En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Joan Littlewood

Actrice et metteur en scène de théâtre anglaise (Londres 1914).

Elle fonda, en 1945, le Theatre Workshop, où elle mit en scène des spectacles classiques (Shakespeare) ou modernes (Brecht, Behan, Delaney), dans une perspective souvent politique. Pour elle, le théâtre est avant tout populaire, spontané et libre : l'action doit se faire en pleine liberté sous les yeux des spectateurs qui, par leurs réactions, infléchissent les moments clé du texte. De là un nouveau style d'écriture, un texte dramatique constamment « inachevé », l'obligation pour l'acteur d'improviser et de dégager la composition d'ensemble, en accord avec ce qu'il ressent et ce qu'il est. Marquée par Stanislavski et l'Actors'Studio, Littlewood exige de l'acteur un don total, une communion avec le public qui va diriger ses créations : c'est ainsi que la pièce doit être changeante et « fluide », susceptible, selon les publics et les jours, de s'allonger ou de se raccourcir, d'insister sur telle scène ou sur telle autre, etc. Marquée aussi par Piscator et la conception brechtienne de l'acteur, Littlewood utilise les ruptures de rythme, les écrans de projection et, faisant jouer à ses acteurs plusieurs personnages sans déguisement, souligne le caractère théâtral. Les acteurs, tout en donnant à voir, donnent aussi à penser et à juger : leur virtuosité est aussi une démonstration de lucidité.

Son plus grand succès fut, en 1963, une comédie musicale satirique sur la Première Guerre mondiale, Dieu que la guerre est jolie, qui fut ensuite portée au cinéma.