En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Jean-Louis Étienne

Jean-Louis Étienne
Jean-Louis Étienne

Médecin et explorateur français (Vielmur-sur-Agout, Tarn, 1946).

Titulaire d'un C.A.P. d'ajusteur et d'un baccalauréat technique, il entre en 1966 à la faculté de médecine de Toulouse et devient docteur en médecine, diplômé d'études supérieures spécialisées de diététique et de génie alimentaire, diplômé de biologie et de médecine du sport.

En 1974, son service militaire effectué au service médical des affaires maritimes de Marseille lui donne le goût de la mer. Il devient ainsi coéquipier du navigateur Alain Colas pour la traversée de l'Atlantique en 1976, puis d'Éric Tabarly, à bord du Pen Duick VI, dans une course autour du monde en 1977-1978.

À partir des années 1980, il mène de nombreuses expéditions qui contribuent aux recherches sur la physiologie humaine dans des conditions extrêmes, sur l'environnement polaire ou sur la biodiversité. Il se rend notamment au Groenland (1980), dans l'Himalaya (1982, 1983), en Patagonie (1982). En 1986, il est le premier homme à atteindre le pôle Nord géographique à pied et en solitaire, tirant lui-même son traîneau pendant 63 jours. En 1987, il conduit un groupe d'enfants au pôle Nord magnétique. En 1988, il traverse le Groenland du sud au nord. En 1989-1990, co-leader de l'expédition internationale Transantarctica, il réussit en traîneau à chiens la plus longue traversée de l'Antarctique jamais réalisée (7 mois, 6 300 km). En 1991-1992, à bord du voilier polaire Antarctica, il se rend en Patagonie, en Géorgie du Sud et dans l'Antarctique. En 1993-1994, il effectue une autre expédition en Antarctique, sur le volcan Erebus, puis, en 1995-1996, il hiverne au Spitzberg. En 2002, il séjourne plusieurs mois sur la banquise arctique pour en étudier la régression, puis, en 2005, sur l'îlot Clipperton, dans l'océan Pacifique, au large du Mexique, pour établir un inventaire de la biodiversité sur cet atoll. En 2008, alors qu'il prépare une mission scientifique en dirigeable (Total Pole Airship) destinée à mesurer l'épaisseur de la banquise dans l'océan Arctique, il est contraint d'y renoncer après la destruction accidentelle de son aérostat, consécutive à de violentes rafales de vent sur l'aérodrome de Fayence où il était amarré.

En 2010, Jean-Louis Étienne réalise, à 63 ans, la première traversée en solitaire du pôle Nord en ballon. Parti de l’île norvégienne du Spitzberg, l’explorateur a parcouru une distance de 3 130 kilomètres en 5 jours et 1 h 30 min à bord d’une rozière, le Generali Arctic Observer, un aérostat gonflé à l’hélium et à l’air chaud.

En 2007, il a été nommé directeur général de l'Institut océanographique de Monaco.