En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Metrodoros de Chio ou Métrodore de Chio

Philosophe grec ( ?-fin du ve s. avant J.-C.).

Élève de Démocrite, il eut entre autres disciples Diogène, le philosophe Anaxarque et Hippocrate le médecin. Il enseignait l'éternité de l'univers car, disait-il, si l'Univers avait eut un commencement, il aurait été produit de rien, et il le faisait infini par une raison tirée de son éternité, et immobile par une raison tirée de son infinité. De même, il enseignait que l'Univers était peuplé d'une infinité de mondes : « Considérer que la Terre est le seul monde habité est aussi absurde que de penser qu'un champ semé de grains de millet pourrait ne produire qu'un seul épi. »

Il expliquait la succession des jours et des nuits, et les éclipses, par la pluie qui, en tombant sur le Soleil, l'éteignait mais que la raréfaction qui succédait à cette extinction le rallumait bientôt. Il fut l'un des premiers représentants de l'école sceptique. D'après les témoignages de Cicéron (livre IV des Questions académiques) et de Sextus Empiricus (Adversus mathematicos), il niait toute certitude et disait qu'on « ne sait rien, même pas qu'on ne sait rien ».

Athénée (Livre II) cite de lui un ouvrage, Troika (Des affaires de Troie) qui ne nous est pas parvenu.