En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Bernardino Telesio

Humaniste et philosophe italien (Cosenza, Calabre, 1509-1588).

Après avoir fait ses humanités à Milan et à Rome, il étudia la médecine à Padoue (1527 - 1535) puis fonda à Naples l'Académie de Cosenza (Accademia Cosentina).

Contre ses contemporains aristotéliciens, auxquels il reprochait d'inventer la réalité plutôt que de l'étudier, il soutint une doctrine matérialiste du monde, développant une approche explicative fondée sur l'observation et l'expérience, seules capables de nous permettre de comprendre le monde naturel. Dans son œuvre principale, De natura rerum juxta propria principia (De la nature des choses selon leur propre principe, 1565-1586), Telesio développe la théorie que l'essence de la nature réside en un substrat réceptif, la matière, animée par les deux forces qui agissent sur elle : le chaud et le froid. En chaque particule de matière, ces deux principes agissent de manière à la fois active et passive, si bien qu'en elles la perception engendre une forme de connaissance. Dans un tel cadre platonicien, Telesio développa ainsi le concept d'une nature animée d'une conscience qui la gouverne en vue de sa propre conservation. La nature des âmes des êtres vivants, puisque ceux ci sont constitués de particules matérielles animées par la chaleur, découle des mêmes principes ; l'âme de l'homme elle-même, tout en étant immortelle, n'est pas totalement dépourvue d'une certaine matérialité. De ce naturalisme découle également une éthique : pour Telesio le fondement de la morale est dans le désir de l'être de se conserver soi-même.

Le De natura rerum… figura jusqu'en 1900 à l'Index des livres interdits par l'Église, mais la pensée de Telesio exerça néanmoins une indéniable influence non seulement sur Campanella, Giordano Bruno et Francis Bacon mais même sur la pensée de Descartes et de Hobbes.