En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Audrey Tautou

Actrice française (Beaumont 1976).

Après une enfance dans l’Allier, à Montluçon, elle entame des études de Lettres modernes à Paris tout en suivant une formation d’art dramatique au Cours Florent. À 20 ans, elle fait ses débuts à la télévision, dans un téléfilm de Laurent Heynemann : Cœur de cible. Ses quelques apparitions dans des séries télévisées (les Cordier, juge et flic, 1997 ; Julie Lescaut, 1998) lui valent d’être remarquée par Tonie Marshall, qui lui offre en 1999 de jouer les premiers rôles aux côtés de Nathalie Baye et de Bulle Ogier dans Vénus beauté (Institut). Film phare de la cérémonie des Césars de l’an 2000 (meilleur film, meilleure réalisatrice, meilleur scénario), Vénus beauté (Institut) permet à Audrey Tautou d’obtenir le César du meilleur espoir féminin. Son rôle de jeune esthéticienne, au regard noisette et à la douceur fragile, marque les esprits.

Dès lors, la carrière de l’actrice s’accélère : en 2000, elle apparaît tour à tour dans Voyous voyelles (Serge Meynard), le Libertin (Gabriel Aghion) et le Battement d’ailes du papillon (Laurent Firode). L’année suivante, le Fabuleux Destin d’Amélie Poulain, réalisé par Jean-Pierre Jeunet, la propulse en tête d’affiche, tant et si bien que la jeune comédienne aura du mal par la suite à se défaire – auprès du grand public – de son image de charmante ingénue faussement candide.

La suite de sa filmographie prouve cependant qu’elle diversifie ses compositions : femme de ménage chez Stephen Frears (Dirty Pretty Things, 2002), actrice débutante chez Amos Kollek (Happy End, 2003), elle tourne aussi bien dans une comédie musicale d’une gaieté libre et rayonnante (Pas sur la bouche, Alain Resnais, 2003) que dans une évocation de l’horreur de la guerre des tranchées (Un long dimanche de fiançailles, Jean-Pierre Jeunet, 2004, d’après Sébastien Japrisot) ou un thriller bénéficiant de moyens financiers et promotionnels colossaux (Da Vinci Code, Ron Howard, 2006, d’après le best-seller de Dan Brown, aux côtés de Tom Hanks). Fidèle, malgré une carrière internationale qui se dessine, aux cinéastes français (l’Auberge espagnole, Cédric Klapisch, 2002 ; les Poupées russes, id., 2005 ; Ensemble, c’est tout, Claude Berri, 2007, d’après Anna Gavalda), elle a incarné Gabrielle Chasnel, dite Coco Chanel, dans le thriller sentimental d’Anne Fontaine : Coco avant Chanel (2009).