En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Thomas Pynchon

Écrivain américain (Long Island 1937).

En 1960, il donne avec sa nouvelle Entropy le texte paradigmatique de la postmodernité : si l'égalité du désordre définit le monde contemporain, l'écriture naît inévitablement du blanc d'un espace aléatoire, qui appelle la recomposition romanesque, non plus sous le signe de l'argument univoque, mais dans l'esquisse de réseaux de rencontres, où tout fait signe sans que rien puisse être attesté. V. (1963, prix de la Fondation William Faulkner) inscrit cette fiction incertaine dans la quête double de l'identité et dans l'opposition de l'humain à l'inanimé. San Francisco Cry (1966) adapte l'intrigue policière à une symbolique qui ne suscite pas l'interprétation mais les croisements inopérants des signes. L'Arc-en-ciel de la gravité (Gravity's Rainbow, 1973, National Book Award) inverse la thématique américaine coloniale pour suggérer une vaste ruine, nouvelle version de l'entropie, et une migration vaine qui fait renaître en terre européenne la réalité des Barbares. Le roman se construit sur les résidus thématiques de la tradition américaine, sur le constat de la non-pertinence de son propre développement et sur une manière d'excès par lequel l'écrivain entend encore prêter un pouvoir, parodique, à l'écriture. Thomas Pynchon – qui est également l'auteur de Vente à la criée du lot 49 (The Crying of Lot 49, 1966), Mortality and Mercy in Vienna (1976), l'Homme qui apprenait doucement (Slow Learner, 1984), Vineland (1990), Mason & Dixon (1997), Contre-jour (Against the Day, 2006) – aime à cultiver le mystère autour de sa personne : il n'accorde aucune interview et vit hors de la sphère médiatique.