En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Pierre Jonquères d'Oriola

Cavalier français (Corneilla-del-Vercol, Pyrénées-Orientales, 1920-Corneilla-del-Vercol, Pyrénées-Orientales, 2011).

Un cavalier précoce

Pierre Jonquères d'Oriola est le seul cavalier de l'histoire à avoir obtenu deux titres olympiques individuels. Son grand-père maternel fut écuyer du Cadre noir et son père participa à quelques concours internationaux avant la Première Guerre mondiale. Il enfourcha son premier poney, Sans Souci, dès l'âge de trois ans, s'exerçant sur les cinq obstacles de la propriété viticole familiale. S'adonnant à divers sports dans sa jeunesse, il pratiqua notamment l'athlétisme et fut trois-quarts aile de rugby. A seize ans, il battit le record de France de saut en hauteur à cheval. Après s'être engagé au deuxième régiment de hussards, à Tarbes, lors de la Seconde Guerre mondiale, il a intégré l'équipe de France au concours de Genève, en 1946, pour y rester jusqu'à la fin des années 1970.

Double champion olympique

Il fut champion olympique de saut d'obstacles en 1952 aux Jeux d'Helsinki, sur Ali Baba, un cheval militaire. Il renouvela sa victoire en 1964 aux Jeux de Tokyo, où, après avoir été sélectionné tardivement, il obtint, à quarante-quatre ans, l'unique médaille d'or française, le dernier jour des Jeux, avec son petit cheval anglo-normand bai foncé âgé de neuf ans, Lutteur B, grâce à un second tour où il fit le seul sans-faute parmi 46 concurrents. A son retour en France, son exploit fut salué avec un grand retentissement. Il s'adjugea aussi la médaille d'argent dans l'épreuve par équipes lors de ces Jeux. Deux ans après, en 1966, il fut champion du monde de saut d'obstacles, à quarante-six ans, premier Français à enlever ce titre, sur Pomone B, demi-sœur de Lutteur B, propriété des Haras nationaux. Dans son style particulier, rênes courtes et buste porté vers l'avant, il participa à ses cinquièmes jeux Olympiques aux Jeux de Mexico, en 1968, remportant une médaille d'argent par équipes. Ii a obtenu au total plus de 500 victoires. Il était le cousin de l'escrimeur Christian d'Oriola, quadruple champion olympique de fleuret. (→ sport équestre.)