En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Épictète

Philosophe stoïcien (Hiérapolis, Phrygie, vers 50-Nicopolis, Épire, vers 125 après J.-C.) .

Comme de nombreux penseurs de l’Antiquité, Épictète a privilégié la parole vivante dispensée à des disciples. C’est le principal d’entre eux, Arrien, qui mit son enseignement par écrit afin de le publier et qui transmit ainsi en Occident la pensée de l’un des maîtres du stoïcisme latin, élevé au rang de doctrine morale.

Un ancien esclave affranchi

Originaire d’Asie Mineure, Épictète arrive à Rome comme esclave d’Épaphrodite, lui-même affranchi de l’empereur Néron. Il y entend les leçons du philosophe stoïcien Musonius Rufus, qui le marquent durablement. Une fois lui-même affranchi, il peut ouvrir sa propre école, mais, en 94, il est frappé par la mesure de l’empereur Domitien, qui bannit tous les philosophes de Rome et de l’Italie. Il s’établit alors en Épire, dans la ville grecque de Nicopolis, fondée par l’empereur Auguste pour commémorer sa victoire sur Marc Antoine à Actium (31 avant J.-C.). Dans cette cité portuaire ouverte sur l’Italie, il ouvre une seconde école dont le rayonnement sera important. Le futur historien et haut fonctionnaire romain Flavius Arrien est l’un de ses plus fervents disciples ; il prend alors d’abondantes notes, qui nous sont parvenues sous le nom d’Entretiens (ou Diatribes) et de Manuel (ou Enchiridion).

Les « Entretiens » d'Épictète

Les quatre livres d’Entretiens que nous possédons semblent correspondre à la moitié seulement de ceux qui furent compilés par Arrien. Ils constituent toutefois l’un des textes les plus complets de la littérature stoïcienne, les autres auteurs ne nous étant principalement connus que par des fragments. Le Manuel (« livre que l’on garde en main ») est un recueil des réflexions du maître les plus décisives, élaboré ultérieurement par Arrien.

Les Entretiens n’obéissent pas à une ligne de conduite prédéterminée ; ils sont en cela le reflet de la liberté de parole d’Épictète. Les sujets qu’ils abordent ne relèvent généralement pas de la physique ou de la logique : la technicité philosophique y est supposée plus qu’exposée. Le propos est principalement ascétique et éthique : le titre de Diatribes désigne d’ailleurs un genre littéraire, emprunté au cynisme et consacré à la prédication morale. Par des exhortations parfois véhémentes adressées à un interlocuteur fictif, l’auteur l’invite à se détourner d’une vie déréglée. Le but est ainsi de remémorer au disciple des règles de vie simples ou des questions permettant l’examen critique de soi.

La philosophie comme sagesse

Si l’éthique est dominante dans les Entretiens, elle n’en est pas le seul objet. L’éthique repose sur une physique et une logique conformes au stoïcisme tel qu’il était apparu dans ses premières formes, au iiie s. avant J.-C., soit quatre siècles avant Épictète. La maxime « Supporte et abstiens-toi », par laquelle on résume souvent la philosophie d’Épictète, ne prend tout son sens que si elle est reliée à son fondement cosmologique. La sagesse, en effet, n’est pas seulement affaire de résignation ; elle repose sur une juste compréhension de l’ordre du monde et de la place que l’homme y occupe.

Nature et raison

L’unité du monde est constituée par un principe immanent, une âme du monde, que l’on peut appeler Dieu ou logos. Toutes les parties du monde sont ainsi unies par des liens d’interdépendance vivants et rationnels. Dès lors, il est contraire à la raison et à la nature des choses de se considérer comme extérieur au monde, d’ériger sa propre volonté en principe des choses. « Suivre la nature », commandement stoïcien par excellence, équivaut à « suivre la raison » : la raison n’est pas d’abord une faculté propre à l’homme, elle est le principe ordonnateur de la réalité. La raison de l’homme participe à la raison du monde. L’éthique est donc indissociable de la connaissance : la vérité est la voie du salut.

L’ignorance nous fourvoie en nous empêchant de discerner l’objet juste du désir. Les sceptiques ont raison de dire que ce ne sont pas les faits qui nous affligent, mais nos jugements. Il faut cependant ajouter, contre les sceptiques, que ce sont nos jugements faux qui nous perdent et non pas les jugements en général. Il importe donc de savoir distinguer ce qui dépend de nous (tel le jugement) et ce qui ne dépend pas de nous (tel le corps) pour ajuster notre désir au possible. On ne doit pas seulement supporter les choses qui ne dépendent pas de nous, mais on doit aussi admettre qu’elles participent à la perfection du monde : de la résignation, le vrai sage passe au consentement. Le consentement est l’expression de sa liberté intérieure.

Une immense postérité

Épictète a exercé une forte influence sur Marc Aurèle et sur le néoplatonisme tardif. Ainsi, Simplicius en donne un commentaire au ive s. Les auteurs chrétiens paraphrasent le Manuel dès le ve s. Descartes s’inspire d’Épictète pour formuler la troisième règle de sa « morale par provision » (Discours de la méthode, IIIe partie). Pascal le fait dialoguer avec Montaigne dans son Entretien avec M. de Sacy (1655), sur les « rapports de la philosophie et de la religion ». Au xviiie s., le père jésuite Lorenzo Ricci en rédige un condensé, dans le Livre des vingt-cinq paragraphes, destiné à préparer les intellectuels chinois à accueillir le christianisme.