En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Girolamo Frascatoro

Médecin, mathématicien et botaniste italien (Vérone vers 1478-Vérone 1553).

Issu d'une ancienne famille véronaise enrichie dans le service de l'État, il fit des études de philosophie et de mathématiques à l'université de Padoue, où il eut notamment Pietro Pomponazzi comme professeur et où il fut reçu docteur en 1502. Il y enseigna ensuite la logique et l'anatomie jusqu'en 1508 avant de revenir à Vérone où il se consacra à l'exercice de la médecine et à la gestion des vastes domaines qu'il avait hérités.Il se distingua dans les sciences les plus diverses (astronomie, médecine, botanique, etc.) et s'intéressa également à la musique et à la poésie : il entretint une correspondance avec l'Arioste et fit partie, avec le cardinal humaniste Pietro Bembo, des hellénistes de la Nea Akademia (Académie nouvelle, ou Académie aldine) fondée en 1500 par Alde Manuce.Sa renommée repose cependant aujourd'hui essentiellement sur son poème en hexamètres latins, Syphilis sive de morbo gallico (1530), dans lequel il traite de l'origine et du traitement de la syphilis (c'est à lui qu'on doit le nom de cette maladie), dont il décrit le caractère contagieux. Un des intérêts de cet ouvrage réside notamment dans certains passages relatifs à la découverte de l'Amérique par Christophe Colomb, dans lesquels Frascatoro rejette la théorie, déjà répandue à l'époque, selon laquelle la syphilis aurait été rapportée à cette occasion du Nouveau Monde (dans lequel il suggère de voir l'Atlantide de Platon).Développant et systématisant les hypothèses déjà formulées en 1538 (Dies critici vel De dierum criticorum causis) sur l'origine et les voies de transmission de cette maladie (théorie des miasmes, ou « seminaria morbis »), mais aussi sur les liens entre la famine, la guerre et les épidémies, son traité sur les maladies contagieuses, De contagione et contagiosis morbis et curatione (1546), peut être considéré comme l'ouvrage fondateur de l'épidémiologie moderne ; Frascatoro y donne notamment la première description du typhus exanthématique. Désigné en 1545 par le pape Paul III comme médecin officiel du concile de Trente (medicus conductus et stipendiatus), Frascatoro recommanda instamment que les pères conciliaires quittassent la ville, où sévissait alors une épidémie ; suivant ses instructions, le concile se transporta alors à Bologne où se tinrent les 9e et 10e sessions.

Parmi ses autres ouvrages, témoins de la diversité de ses travaux, il faut encore citer Homocentricum (1538), dans lequel il propose comme alternative au système cosmologique de Ptolémée de revenir au système des sphères homocentriques (on peut signaler à ce sujet qu'il eut probablement l'occasion de s'entretenir de ces problèmes avec Copernic alors qu'il enseignait à Padoue), et Naugerius sive de Poetica (publié en 1555), dans lequel il se fait le défenseur de l'autonomie de l'art.