En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Pierre Gourou

Géographe français (Tunis 1900-Bruxelles 1999).

Pierre Gourou enseigne au lycée de Tunis et ensuite au lycée puis à l'Université de Hanoï (Indochine), ce qui lui permet de préparer sa thèse sur Les Paysans du delta tonkinois, qu'il soutient en 1936. Il est alors nommé à l'Université libre de Bruxelles. Il enseigne ensuite à l'Université de Montpellier (1940) puis de Bordeaux (1942). Il participe à la Résistance : il est vice-président du Comité de libération du département de la Gironde. Après la guerre, il reprend son poste à Bruxelles et devient aussi professeur au Collège de France (1947).

De la géographie coloniale à la géographie tropicale

S'intéressant surtout aux régions rurales, Pierre Gourou étend d'abord la réflexion entamée dans sa thèse à l'Asie (La Terre et l'Homme en Extrême-Orient, 1940 ; L'Asie, 1953) puis à toute la zone tropicale humide. Il renouvelle la « géographie coloniale » qui, sous son égide, devient « géographie tropicale ». Après avoir écrit Les Pays Tropicaux (1947), il est titulaire d'une chaire d'étude du monde tropical au Collège de France (ses Leçons de géographie tropicale sont publiées en 1971). Il étudie d'abord les densités de population dans les campagnes puis les « techniques d'encadrement des hommes », les « techniques de production » et les « techniques de l'organisation de l'espace » ; selon lui, « les paysages sont des aménagements voulus par les civilisations ». Il revient au monde tropical dans Terres de bonne espérance (1982).

Une approche socio-culturelle des grandes aires de civilisations

Pierre Gourou se livre aussi à des études à l'échelle des continents (L'Afrique, 1970 ; L'Asie, 1971, L'Amérique tropicale et australe, 1976) et apporte une réflexion sur l'ensemble de la discipline dans Pour une géographie humaine (1973) où il privilégie une approche culturelle qui rejoint les conceptions de l'espace et du temps de Fernand Braudel. Toujours passionné par les questions de civilisation (Riz et Civilisation, 1984), il s'inquiète enfin des problèmes alimentaires, notamment en Afrique (L'Afrique tropicale, nain ou géant agricole, 1991).