En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Roger Tsien

Biochimiste américain (New York 1952).

Son intérêt pour la science s'est éveillé très tôt. Durant sa jeunesse, des crises d'asthme l'obligent souvent à rester à la maison et il se livre alors, pendant des heures, à des expériences de chimie dans un laboratoire improvisé. À 16 ans, il remporte le prix Westinghouse des jeunes talents. Boursier au collège Harvard, il y obtient à 20 ans un diplôme de physique et de chimie. Il étudie ensuite à l'université de Cambridge, où il obtient en 1977 un doctorat de physiologie, après avoir mis au point des substances organiques fluorescentes permettant de visualiser aisément, à l'intérieur des cellules, le calcium, élément clé de nombreux processus physiologiques.

Professeur à l'université de Californie, à San Diego, depuis 1989, il se consacre à l'étude des pigments et colorants biologiques. Après avoir contribué à expliquer l'émission lumineuse de la protéine fluorescente verte (ou GFP), extraite d'une méduse, il parvient à mettre au point des protéines émettant des couleurs différentes (bleu, cyan, jaune), élargissant ainsi la palette des biomarqueurs luminescents. Grâce à ces derniers, on peut discerner chaque cellule d'un tissu donné ; leur combinaison permet de suivre in vivo et en temps réel l'expression des gènes. Cette avancée technologique majeure pour la biologie vaut à R. Tsien le prix Nobel de chimie en 2008, qu'il partage avec Osamu Shimomura et Martin Chalfie.

Avec son équipe, il poursuit à présent des recherches visant à mettre au point des molécules capables de transporter des substances anticancéreuses.