (1619) et château de Rosenborg (1606, collections royales), de style Renaissance hollandaise. Château baroque de Charlottenborg (1672). Place et palais d'Amalienborg (milieu du xviiie s.) par N. Eigtved. Cathédrale néoclassique (1811-1829) par C. F. Hansen (sculptures de Thorvaldsen). Hôtel de ville (fin du xixe s.) de style historiciste national, par Martin Nyrop. Musée national, fondé en 1807, dans un palais de N. Eigtved ; musées des Beaux-Arts, des Arts décoratifs, glyptothèque Carlsberg. Manufacture royale de porcelaine (fondée en 1775).