En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Jacques Desrayaud, dit Jacques Deray

Réalisateur de cinéma français (Lyon 1929-Boulogne-Billancourt 2003).

Après avoir envisagé une carrière de comédien, Deray fit à partir de 1953 ses débuts derrière la caméra comme assistant-réalisateur, notamment pour Gilles Grangier et Jules Dassin. Réalisé en 1960, son premier film, le Gigolo, est une comédie sentimentale en marge de la Nouvelle Vague réunissant Jean-Claude Brialy et Alida Valli. Mais c'est dans le film noir, polar à la française ou film d'espionnage que Deray trouva son genre de prédilection : son deuxième long métrage, du Rififi à Tokyo (1961), histoire de la préparation de l'attaque d'une banque, fut remarqué par la critique pour la rigueur de son style, sans toutefois connaître les faveurs du public. Cependant, Deray put dès cette période s'entourer d'acteurs comme Charles Vanel (Symphonie pour un massacre, 1963), Jean-Paul Belmondo (Par un beau matin d'été, 1965) ou Lino Ventura (Avec la peau des autres, 1966).

La Piscine, en 1968, fut son premier grand succès commercial. Le film réunit Romy Schneider et Alain Delon, qui inaugurait une longue collaboration avec le réalisateur. Celle-ci se poursuivit avec de grands films populaires : Borsalino (1969), film célèbre pour le tandem avec Belmondo, Doucement les basses ! (1970), Flic Story (1975), le Gang (1976), Trois hommes à abattre (1980), Un crime (1992), l'Ours en peluche (1993).

Mais au delà de ces films populaires tournés avec les vedettes du cinéma français et marqués par l'influence des producteurs, Deray parvint à manifester des choix de mise en scène plus personnels, par exemple dans Un peu de soleil dans l'eau froide (1971), ou Un papillon sur l'épaule (1977), où il excelle dans la direction d'acteurs et le déroulé de la narration.

Amoureux du cinéma américain, il avait également tourné à Hollywood Un homme est mort (1972), avec Jean-Louis Trintignant.