En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Robert Cray

Guitariste et compositeur de blues américain (Colombus, Géorgie, 1953).

Fils d'un militaire de carrière longtemps basé en Allemagne, Robert Cray ne découvre le blues qu'à travers les disques de Paul Butterfield et de Fleetwood Mac avant de s'apercevoir, une fois rentré en Amérique et vivant à Seattle, que le blues provenait d'une grande tradition noire ! Il forme un orchestre de rock-blues à l'université en compagnie du bassiste Richard Cousins et est remarqué par l'acteur John Belushi, qui tourne alors dans l'Oregon. C'est grâce à Belushi que Cray enregistre son premier album, l'excellent Who's Been Talking ?, qui passe totalement inaperçu en 1978. Il lui faudra attendre quelques années pour enregistrer à nouveau et connaître, en 1983, un important succès avec Bad Influence, dont certains morceaux seront repris par Albert Collins et Eric Clapton. Robert Cray a peaufiné son style : il marie ses influences premières (Peter Green notamment) avec celle d'Albert Collins, rencontré lors d'un concert à l'université, et le style vocal d'Otis Redding et de Sam Cooke.

Une ambition pour le blues. Le but qu'il affiche consiste, en le modernisant, à rendre le blues à nouveau populaire. Son succès le met plus ou moins en position de chef d'école. Il ouvre ainsi la voie à d'innombrables émules et imitateurs (Joe Louis Walker, Lucky Peterson, Sherman Robertson…) du courant dit « contemporary blues ». Les albums suivants continuent, avec moins de verve, dans cette ligne mais placent Cray parmi les meilleurs vendeurs de l'histoire du blues (Strong Persuader, en 1986, et Don't Be Afraid Of The Dark, en 1988). Les efforts de Cray ne lui attirent pourtant guère les faveurs du public noir mais le positionnent parmi les chaînes câblées et le rock FM, où son style de guitare, fluide et moelleux, évoquant Mark Knopfler, plaît beaucoup. Cela lui permet de jouer à Londres derrière Eric Clapton, en 1993.