En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Dost Mohammad

( ? 1789-Harat 1863), émir de Kaboul (1834-1863).

Fondateur de la dynastie Barakzain, il étendit sa souveraineté sur une grande partie de l'Afghanistan.

Né le vingtième fils du vizir Payindah Khan, il montra un caractère impétueux et une bravoure qui lui valurent de recevoir très tôt le surnom de « Jeune Loup » ; durant sa jeunesse, il fut le témoin du déclin de la dynastie Sadozai et de l'émiettement de l'empire afghan en petites principautés rivales. En 1826, après plusieurs combats victorieux, il parvint à se rendre maître de la principauté de Kaboul, et, en 1834, il prit le titre d'émir.

Après la prise de Peshawar (aujourd'hui au Pakistan) par Ranjit Singh, le souverain sikh du Pendjab, Dost Mohammad rechercha l'appui des Britanniques. De leur côté, ces derniers, inquiets devant l'activité des Russes en Asie centrale, cherchaient à placer un allié docile sur le trône de Kaboul. Quand ils apprirent que Dost Mohammad avait reçu un émissaire russe, les Britanniques rappelèrent la mission qu'ils avaient envoyée à Kaboul et se servirent du prétexte de cet incident pour envahir l'Afghanistan, déclenchant ainsi la première guerre afghane (1839-1842). Dost Mohammad, chassé de Kaboul en 1840, se rendit aux Britanniques qui l'exilèrent en Inde.

En 1843, après l'assassinat de Shah Shoja, qu'ils avaient porté au pouvoir à Kaboul, les Britanniques se retirèrent de l'Afghanistan, et Dost Mohammad put récupérer son trône. Il s'allia aux Sikhs dans la guerre anglo-sikh (1848-1849) mais échoua à reprendre Peshawar. En 1855, puis en 1857, il conclut néanmoins avec les Britanniques des traités qui lui laissèrent le champ libre pour étendre sa domination sur la région de Kandahar (1855), puis sur les principautés ouzbeks au sud de l'Amou Daria (1850-1859) et enfin sur la province de Harat (1863). Cette unification du territoire afghan sous son autorité et les réformes qu'il imposa furent à l'origine de l'Afghanistan moderne.