En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Diallo Thierno Saïdou, dit Tierno Monénembo

Écrivain guinéen d’expression française (Porédaka, près de Dalaba, 1947).

Diallo Thierno Saïdou a 22 ans lorsque, fuyant le régime dictatorial de Sékou Touré, il quitte la Guinée et s’exile au Sénégal puis en Côte d’Ivoire. En 1973, il rejoint la France afin de poursuivre ses études. Devenu docteur ès sciences après avoir soutenu une thèse en biochimie à l’université de Lyon, il enseigne ensuite dans les pays du Maghreb (Maroc, Algérie).

Les Crapauds-brousse (1979), son premier livre paru sous le pseudonyme de Tierno Monénembo, évoquent la corruption qui ronge un pays d’Afrique après l’indépendance. Dès lors Monénembo publie de nombreux romans (les Écailles du ciel, 1986, Grand prix de l’Afrique noire ; Un rêve utile, 1991 ; Un attiéké pour Elgass, 1993 ; Pelourinho, 1995 ; Cinéma, 1997 ; l'Aîné des orphelins, 2000, prix Tropiques), où il est question de la rupture culturelle vécue par les émigrés africains dans la société française, des drames traversés par l’Afrique contemporaine (comme les affrontements ethniques et le génocide au Rwanda) ainsi que de la quête identitaire, éperdue et tragique.

Également dramaturge (la Tribu des gonzesses, 2006), adepte d’une langue foisonnante à la fois corrosive et familière, Monénembo a écrit une épopée des peuples Peuls (Peuls, 2004). Le Roi de Kahel, sa biographie romancée d'Aimé Victor Olivier, vicomte de Sanderval (1840-1919), précurseur de la colonisation de l'Afrique de l'Ouest à la fin du xixe siècle, a obtenu le prix Renaudot en 2008.