En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

John Leslie, dit Wes Montgomery

Guitariste américain de jazz (Indianapolis 1925-Indianapolis 1968).

Après avoir joué de 1948 à 1950 dans l'orchestre de Lionel Hampton, puis dirigé dans sa ville natale une petite formation, il fonde à Chicago en 1959 un groupe, The Mastersounds, avec ses frères Buddy (piano) et Monk (basse). Incomparable bluesman, ayant le sens du swing, il met au point une technique de jeu tout à fait originale (attaque des cordes avec le pouce, sans médiator, jeu d'accords en octave, phrasé souvent linéaire note à note). Il a enregistré : West coast blues, Natural Blue blues (1960), Full House, The trick bag (1962), The Thumps (1966).

Depuis sa « découverte » par Cannonball Adderley, en 1959, jusqu'à sa mort brutale (une attaque cardiaque), on aura vu en Wes Montgomery à la fois « le nouveau Charlie Christian » (ce qui est juste) et « le Coltrane de la guitare » (ce qui paraît excessif). Innovateur serein, il aura, à la suite de Charlie Christian et de Django Reinhardt, élargi les acquis propres à l'instrument, et ouvert de nouvelles voies dans lesquelles se précipiteront les guitaristes des générations montantes.

Autodidacte (c'est à dix-neuf ans qu'il apprit à jouer à l'écoute des enregistrements de Christian, ne sachant toujours pas lire la musique lorsqu'il entra dans le big band de Lionel Hampton, en 1948), il devient cependant en peu de temps un guitariste complet, d'une exceptionnelle mobilité, et dont une des caractéristiques fut de ne pas se servir du médiator, de jouer avec le pouce de la main droite ; d'où cette sonorité douce, au ton chaud et coloré, feutré, entre guitare acoustique et électrique ; autre singularité : une déconcertante habileté à jouer en accords aussi bien qu'en single note ou en octaves. Au cours de savants développements thématiques, il savait donner à chaque note l'intensité souhaitée, à chaque phrase une intention délibérée, dépourvue de virtuosité, aussi bien sur des thèmes hard bop et les standards que sur les ballades dont il exprimait avec pudeur l'essentiel de la mélodie ; il fut également un bluesman incomparable.

Ayant quitté Hampton en 1950, Montgomery joue avec deux de ses frères (les Mastersounds) et enregistre, en trio d'abord, puis avec Tommy Flanagan et les frères Heath, The Incredible Jazz Guitar of Wes Montgomery, qui lui vaudra les récompenses suprêmes. On le retrouve aux côtés de Milt Jackson (Bags Meets Wes), de Johnny Griffin (Full House, enregistrement public en juin 1962)… Il réalise des disques plus commerciaux, où il est accompagné par une section de cordes ou une grande formation.