En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Henri de Nesmond

Prélat français (Bordeaux 1655-Toulouse 1727).

Prédicateur sans grand talent littéraire, mais bon orateur, il fut évêque de Montauban (c'est sous son épiscopat, en 1691, que fut entrepris le chantier de construction de la nouvelle cathédrale Notre-Dame), archevêque d'Albi (1703), puis de Toulouse.

Il fut parmi les plus intransigeants dans l'application de la politique de répression des protestants voulue par Louis XIV. Dans son Histoire des réfugiés protestants de France depuis la révocation de l'Édit de Nantes (1852), Charles Weiss rapporte la scène suivante, qui se déroula à cette époque : « On voulait faire sentir les dernières rigueurs à ceux qui, selon l'expression de Louvois, "aspiraient à la sotte gloire d'être les derniers à professer une religion qui déplaisait à Sa Majesté". […] Mais nulle part les violences ne furent plus horribles que dans le Midi. À Montauban, l'évêque Nesmond convoqua, chez le maréchal de Boufflers, les barons de Mauzac, de Vicoze, de Montbeton. Tout à coup les laquais de l'hôtel, embusqués derrière la porte, se jettent sur eux à l'improviste, les terrassent, les contraignent à se mettre à genoux ; et, pendant que ces gentilshommes se débattent entre les mains des valets, le prélat fait sur eux le signe de la croix, et leur conversion est censée accomplie. La bourgeoisie, livrée en proie à une soldatesque en délire, est contrainte d'abjurer après un simulacre de délibération publique. »

Henri de Nesmond fut reçu à l'Académie française en 1710.