En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

William John Clifton Haley, dit Bill Haley

Guitariste, chanteur et chef d'orchestre de rock américain (Highland Park, Michigan, 1925-Harlingen, Texas, 1981).

C'est à treize ans et avec la bénédiction de parents musiciens que Bill Haley construit sa première guitare. Petit à petit, ses compositions country et western servies par sa voix mi parlée mi chantée lui permettent de sortir un premier single, à dix-huit ans, et de tourner dans les bars du Middle West. Alors qu'il travaille dans une station de radio de Pennsylvanie, il remarque que la musique noire remporte du succès auprès des jeunes Blancs. Lassés des big bands, ceux-ci préfèrent danser frénétiquement sur des rythmes plus énergiques. En 1951, avec son groupe The Saddlemen, il signe des reprises country pour le label Essex (Rocket 88, Rock The Joint) puis délaisse progressivement ce style pour se consacrer à un rhythm and blues franchement électrique, Crazy, Man, Crazy, première référence rock, est № 15 dans le Billboard en 1953. Ses musiciens sont rebaptisés les Comets (entité peu perturbée par d'innombrables changements de personnel). En 1954, il rejoint le label Decca pour son véritable premier hit, une reprise de Shake, Rattle & Roll qui atteint la 12e place des charts et se vend à un million d'exemplaires.

Rock Around The Globe. Quelques mois plus tard, il réenregistre une version du Rock Around The Clock de Sunny Dae (déjà en face B d'un 45 tours de Haley), qui devient un succès extraordinaire grâce au film Blackboard Jungle (Graine de violence). On dénombre aujourd'hui 160 versions en 35 langues de ce hit planétaire vendu à 22 millions d'exemplaires. Lors de sa sortie en salle, le film Rock Around The Clock déclenche de véritables émeutes. Très populaire, Bill Haley continue jusqu'en 1958 à aligner 9 singles dans le Top 40 (See You Later Alligator, Rock A Beatin'Boogie, Razzle Dazzle, Rip It Up ou Skinnie Minnie, par exemple).

Ce personnage hypersensible, alcoolique notoire, gentiment bedonnant, la mèche en accroche-cœur toujours sur le front, est le premier à articuler le rhythm and blues et la country autour d'un rythme régulier. Celui qui passe pour l'inventeur du rock and roll balise alors le chemin pour un Elvis Presley qui ne va pas tarder à l'éclipser. À partir de 1958, Bill Haley et ses Comets passent quelques années en demi-teinte, malgré sa popularité intacte en Allemagne et en Angleterre où il a toujours été l'objet d'une adulation sans failles et où il se produit jusqu'en 1974. Il lui faudra attendre le Richard Nader Show pour recouvrer sa popularité aux États-Unis. Elvis Presley affolait les dames, Chuck Berry était créatif, mais Bill Haley avait tout inventé. Avec 60 millions de disques vendus (juste derrière Elvis), il demeure pour toujours un des personnages les plus importants du rock.