En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Vaughan Frederick Randal Jones

Mathématicien néo-zélandais (Gisborne 1952).

Après une formation initiale en Nouvelle-Zélande, il étudie à Genève, puis devient professeur à l'université de Berkeley. Jones s'intéresse d'abord à des problèmes d'algèbre ; ces travaux culminent en 1984 sous la forme du « théorème de Jones sur l'indice des facteurs ». Le résultat, très technique, serait resté inaperçu si une spécialiste de la classification des nœuds, Joan Birman (université Columbia, à New York), n'avait pas compris le lien avec des techniques standard d'étude de ce type de problèmes. Celui de la classification des nœuds a occupé de nombreux mathématiciens depuis 1860, mais les principes rationnels de classification n'ont été compris que très lentement. Grâce aux travaux de Jones et Birman, et de leurs nombreux successeurs, on dispose aujourd'hui de nouveaux outils très efficaces. Ainsi, en établissant une relation particulière entre les « algèbres de von Neumann » et la géométrie algébrique, Jones a découvert un nouvel invariant polynomial qui permet d'identifier ou de distinguer des nœuds en trois dimensions. Des liens avec la mécanique statistique, et d'autres domaines de la physique théorique, se sont développés ; des applications à la classification des molécules biologiques (telle celle de l'ADN) font partie des retombées inattendues d'un résultat abscons d'algèbre.

En 1990, Jones a reçu la médaille Fields, lors du Congrès mondial des mathématiciens à Kyoto.