En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Jacques Higelin

Auteur-compositeur et chanteur français (Brou-sur-Chantereine, Seine-et-Marne, 1940).

Poussé par son père vers le monde du spectacle, Jacques Higelin fait du cinéma, du théâtre, et, à son retour de la guerre d’Algérie (dont il témoignera dans Lettres d'amour d'un soldat de vingt ans, 1987), plus précisément du café-théâtre. Dès 1965, cependant, s’affirme sa vocation de chanteur, proche du Paris rive gauche, et, en 1971, paraît son album culte, Jacques « Crabouif » Higelin, contenant I Love The Queen, Tiens, j'ai dit tiens et Je suis mort qui, qui dit mieux, qui sont des tubes underground. Trois ans plus tard, BBH 75 impose la fusion de la chanson française et du rock dont les standards sont alors Paris-New York, New York-Paris, Cigarette, Mona Lisa Klaxon, Est-ce que ma guitare est un fusil ? Puis, en 1975, l’album Irradié est enregistré avec le guitariste Louis Bertignac, le futur membre de Téléphone.

Higelin n’aime pas la routine. Les thèmes qu’il aborde et les formes musicales qu’il adopte changent d'un titre à l'autre. Les albums Alertez les bébés (1976), No man’s land (1978), Champagne pour tout le monde, Caviar pour les autres (1979) l’installent dans un registre « chanson de qualité » reconnu de tous, avec des titres comme Géant Jones, la Rousse au chocolat, Je veux cette fille, Banlieue boogie blues, L… comme beauté, Champagne, l’Attentat à la pudeur. Dans les shows et les tournées qui s’enchaînent, il se dépense avec une générosité sans calcul. Plus inégal dans les années 1980, il revient à une certaine concision dans Tombé du ciel (1988) puis dans Illicite (1991). Poète intégral, il est sans conteste le digne fils spirituel de Charles Trenet, auquel il exprime sa dévotion. Devenu lui-même un exemple pour la nouvelle vague du rock d'expression française et pour plusieurs générations de chanteurs, il peaufine encore son image dans Aux héros de la voltige (1994), Paradis païen (1998) et Amor Doloroso (2006).

Le fils d’Higelin, dit Arthur H. (né en 1966), fait aussi une carrière de chanteur, en conservant de son père une certaine forme de « loufoquerie » poétique. Quant à sa fille Izïa, elle adopte un ton nettement plus rock.