En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

William Royce Scaggs, dit Boz Scaggs

Guitariste, compositeur et chanteur de rock et de blues américain (1944).

À cinq ans, son copain de maternelle, Steve Miller, lui apprend à jouer de la guitare. Tous deux forment ensuite plusieurs groupes (le Marksmen Combo, les Ardells, les Fabulous Knight Trains, où joue Ben Sidran, futur pianiste et chroniqueur de jazz) fortement influencés par le blues de T. Bone Walker ou Jimmy Reed. En 1967, en pleine vague psychédélique, alors que Boz — après avoir joué dans un groupe de rhythm and blues, les Wigs (les futurs Mother Earth) — s'est installé à Stockholm (premier album solo, Boz, en 1965), Steve Miller lui demande de le rejoindre pour enregistrer à San Francisco un album Children Of The Future, qui, sorti en avril 1968, oscillant entre blues et acid rock, sera un des albums marquants de l'époque. En octobre 1968, l'album Sailor, de la même formation, confirme l'originalité de la démarche. Aidé par Jann Wenner, le fondateur du magazine Rolling Stone, Boz quitte l'année suivante le Steve Miller Band et enregistre un disque de blues, Boz Scaggs, qui, en dépit de l'extraordinaire solo de Duane Allman sur le morceau Loan Me A Dime, se vend très mal. Le succès ne viendra qu'en 1976, avec l'album Silk Degrees et les tubes Lowdown, What Can I Say, Lido Shuffle, parfaits exemples de soul blanche. En 1980, après quelques albums où il ne joue plus guère de guitare, Boz abandonne la musique. Poussé par Donald Fagen, il sort en 1988 Other Roads et surtout, en 1994, Some Change, l'album le plus abouti de sa carrière, merveille d'élégance et de sophistication, promenade apaisée de rock suave en rhythm and blues sensuel. Accompagné de musiciens légendaires de Los Angeles (Jim Keltner, à la batterie, Fred Tackett, ex-Little Feat, à la guitare et Willie Mitchell, au sax), il confirme, avec Come On Home, en 1997 (où il reprend des standards de Jimmy Reed, T-Bone Walker ou Bobby « Blue » Bland) qu'il est une des grandes figures, malheureusement pas reconnue à sa juste valeur, de la musique américaine actuelle.