En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

hermine

Hermine
Hermine

La robe d'une blancheur immaculée qu'elle porte dans les pays de neige a fait de l'hermine un des symboles de la pureté. Mais ce mammifère, l'un des plus récents de notre faune, est surtout un carnassier, parfaitement adapté à la chasse aux campagnols.

Introduction

L'hermine fait partie des mustélidés, famille de chasseurs remarquables probablement apparue  au début de l'éocène, il y a une cinquantaine de millions d'années. Les mustélidés descendent d'ancêtres communs à l'ensemble de l'ordre des carnivores, les miacidés, qui vivaient en Europe au paléocène, il y a environ 60 millions d'années. L'un des mieux connus de ces animaux est Miacis, trouvé en Allemagne, qui devait ressembler à la martre et était au moins en partie arboricole.

Dans la lignée des mustélidés, le genre Mustela apparaît au miocène, il y a une vingtaine de millions d'années, après la séparation du tronc commun avec les genres Martes et Gulo (martres et glouton). Au pliocène, on trouve la première hermine connue, Mustela plioerminea, datée de 4 millions d'années, dont on a mis au jour des fossiles dans plusieurs sites d'Europe et d'Asie. De la fin du tertiaire au début du quaternaire, période pendant laquelle apparaissent la plupart des mammifères contemporains, Mustela plioerminea évolue en Mustela palerminea.

L'hermine actuelle, Mustela erminea, existe seulement depuis 500 000 ans environ. De son berceau d'origine, l'Asie, elle gagne bientôt l'Amérique du Nord, en passant par le détroit de Béring lors d'un abaissement du niveau des eaux.

On peut certainement lier l'apparition de l'hermine, et probablement celle de la belette, Mustela nivalis, qui lui ressemble, à l'extension des paysages ouverts, propices aux rongeurs, et auxquels les forêts cèdent  la place avec le refroidissement du climat, au pliocène. Les premiers Mustela, peut-être arboricoles, se spécialisent alors dans la capture des petits rongeurs terrestres susceptibles de pulluler dès qu'abondent les graminées. À l'arrivée des glaciations, l'hermine et la belette se sont maintenues dans les paysages devenus inhospitaliers pour de nombreuses autres espèces, car elles sont capables de poursuivre lemmings et campagnols jusque dans leurs galeries sous la neige. Elles se sont ainsi largement développées dans les zones tempérées et froides de l'hémisphère Nord, alors que la pression de la concurrence et de la prédation a considérablement limité leur extension vers le sud.

La vie de l'hermine

Seule sur son territoire

Chaque hermine vit seule sur son territoire. Mais celui du mâle est nettement plus grand et peut englober tout ou partie du territoire d'une ou de plusieurs femelles.

Toutes les zones de l'espace que l'animal défend contre ses congénères ne sont pas exploitées de la même façon : seules celles où les proies sont abondantes lui servent réellement de terrain de chasse, les autres sont plutôt des zones de repos. Pour circuler, l'hermine emprunte en général les mêmes trajets. Évitant de se déplacer à découvert, elle longe un vieux mur de pierres, la rive boisée d'un cours d'eau, et s'abrite sous la végétation plus dense d'un fossé ou d'une haie.

Aux vieilles forêts souvent pauvres en proies, l'hermine préfère les zones forestières plus récentes, où poussent des rejets. Cet animal terrestre n'hésite pas à grimper aux grands arbres, passant avec habileté entre les branches, pour redescendre la tête en bas le long du tronc.

Les études menées par Carolyn King en Grande-Bretagne et en Nouvelle-Zélande, par Michel Pascal et Pierre Delattre en France, et par Sylvain Debrot en Suisse, ont montré que le territoire d'une hermine femelle pouvait varier entre 1 ha (en Suisse) et 110 ha (en Écosse) dans un milieu plus pauvre en proies ; un mâle peut quant à lui se déplacer sur un territoire pouvant atteindre 250 hectares.

Les mâles observés en Suisse avaient des territoires variant de 8 à 40 ha et parcouraient chaque jour de 600 à 1 400 mètres ; quant aux femelles, leurs territoires étant plus petits (de 1 à 7 ha), elles se déplaçaient quotidiennement de 400 à 600 mètres.

Un marquage à deux degrés

L'hermine, mâle et femelle, marque les limites de son territoire en déposant aux endroits stratégiques le contenu de ses glandes anales (celles d'un mâle peuvent contenir jusqu'à 100 ml de musc), associé ou non au dépôt d'urine et de fèces. Mais, lorsque l'animal cherche à impressionner un congénère, il frotte, le long d'un objet, son corps entier et surtout ses joues et ses flancs, où sont présentes plusieurs glandes sébacées. Ce dernier type de marquage a une signification beaucoup plus agressive, et la réaction d'un jeune animal à l'odeur du corps d'un dominant est nettement teintée d'inquiétude.

En couronne pour dormir

Plutôt nocturne en automne et en hiver et diurne au printemps, l'hermine fait alterner des phases de déplacements et de chasse d'une durée de 10 à 45 minutes et des périodes de repos, s'arrêtant dans l'un des nombreux abris disséminés sur son territoire. Et, pour conserver au maximum sa propre chaleur et économiser son énergie, malgré la longueur relative de son corps, elle dort en s'enroulant sur elle-même, cachant sa tête dans sa queue.

La chasse aux campagnols, aux lapins et aux oiseaux

L'hermine est un grand chasseur de campagnols. Elle excelle dans la capture de ces petits rongeurs très amateurs de graminées, et elle n'hésite pas à poursuivre même les campagnols amphibies, ou rats d'eau (Arvicola sapidus) jusque dans leurs galeries souterraines. Elle apprécie les campagnols roussâtres (Clethrionomys glareolus), mais préfère chasser ceux du genre Microtus, ces campagnols des champs que l'on rencontre partout en Europe, en Asie et en Amérique du Nord, et qui, le plus souvent, constituent au moins la moitié de son alimentation. L'autre moitié se compose d'oiseaux, de lézards ou d'autres petits rongeurs, comme les rats, les souris et les mulots. Elle peut prendre un œuf dans un nid d'oiseau, le coincer entre son menton et une patte avant et l'apporter jusqu'à son abri en marchant sur trois pattes.

En période de disette, l'hermine consomme même des insectes, des vers de terre, des fruits, des poissons ou des mammifères insectivores telles les musaraignes ou les taupes.

L'hermine s'attaque aussi à de plus grosses proies, lapins et lièvres, bien qu'une ruade de lapine protégeant sa portée ne soit pas sans danger pour elle. Les hermines de Grande-Bretagne se nourrissaient essentiellement de lapins jusqu'en 1952-53, mais, dans les deux décennies qui ont suivi l'épidémie de myxomatose qui a décimé ces derniers, seules ont survécu celles qui ont su élargir l'éventail de leurs captures. Aujourd'hui, les lapins représentent à nouveau près du tiers des proies des hermines britanniques.

En temps d'abondance, l'hermine est sélective, mais, en cas de nécessité, elle se contente de ce qu'elle trouve. Une étude réalisée au nord du Canada pendant le court été arctique a montré que les lemmings, à eux seuls, constituaient les trois quarts des restes de proies identifiés. Le dernier quart était composé de restes d'oiseaux et d'insectes. Plus au sud, dans l'Ontario, il a été observé des hermines qui se nourrissaient à 90 % d'une seule espèce de campagnol, Microtus pennsylvanicus, alors que d'autres rongeurs étaient présents. En Californie, dans la sierra Nevada, c'est l'espèce Microtus montanus qui représentait l'essentiel du régime.

À l'oreille et à l'œil

L'hermine en chasse n'est pas facile à observer, car elle est très vive et se cache dans la végétation. Le suivi d'animaux équipés d'un collier émetteur et la lecture de traces dans la neige l'hiver permettent de dire que l'hermine chasse en solitaire, en explorant régulièrement et systématiquement tous les coins et recoins susceptibles d'héberger un rongeur. Elle court en zigzag, d'un point à un autre, sans rien oublier, utilisant probablement sa mémoire des chasses précédentes et sa bonne connaissance du terrain.

C'est sans doute à l'ouïe qu'elle repère ses proies, car elle ne remarque pas un campagnol immobile à découvert. La vision semble jouer un rôle beaucoup plus important pour l'attaque finale. Après avoir rattrapé en deux bonds sa proie qui se sauve en courant, l'hermine la mord à la nuque et la tue presque instantanément. Lapins, lièvres ou lagopèdes meurent plutôt d'arrêt cardiaque que des blessures qu'elle pourrait leur infliger. Quant aux oiseaux, elle les saisit à la gorge. Si une goutte de sang perle de la blessure, l'hermine la lèche (mais elle ne suce pas le sang de ses proies) puis, après avoir brisé le crâne avec ses puissantes canines, elle mange d'abord le cerveau. Si la chasse est très fructueuse, l'hermine rapporte dans son nid les proies tuées et les consomme tranquillement dans le ou les jours qui suivent.

Blancheur hivernale

L'été, l'hermine est brune avec le ventre jaunâtre. Mais l'hiver, son pelage devient d'une blancheur immaculée : seuls le bout de son nez et le pinceau terminal de sa queue restent noirs (ainsi que ses yeux !). Cependant, certains individus ne deviennent pas blancs. Les hermines qui restent brunes acquièrent souvent un pelage plus clair après la mue d'automne et leur ventre devient d'un blanc pur.

Toutes les hermines muent deux fois par an. À l'automne, des poils de bourre nettement plus serrés viennent remplacer le pelage d'été, d'abord sur le ventre puis sur les flancs et enfin sur le dos et la tête. Le phénomène est sous la dépendance de la durée relative du jour et de la nuit. Les animaux habitant des latitudes nordiques muent de façon précoce et en quelques jours seulement. Sous des climats plus cléments, comme en Europe occidentale tempérée, la mue est plus tardive et dure de 4 à 6 semaines. À l'inverse, la mue de printemps commence plus tôt chez les animaux les plus méridionaux et débute par la tête pour se terminer par le ventre. Et les populations arctiques et subarctiques, qui vivent plus longtemps sur la neige, bénéficient d'une longue protection au niveau de leur ventre.

Brune en deçà de 50° de latitude nord

Le changement de couleur est lié à la fois à l'hérédité et à l'influence du milieu extérieur. Il semble même que, dans une région donnée, le pourcentage d'animaux blancs puisse varier d'un sexe à l'autre ; et, dans les populations où le changement de couleur n'est pas général, les femelles sont plus souvent blanches que les mâles.

Température minimale, enneigement, gel, altitude conditionnent également le changement de couleur. En Amérique du Nord ou en Eurasie, certaines populations deviennent blanches l'hiver et d'autres, plus méridionales, restent brunes : au niveau de la Biélorussie, entre la Pologne et les pays Baltes, la frontière passe entre 50° et 55° de latitude nord et correspond à la limite des zones où la neige tient plus de 40 jours par an. Vers l'ouest, la limite se situe autour de 51° aux Pays-Bas, là où l'influence maritime est encore forte. En Angleterre, les hermines restent brunes l'hiver, mais elles blanchissent en Écosse et au pays de Galles. En France, dans les zones de montagne, elles changent de couleur.

Le pourquoi du blanchiment

La blancheur du pelage d'hiver est liée à l'absence de mélanine, le pigment qui le colore normalement. Quand la température descend au-dessous de 2 °C, les flancs de l'hermine deviennent blancs, et son corps tout entier blanchit si la température descend au-dessous de - 1 °C pendant la mue. Si la température fluctue à l'automne, les hermines peuvent devenir pie. C'est ce que l'on observe dans les zones de transition entre les populations blanches du Nord et les populations brunes du Sud.

Si les hermines des zones froides et boréales deviennent blanches en hiver, c'est certainement pour mieux échapper à leurs prédateurs sur fond de neige, en particulier les rapaces, buse ou chouette, par exemple. Leur blancheur les avantage également pour rechercher les petits rongeurs qui, eux, ne changent pas de couleur en hiver, car, vivant sous la neige, ils ne s'exposent pas comme l'hermine aux regards des prédateurs aériens.

Presqu'un an de gestation

Les deux sexes ne se fréquentent que pendant les deux  ou trois jours par an durant lesquels une femelle accepte le mâle. Dès le solstice d'hiver, le mâle se prépare physiologiquement pour la saison de reproduction qui, sous les climats tempérés, a lieu de la fin de mars au début de juillet. La femelle est fécondable dès qu'elle a mis bas, mais l'ovulation n'est déclenchée que par l'accouplement lui-même.

Bien que deux fois plus grand que la femelle qu'il suit, le mâle en rut n'approche celle-ci qu'avec précaution, de peur de se faire mordre. Si la femelle est réceptive, la copulation a lieu peu après, dans un terrier ou sous le couvert d'un buisson. Le mâle, prenant le corps de sa partenaire entre ses pattes, la saisit aussi par la peau du cou et ne la lâche plus pendant les trois heures que peut durer l'accouplement, entrecoupé de périodes de repos. Puis le mâle cherche d'autres partenaires tandis que la femelle repart vivre seule.

Le développement des ovules fécondés commence normalement pendant deux semaines, puis il s'interrompt durant neuf à dix mois. Pendant ce phénomène d'implantation différée, les embryons (au stade de blastocystes) restent libres dans l'utérus. La poursuite de la gestation ne reprend qu'au printemps suivant, quand les jours rallongent. Dans les régions où les hermines sont blanches l'hiver, les naissances ont souvent lieu de 22 à 25 jours après l'apparition des premiers poils bruns sur le museau de la femelle.

C'est donc de 220 à 380 jours après l'accouplement que la femelle met bas en moyenne de 4 à 9 petits (la portée peut en comprendre de 1 à 20), minuscules, pesant entre 1 et 4 grammes. Comme elle ne dispose que de 4 ou 5 paires de mamelles, la compétition peut être rude. Les petites hermines naissent dans le terrier sur une litière faite de quelques poils et de peaux de campagnols. Elles sont sourdes, aveugles, édentées et nues. Leurs premières dents de lait apparaissent au bout de trois semaines, leurs yeux s'ouvrent vers l'âge de un mois, elles accompagnent leur mère à la chasse dès deux mois et sont capables de tuer leurs premières proies un peu avant trois mois.

Des femelles très précoces

Les jeunes mâles, nettement plus petits que les adultes durant leur premier hiver, cessent pourtant alors de grandir, et ne reprennent leur croissance pour atteindre la puberté que lors du deuxième printemps ou été. Beaucoup plus précoces, les femelles atteignent leur taille adulte de 5 à 6 mois après leur naissance, mais sont pubères dès l'âge de deux mois (60 à 70 jours) – cependant, en raison du phénomène d'implantation différée, elles ne mettent jamais bas avant l'âge de 13 mois.

Pour tout savoir sur l'hermine

Hermine (Mustela erminea)

Le corps long et souple de l'hermine est bien adapté à la recherche et à la capture des petits rongeurs qui forment la base de son alimentation. Sa tête expressive est pourvue de deux yeux sombres et très vifs. Ses oreilles, larges et arrondies, dépassent légèrement du pelage. Son museau est planté de longues vibrisses (« moustaches ») qui lui servent à repérer la position de ses proies à courte distance.

En été, son pelage est brun sur le dos et blanc sur le ventre, avec une ligne de démarcation bien rectiligne le long du flanc – cette ligne est nettement plus irrégulière chez la belette. Chez les hermines d'Irlande, le blanc du ventre se réduit à une mince bande médiane et les flancs apparaissent complètement bruns. À l'âge de trois semaines, les hermines développent une sorte de petite crinière sur le dessus du dos, qui disparaît à l'âge adulte.

Les pattes de l'hermine possèdent cinq doigts pourvus de griffes qui l'aident à grimper facilement aux arbres ou à fouiller le sol, qu'il s'agisse de sa litière de feuilles mortes, d'une terre meuble ou de neige poudreuse. En hiver, le dessous des pattes est pourvu, entre les coussinets, de touffes de poils qui protègent l'animal du froid.

Comme de nombreux carnivores, l'hermine mâle est dotée d'un os pénien, ou baculum, dont la forme très spécifique permet d'identifier l'espèce et de déterminer l'âge de l'individu. Chez un mâle immature, cet os pèse de 10 à 30 mg, alors qu'il atteint 50 à 90 mg et mesure de 2 à 3 cm de long après la puberté. Cet os joue, pense-t-on, un rôle important lors de l'accouplement pour stimuler la femelle et déclencher l'ovulation.

Les hermines ont un métabolisme de base relativement élevé par rapport à celui d'autres animaux de taille équivalente. Pour une température interne de 38 à 39 °C, leur rythme cardiaque est de 340 à 420 battements par minute, et leur rythme respiratoire de 90 à 160 mouvements par minute. Alors qu'en moyenne un mammifère pesant 200 g consomme 20 kcal par jour pour satisfaire ses besoins énergétiques, une hermine de même poids en consomme de 40 à 45.

Une hermine pesant de 110 à 280 g doit ingérer de 70 à 170 g d'aliments par jour. Ce grand besoin énergétique est lié au fait que le corps très long de l'hermine, idéal pour chasser les campagnols jusqu'au fond de leurs terriers, conserve moins bien la chaleur qu'un organisme plus rond. De même, le pelage d'hiver a peu d'épaisseur, afin de permettre à l'animal de se glisser dans les galeries les plus étroites. Pour économiser son énergie pendant l'hiver, l'hermine réduit son temps d'activité et, pour mieux s'isoler du froid, tapisse son abri de la peau des rongeurs qu'elle a mangés.

Les hermines disposent d'un certain nombre de cris pour communiquer entre elles ou avec les autres espèces. Quand mère et jeunes s'interpellent, ils échangent un trille assez doux. Une hermine inquiète recule vers son abri en émettant un sifflement sourd. En cas de menace soudaine, l'animal réagit en avançant et en poussant une sorte d'aboiement aigu et très violent. La brutalité de ce cri fait reculer nombre d'agresseurs potentiels. Le cri peut encore s'amplifier si l'hermine se sent réellement acculée. Habituellement, elle décharge en même temps le contenu de ses glandes anales.

HERMINE

Nom (genre, espèce) :

Mustela erminea

Famille :

Mustélidés

Ordre :

Carnivores

Classe :

Mammifères

Identification :

Longue silhouette, basse sur pattes, bicolore : roux-brun dessus et blanc dessous ; pinceau de la queue noir

Taille :

Longueur tête et corps : de 187 à 325 mm (mâles), de 170 à 270 mm (femelles) ; queue : de 95 à 130 mm

Poids :

Mâles : de 200 à 450 g ; femelles : de 110 à 280 g

Répartition :

Pratiquement tout l'hémisphère Nord tempéré et froid

Habitat :

De la forêt à la toundra

Régime alimentaire :

Carnivore strict, petits herbivores, oiseaux

Structure sociale :

Solitaire

Maturité sexuelle :

Mâles : de 10 à 11 mois ; femelles : 3 semaines

Saison de reproduction :

Printemps, début de l'été

Durée de gestation :

1 mois de gestation active, de 9 à 10 mois de diapause

Nombre de jeunes par portée :

Jusqu'à 20 (moyenne : autour de 8)

Poids à la naissance :

De 1 à 4 g

Longévité :

De 6 à 8 ans (en moyenne, 1 an)

Effectifs, tendance :

Fluctuations avec extinctions locales et repeuplements

Statut :

Espèce non menacée à l'échelle internationale ; protégée en France ; au niveau européen, protégée par la Convention de Berne (Annexe III)

 

Signes particuliers

Œil et oreille

L'ouïe est bien développée dans les basses fréquences : de 1 à 61 kHz et surtout de 1 à 16 kHz. Sa face relativement plate assure à l'animal une bonne vision binoculaire devant et un large champ monoculaire de chaque côté. L'hermine voit sans doute le rouge et peut-être le jaune, le vert et le bleu. Elle voit bien en lumière faible grâce au tapetum lucidum, couche réfléchissante située derrière la rétine, qui donne aux yeux, la nuit, un reflet vert brillant.

Terriers et abris

Chaque hermine dispose d'un terrier et d'une série d'abris, qui sont d'anciennes galeries creusées par les campagnols ou les lapins, des anfractuosités de roches, des pierriers ou des restes de meules de foin. Elle les tapisse en hiver des peaux de ses proies, ce qui lui permet de conserver la chaleur interne.

Crâne

Puissant et allongé, le crâne abrite une boîte crânienne assez développée, sur laquelle sont attachés des muscles de mastication puissants. L'articulation mandibule/crâne ne rend possible que les mouvements de haut en bas.

Dents

L'hermine possède 34 dents, soit par demi-mâchoire : I 3/3, C 1/1, PM 3/3, M 1/2. Les carnassières (dernière prémolaire supérieure et première molaire inférieure) découpent comme des ciseaux la chair de la proie après que les canines lui ont brisé la nuque d'un seul mouvement. Les autres dents servent moins.

Les belettes

Le genre Mustela, auquel appartient l'hermine, représente la sous-famille des mustélinés au sein de la famille des mustélidés ; il rassemble 17 espèces de petits carnivores terrestres ou semi-aquatiques, prédateurs efficaces de petits vertébrés, largement répartis dans le monde. Leurs comportements sont très proches. Là où deux ou trois espèces cohabitent, des différences de taille permettent d'éviter une concurrence alimentaire trop importante.

Outre les belettes (voir ci-dessous), le genre Mustela comprend les putois. Deux espèces sont eurasiatiques : le putois, Mustela putorius (et sa forme domestique le furet, Mustela putorius furo) et le putois des steppes, Mustela eversmanni. La troisième est américaine : il s'agit du  putois à pieds noirs, Mustela nigripes, des Grandes Plaines des États-Unis. Celui-ci a frôlé l'extinction à la fin des années 1970. Sa raréfaction est imputable aux effets combinés de la disparition de ses proies, les chiens de prairie (Cynomys mexicanus) – tapetum lucidumeux-mêmes victimes de l'extension de l'agriculture, ainsi que de persécutions (empoisonnements) – et de la destruction de son habitat. Disparu à l'état sauvage, l'espèce a fait l'objet d'un programme d'élevage en captivité, puis de plusieurs réintroductions dans la nature. Aujourd'hui, la population sauvage, issue de ces réintroductions, est en hausse, mais le putois à pieds noirs reste très rare et en danger.

Le vison d'Europe (Mustela lutreola) appartient lui aussi à la sous-famille des mustélinés. En revanche, le vison d'Amérique, auparavant classé dans le genre Mustela, fait aujourd'hui partie du genre Neovison. Ce genre comprend aussi une espèce éteinte, le vison des mers (Neovison macrodon), qui, jusqu'au xixe siècle, habitait les côtes rocheuses atlantiques du Canada et du nord des États-Unis. Exterminé par la chasse, pour sa fourrure, il aurait disparu vers 1860 (il se serait peut-être maintenu jusqu'en 1894).

Belette (Mustela nivalis)

Le plus petit des carnivores : de 25 à 250 grammes selon les régions.

Identification : queue plus courte que l'hermine, jamais noire à l'extrémité sauf quelques poils foncés, ligne de démarcation irrégulière entre colorations du dos et du ventre, souvent une tache brune sur la joue blanche.

Répartition : proche de celle de l'hermine mais absente en Irlande et nettement plus méridionale. En Amérique du Nord et au nord de l'Eurasie (Scandinavie et Russie), animaux plus petits et blancs l'hiver. Sur le pourtour méditerranéen, au Maghreb et en Égypte, en Corse et en Sardaigne, se trouvent les animaux les plus grands.

Sans doute deux sous-espèces : Mustela nivalis nivalis, la belette « des neiges », que l'on trouve dans le Nord de l'aire de répartition de l'espèce (les belettes « pygmées », rattachées à Mustela nivalis nivalis, se rencontrent également en Amérique du Nord et au Japon), et Mustela nivalis vulgaris, sous-espèce d'Europe occidentale, de Grande-Bretagne et d'Asie occidentale. La belette a été introduite en Nouvelle-Zélande.

Alimentation : chasseur de campagnols et de lemmings encore plus spécialisé que l'hermine.

Comportement : gestation de 34 à 37 jours, sans diapause. Pas de crinière chez les jeunes ; pas d'accouplement au nid. Sevrage entre 4 et 12 semaines ; maturité, chez les deux sexes, vers 3 ou 4 mois. Si les proies abondent, les femelles peuvent avoir une seconde portée le même été avec un œstrus fin mai, et les jeunes nés en avril peuvent se reproduire dès le premier été. Les années où les campagnols sont rares, il peut ne pas y avoir du tout de reproduction.

Belette à longue queue (Mustela frenata)

La plus grande des trois espèces présentes sur le continent américain.

Poids : de 100 à 350 grammes (mâles plus lourds que femelles ; variations géographiques importantes).

Identification : la queue, noire au bout, représente de 40 à 70 % de la longueur du corps (de 30 à 45 % chez l'hermine et moins de 25 % chez la belette).

Répartition : uniquement en Amérique (originaire d'Amérique du Nord) ; sud du Canada, États-Unis, Mexique, Amérique centrale et nord de l'Amérique du Sud : Colombie, Venezuela et, à l'ouest, dans la cordillère des Andes, jusqu'au centre de la Bolivie.

Alimentation : petits rongeurs (campagnols pour les plus petites, écureuils pour les plus grandes), mais aussi rats, lapins à queue de coton et même musaraignes. À l'occasion, des insectes ou des vers.

Comportement : gestation de 205 à 337 jours avec implantation différée. Accouplements après la lactation et le sevrage de la portée née au printemps, entre juin et août. Les nouveau-nés ne développent pas de crinière sur le cou. Femelles matures à trois mois, mâles à un an seulement.

Belette de montagne (Mustela altaica)

Poids : de 120 à 220 grammes pour les femelles et de 220 à 305 grammes pour les mâles.

Répartition : montagnes d'Asie centrale, en deux zones : sud de la Sibérie, moitié nord de la Mongolie, nord-est de la Chine et péninsule coréenne ; Kazakhstan, Kirghizistan, Tadjikistan, centre et sud de la Chine, nord de l'Inde, Bhoutan. Hauts plateaux, forêts et prairies de montagne jusqu'à 3 500 mètres.

Comportement : les femelles mettent bas après 40 jours de gestation.

Belette de Sibérie (Mustela sibirica)

Poids : de 360 à 820 grammes (mâles plus lourds que femelles).

Identification : d'un joli jaune l'hiver mais plus foncée l'été ; tache claire sur la gorge, marques foncées et claires sur le museau.

Répartition : de l'est de la Russie européenne à l'Extrême-Orient sibérien, et, vers le sud, jusqu'en Thaïlande.

Alimentation : rongeurs, pikas, œufs, grenouilles et poissons.

Espèce chassée pour sa fourrure.

Belette à ventre jaune (Mustela kathiah)

Identification : queue longue et unie ; pelage brun foncé dessus et jaune soutenu dessous.

Répartition : Himalaya et sud de la Chine, Birmanie, Viêt Nam, Laos, Thaïlande ; entre 1 800 et 4 000 m d'altitude.

Mustela strigidorsa

Espèce assez rare.

Identification : brune ; tache claire du menton à la gorge ; fine ligne dorsale blanche de la nuque à la base de la queue ; ligne claire sur le ventre.

Répartition : forêts tempérées de 1 200 à 2 200 m d'altitude entre l'est du Népal et la Thaïlande.

Belette de Malaisie (Mustela nudipes)

Identification : du blanc-gris jusqu'au brun-roux ; tête plus pâle que le corps. La femelle ne possède que deux paires de mamelles.

Répartition : Thaïlande, Brunei, Malaisie, Indonésie (absente de Java).

Les belettes d'Amérique du Sud

Outre la belette à longue queue, l'Amérique tropicale héberge deux espèces mal connues :

La belette de Colombie, Mustela felipei, est connue par une dizaine de spécimens recueillis dans les Andes, entre 1 750 et 2 500 m d'altitude ; un a été trouvé en Équateur, tous les autres proviennent de la cordillère centrale de Colombie. Le mode de vie de cette belette andine est inconnu. Elle est l'un des plus rares mammifères du monde, et les zones où elle est supposée vivre souffrent de la déforestation.

La belette tropicale, ou belette amazonienne, a été baptisée Mustela africana par suite d'une erreur d'étiquetage entre le lieu de capture et le musée où elle a été décrite. Mal connue, elle habite les forêts humides du bassin de l'Amazone, de l'est de l'Équateur jusqu'au Brésil et au nord-est du Pérou. De brune à chocolat sur le dessus, elle est plus pâle dessous, mais avec une ligne médiane de la couleur du dos sur le ventre. Elle nage et grimpe bien.

Milieu naturel et écologie

Une loi bien connue en écologie, la loi de Bergmann, veut que, pour une espèce donnée, les animaux les plus grands soient ceux qui habitent les latitudes les plus élevées. Dans le cas de l'hermine, c'est l'inverse : les plus petites sont les plus septentrionales. En fait, le problème le plus important pour une hermine qui vit en zone arctique ou subarctique est de trouver suffisamment à manger sans perdre trop d'énergie. Or, sous la neige, dans les terriers et les tunnels des petits rongeurs, il fait bien moins froid qu'en surface, et c'est là que se trouvent les proies : deux raisons qui justifient une petite taille qui permet de se glisser dans ces galeries. Les mâles sont plus grands, sans doute à cause de la compétition intense au moment de la reproduction : le plus grand se trouve avantagé. Le problème ne se pose pas de la même façon à la femelle, qui doit, en outre, trouver davantage de proies que le mâle quand elle est gestante et quand elle nourrit ses petits.

Une relation étroite avec les campagnols

La densité des hermines est étroitement liée à celle de leurs proies. Les travaux de Sylvain Debrot, dans le Jura suisse à la fin des années 1970, le montrent bien. Dans la vallée de Brévine, vers 1 000 m d'altitude, le nombre d'hermines sur le terrain d'études, mesurant 1 875 hectares, est passé de 50 animaux à seulement 3 en deux ans. En 1977, 6,8 hermines vivantes étaient capturées pour 100 pièges laissés chacun 24 heures (une nuit-piège). En 1979, le chiffre n'était plus que de 0,7 hermine pour 100 nuits-pièges. En fait, en 1975, il y avait eu une prolifération de campagnols terrestres (Arvicola terrestris), qui avait entraîné une augmentation du nombre d'hermines. L'effondrement de la population de campagnols a provoqué la disparition presque complète des hermines.

Ce phénomène était déjà bien connu des piégeurs russes opérant dans les plaines inondables de la Volga et de la Kama. Ils savaient bien, dès les années 1930, prévoir les bonnes années à hermines, simplement au nombre de grands campagnols piégés en juin de l'été précédent.

Quand on étudie les classes d'âge dans les populations d'hermines en perpétuelle dynamique, on remarque également que, en cas de fortes densités, le nombre de jeunes peut atteindre les 2/3 des captures, alors qu'il représente moins du cinquième de l'effectif en temps de pénurie. Le système de reproduction de l'espèce fait que toutes les femelles sont gestantes à la fin de la saison des accouplements, mais, si les proies sont rares, il n'y a pratiquement pas de survivants parmi les jeunes et la population vieillit. Inversement, si les campagnols, ou les lemmings, sont nombreux, toutes les portées seront élevées.

Lapins et hermines

Les hermines qui vivent en Grande-Bretagne sont un peu plus grandes que celles qu'on rencontre en Suisse ou en Russie, et se nourrissent beaucoup de lapins. Or, si l'hermine est présente sur l'île depuis des milliers d'années, le lapin n'est arrivé outre-Manche qu'à l'époque des Normands et il n'est commun que depuis seulement 200 ou 300 ans. Comme la Grande-Bretagne était initialement couverte de forêts, peu propices aux hermines, on peut supposer qu'elles étaient autrefois beaucoup moins nombreuses qu'aujourd'hui. Les lapins ne présentant pas, comme les campagnols, de fluctuations importantes de densité d'une année sur l'autre, il est difficile de savoir quel est le degré de dépendance des hermines vis-à-vis de cette proie. Mais on sait, d'après les carnets de piégeage des gardes de propriétés, que la myxomatose, en décimant les lapins, a eu des conséquences spectaculaires sur les populations d'hermines. En deux ans, de 1953 à 1955, la maladie a éliminé 99 % des lapins du pays ; et, entre 1954 et 1960, les hermines avaient pratiquement disparu. Dans certains cas, les captures annuelles représentaient moins de 1 % des chiffres des années précédant l'arrivée du virus. Depuis 1970, les lapins ont commencé à revenir et les hermines ont suivi. Mais chaque nouvelle flambée de myxomatose reproduit le même phénomène.

Ces deux exemples, hermine/lapin et hermine/grand campagnol, montrent bien que c'est plutôt la densité de la proie qui conditionne celle du prédateur que l'inverse.

Une expérience aux Pays-Bas

Une situation un peu différente a été rapportée par deux scientifiques néerlandais, A. Van Wijngaarden et M. Bruijns, en 1961. Sur l'île de Terschelling, mesurant 110 km et plantée de différentes essences au début de ce siècle, les campagnols (Arvicola terrestris) ont commencé à faire des dégâts aux arbres et aux jardins dès 1920. Pour lutter contre eux, on introduisit, en 1931, neuf hermines et quelques belettes. En peu d'années, les hermines étaient 180. Dès 1937, on observait des fluctuations importantes de populations : les campagnols et les belettes avaient disparu, mais les hermines se maintenaient, en fluctuant, grâce à la population de lapins qui avait bénéficié de la disparition d'un concurrent. Sur une île, les paramètres sont beaucoup plus simples que sur un continent, mais l'expérience qui a été faite et qui a été bien suivie illustre les relations complexes existant dans un écosystème.

Le bout de la queue noir

Les hermines sont de redoutables chasseurs, mais elles n'en ont pas moins leurs propres prédateurs, comme les renards, les buses, les faucons ou les hiboux. En Amérique du Nord, le vison et les lynx sont aussi des prédateurs potentiels ; en Europe, le chat forestier ou le chat haret.

Dans les années 1950-1980, des scientifiques américains, cherchant à démontrer que les populations d'hermines étaient contrôlées par celles des renards et des rapaces, se sont demandé pourquoi les hermines seules, et non les belettes, avaient le bout de la queue noir. Pour répondre à cette question, R. Powell a testé des leurres de la taille des belettes, des hermines et des belettes à longue queue, de la couleur des animaux, avec ou sans noir au bout de la queue ou avec ou sans noir sur le dos. Des buses dressées ont appris à chercher à les attraper.

Les conclusions de ses études sont les suivantes. Le noir de la queue des grandes espèces attire le regard du rapace au point de ne pas toujours lui laisser voir le corps de la proie et il dirige ses serres sur la queue. Or, la mobilité de ses doigts ne lui permet pas de la saisir et l'hermine a une chance de s'en sortir.

Dans le cas de la belette, sa taille est beaucoup trop petite pour que le fait d'avoir l'extrémité de sa petite queue noire la protège. La patte du rapace capture le tout. Une queue plus longue serait probablement difficile à maintenir à la température du corps en plein hiver. Enfin, la belette est suffisamment menue pour se glisser facilement sous terre ou sous la neige, ce qui la met à l'abri de nombreux prédateurs. Finalement, elle a peut-être plus à craindre de l'hermine, qui n'hésitera pas à lui voler son repas si l'occasion s'en présente.

L'hermine et l'homme

« plutôt mourir que de se souiller »

La fourrure de l'hermine, symbole de pureté morale, orne la robe des hauts dignitaires de l'Église, de l'État ou de l'Université. Mais l'animal est, pour certains chasseurs, un dangereux concurrent. Utilisée pour lutter contre les campagnols, elle a aussi commis de sérieux ravages là où les hommes l'ont introduite.

De la Bretagne au manteau du roi

« Il était une fois une hermine tout de blanc vêtue, poursuivie par un renard. Au cours de cette poursuite, les deux ennemis arrivèrent devant un ruisseau boueux. L'hermine avait deux solutions : se faire prendre par le renard ou passer dans le ruisseau et donc salir sa belle robe blanche. Elle choisit la première solution. » Telle est la légende qui explique la devise de la Bretagne : Kentoc'h mervel evit em lousa, « Plutôt mourir que de se souiller. » L'hermine stylisée est représentée sur de nombreux objets, ainsi que sur les armes de familles de la noblesse bretonne.

Symbole de pureté morale, la fourrure blanche de l'hermine orne aussi depuis des siècles les tenues des plus hauts dignitaires, et bien sûr des rois. Pour satisfaire à ces modes, de nombreux pièges sont posés en Scandinavie, en Russie et en Amérique du Nord. Dans les années 1920 et au début des années 1930, l'État de New York fournit, à lui seul, 100 000 peaux d'hermine blanches par an. En 1937, le Canada envoie 50 000 peaux d'hermine en Grande-Bretagne, pour les cérémonies du couronnement de George VI. Pendant la décennie 1970, de 40 000 à 100 000 hermines et belettes à longue queue sont capturées chaque année aux États-Unis et au Canada. Et au Kamtchatka, en Sibérie, de l'hiver 1937-1938 à l'hiver 1963-1964, les captures d'hermines fluctuent entre 4 000 et 12 000 par an. Aujourd'hui, les peaux d'hermine sont moins recherchées, peut-être à cause du minutieux travail que demandent l'assemblage et la préparation de fourrures de si petite taille.

L'hermine en Nouvelle-Zélande

Au début du xixe siècle, l'arrivée en Nouvelle-Zélande des Européens amenant avec eux divers animaux et défrichant les terres a eu des conséquences désastreuses sur la faune locale. Plus de 150 populations différentes d'oiseaux indigènes de l'archipel ont disparu ou sont menacées de disparition. On ne connaît pas les chiffres pour les lézards et les insectes, mais ils sont certainement du même ordre de grandeur, voire pire. Les actions conjuguées de l'homme, du chien, du rat, du cochon ont provoqué l'anéantissement de nombreuses espèces qui n'étaient pas habituées à se méfier d'eux.

L'hermine a, quant à elle, été introduite en Nouvelle-Zélande après 1884, dans le but d'enrayer la pullulation de lapins. Elle commet de nombreux dégâts sur les espèces d'oiseaux qui nichent à terre, surtout dans l'île du Sud ; elle s'attaque, par exemple, aux poussins des kiwis (Apteryx), et dévaste les nids du mohoua (Mohoua ochrocephala). Comme elle peut  nager sur 1 km ou 1,5 km, elle a aussi été capable d'aller s'installer sur des îles proches de la Nouvelle-Zélande.

Aujourd'hui, les oiseaux néo-zélandais qui ont survécu sur la grande île sont ceux qui étaient capables de réagir. Leur dynamique de population diffère de celle des espèces identiques qui vivent sur des îlots côtiers où elles n'ont encore jamais vu ni belette, ni hermine, ni rat, ni chat. Les populations qui côtoient les hermines produisent davantage de jeunes par nichée, commencent à se reproduire plus tôt en saison et pendant plus longtemps. Elles dépensent donc nettement plus d'énergie, mais compensent ainsi les pertes importantes dues à la prédation. Par ailleurs, si certaines populations craignent encore l'hermine, la déforestation et la destruction de leurs habitats sont  aujourd'hui une menace bien plus grave pour elles.