En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Norman I. Platnick

Arachnologiste américain (Bluefield, Virginie-Occidentale, 1951).

Il envisage d'abord de devenir généticien, mais, durant ses études secondaires, ses promenades à la recherche de mille-pattes dans les forêts de sa région natale, avec celle qui deviendra sa femme, lui font découvrir les araignées, qu'il se met à étudier avec passion. Après des études à l'université d'État du Michigan puis à Harvard, où il obtient son doctorat en 1973, il entame sa carrière au département d'entomologie de l'American Museum of Natural History, comme maître de conférences. De 1974 à 1976, il s'intéresse surtout à la classification des araignées terrestres nord-américaines de la famille des gnaphosides et à des arachnides un peu particuliers, les Ricinulei, alors considérés comme très rares à la surface du globe.

À partir de 1976, il apporte sa contribution à de nombreux journaux spécialisés internationaux. Son étude, écrite en collaboration avec Ray Forster, sur l'araignée australe de la famille des orsolobidés, montre que les espèces les plus proches de la plupart des orsolobidés découverts en grand nombre dans le sud de l'Amérique du Sud sont des espèces vivant en Nouvelle-Zélande et en Australie. Il semble d'ailleurs que cela soit également le cas pour toutes les espèces d'araignées endémiques du Chili. Pour confirmer l'hypothèse que suggérait une telle répartition (les orsolobidés, d'origine très ancienne, auraient occupé le continent primitif, le Gondwana, avant qu'il ne se fracture), Norman Platnick décide d'effectuer des recherches en Afrique du Sud (autre partie du Gondwana primitif) portant sur les espèces de cette famille. Quelques années plus tard, avec Charles Griswold du Smithsonian Institute, il découvre les premières espèces africaines du groupe. Cette découverte accroît l'intérêt que Platnick porte à la biogéographie cladistique (qui étudie les causes de la répartition actuelle des espèces en se fondant sur le degré de parenté des espèces entre elles).

En 1982, Norman Platnick est nommé conservateur au département d'entomologie de l'American Museum. En 1989, il publie un ouvrage dressant l'état des connaissances sur les araignées. Environ un millier de publications sont répertoriées dans cet ouvrage où figurent, grâce à la collaboration de correspondants en Union soviétique et en Chine, de nombreuses communications jusqu'alors inconnues.

Au début des années 1990, Norman Platnick mène deux études sur le terrain, l'une en Nouvelle-Calédonie, pour déterminer la systématique, la phylogénétique et la biogéographie des araignées de cette région ; l'autre, en collaboration avec R.T. Schuh, au Chili et en Argentine, sur la diversité biologique des insectes et des arachnides dans le sud de l'Amérique du Sud. Lorsqu'il n'est pas sur le terrain, Norman Platnick partage son temps entre l'American Museum, les cours qu'il dispense dans diverses universités, Cornell et City University of New York notamment, et les conférences qu'il est invité à donner à travers le monde. Il supervise aussi le World Spider Catalog, catalogue taxonomique et bibliographique en ligne des araignées, commencé en 1986 (http://research.amnh.org/entomology/spiders/catalog/index.html).