En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Dominique Lavanant

Actrice française (Morlaix 1944).

Avec sa silhouette de bourgeoise en tailleur Chanel s'offusquant d'un rien, Dominique Lavanant fait partie depuis presque trente ans du paysage de la comédie « à la française ». Cette grande brune énergique n'a jamais rechigné à jouer les faire-valoir d'acteurs plus connus. Bien lui en a pris : après une impressionnante série de seconds rôles comiques, elle s'est imposée en interprétant des personnages plus consistants.

Arrivée à Paris pour obtenir une licence d'anglais, elle change de cap en entrant à l'atelier-Théâtre d'Andréas Voutsinas, puis dans la compagnie Renaud-Barrault, où elle joue les Caprices de Marianne, de Marivaux, tout en se produisant, pour survivre, dans des one-woman-show de cabarets. Après un premier court métrage, elle apparaît dans la Coupe à dix francs (1969), de Philippe Condroyer, un échec, et dans deux films de Joël Séria, les Galettes de Pont-Aven (1975), une comédie érotico-provinciale où elle a Jean-Pierre Marielle pour partenaire, et Marie Poupée (1976), qui exploite la même veine. Perçue avant tout comme une actrice comique, elle enchaîne avec des films aux titres révélateurs : Vous n'aurez pas l'Alsace et la Lorraine (1975), le seul film réalisé par Coluche, les Bronzés (1978), de Patrice Leconte, avec la troupe du Splendid, et Les bronzés font du ski (1979), Courage fuyons (1978), d'Yves Robert, le Coup du parapluie (1980), film médiocre de Gérard Oury, ou encore Inspecteur la bavure (1981), comédie de Claude Zidi, et Papy fait de la résistance (1983), de Jean-Marie Poiré.

Désormais incontournable, Dominique Lavanant tourne avec des réalisateurs consacrés – André Téchiné (Hôtel des Amériques, 1981), Coline Serreau (Trois Hommes et un couffin, 1985), Jean-Luc Godard (Soigne ta droite, 1987), Claude Sautet (Quelques jours avec moi, 1987) ou Roberto Benigni (le Monstre, 1994), grâce auxquels elle interprète parfois des personnages moins caricaturaux. En 1988, elle obtient le César du meilleur second rôle pour Agent trouble (1987), de Jean-Pierre Mocky.

Parallèlement, l'actrice ne cesse de jouer à la télévision, au théâtre, comme dans les Rustres, de Goldoni, mis en scène par Jérôme Savary en 1992, ou encore, en 1993, dans une pièce écrite avec Pierre Palmade, Ma sur est un chic type. Sans oublier sa représentation dans One Woman Show, écrit en collaboration avec Claire Brétecher.