En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Arvo Pärt

Compositeur estonien (Paide, Estonie, 1935).

De 1958 à 1967, tout en poursuivant ses études au conservatoire de Tallinn, il fut ingénieur du son à la radio estonienne. Si ses premières œuvres (Partita, quatuor à cordes, 1958) se plaçaient dans la tradition de Chostakovitch et de Prokofiev, sa première composition pour orchestre (Necrolog, 1960) marqua le début d'une nouvelle période, placée sous l'influence du dodécaphonisme et de la musique sérielle. Cependant, c'est avec des œuvres chorales qu'il se fit surtout connaître : Meie aed (Notre jardin, cantate pour voix d'enfants, inachevée), l'oratorio Maailma samm (la Marche du monde), primée en 1962 au concours des jeunes compositeurs à Moscou, Solfeggio, chœur a capella (1964).

Sa réputation s'étendit mondialement à partir du milieu des années 1960, avec des grandes œuvres symphoniques, de nouveau marquées par un sérialisme dodécaphonique strict Perpetuum mobile pour orchestre (1963), Diagrammid pour piano, Première Symphonie et Collage sur Bach (1964), Pro et Contra (1966), Credo (1968). Abandonnant le sérialisme, il entreprend à partir du début des années 1970, d'explorer les voies ouvertes par la grande tradition chorale et polyphonique des musiques flamande et française de la fin du Moyen Âge et de la Renaissance. En 1976, Für Alina, pour piano inaugure une nouvelle démarche musicale tournée vers l'intemporalité, d'un minimalisme empreint d'une certaine spiritualité inspirée de la liturgie chrétienne. Parmi une œuvre considérable, aussi bien dans le domaine de la musique chorale que dans celui de la musique instrumentale, orchestrale ou de chambre, on peut aujourd'hui retenir notamment, outre les titres déjà cités :

Musique instrumentale

Cantus in memoriam Benjamin Britten pour orchestre à cordes et cloches (1976), Wenn Bach Bienen gezüchtet hätte pour piano, orchestre à cordes et quintette à vents (1976-1984), Fratres pour cordes et percussions (1977), Tabula rasa concerto pour deux violons (ou un violon et un alto), orchestre à cordes et piano préparé (1977), etc.

Musique chorale

Credo pour piano, chœur et orchestre (1968), Missa Syllabica pour chœur mixte, solistes et orgue (1977-1996), Stabat Mater pour voix et trio à cordes (1985), Miserere pour 5 voix solo, chœur, octuor, percussions et orgue (1989-1992), Berliner Messe pour chœur, solistes et orchestre à cordes (1990), Beatitudines et Salve Regina pour chœur et orchestre (2002).

Musique de chambre

Quintettino pour quintette à vents (1964), Spiegel im Spiegel pour violon et piano (1978), Fratres deuxième version pour violoncelle et piano (1989), troisième version pour octuor à vents et percussions (1990), Summa pour quatuor à cordes (1991), etc.