En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Louis Delgrès

Chef militaire français (Saint-Pierre, Martinique, 1766-Matouba, Guadeloupe, 1802), figure emblématique de la lutte contre l'esclavage.

Les origines et les débuts de Louis Delgrès sont mal connus. On sait toutefois qu'en 1793, il se combattit en Martinique au côté du gouverneur républicain Rochambeau, qu'en 1794, après la conquête de l'île par les Anglais, il fut fait prisonnier et déporté en Grande-Bretagne et qu'à sa libération, promu lieutenant, il s'engagea dans le bataillon des Antilles à Brest, qui, en 1795, fut dirigé sur la Guadeloupe et Sainte-Lucie.

Sa bravoure, lors des combats menés contre les Anglais, lui valut d'être promu capitaine ; à ce titre, il fut placé à la tête d'un détachement de troupes envoyées sur l'île Saint-Vincent pour y soutenir une révolte des esclaves noirs contre les Anglais ; de nouveau fait prisonnier en 1796 et déporté en Angleterre, il fut libéré l'année suivante. Promu chef de bataillon, il repartit en 1799 pour la Guadeloupe, qui connaissait alors une période de troubles. En 1802, Napoléon envoya le général Richepance rétablir l'ordre dans l'île, où Magloire Pélage, un métis martiniquais, avait constitué un conseil provisoire. Ses troupes se rendirent mais Delgrès, qui avait rejoint l'insurrection, et pressentant que Richepance avait mission de rétablir l'esclavage, poursuivit le combat. Sa fin fut héroïque et tragique : le 28 mai 1802, plutôt que de se soumettre et de tomber à nouveau dans la servitude, Delgrès et ses 300 compagnons, réfugiés sur les hauteurs de Matouba, préfèrèrent se donner la mort en faisant exploser la poudrière. Le 16 juillet de la même année, l'esclavage fut rétabli par Napoléon.