En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Alpha Condé

Alpha Condé, ONU, 2011
Alpha Condé, ONU, 2011

Homme d'État guinéen (Boké 1938).

Issu d’une famille aisée d’ethnie malinké, diplômé en droit à Paris, il milite, dès ses années d’étudiant puis d’enseignant, contre la dictature instaurée par Sékou Touré en 1958, fondant avec d’autres exilés le Mouvement national démocratique. Cet activisme lui vaut une condamnation à mort par contumace en 1970, ce qui le contraint à rester à l’extérieur de son pays. À la mort de S. Touré en 1984, le régime militaire de Lansana Conté n’offre aucune alternative jusqu’à ce que le chef de l’État consente à une ouverture démocratique au début des années 1990 et invite les opposants en exil à regagner leur pays pour y participer. De retour en Guinée en 1991, Alpha Condé participe ainsi, en 1993, à la première élection multipartite à la tête du Rassemblement du peuple de Guinée, mais n’obtient qu’environ 19 % des voix alors que le président sortant est reconduit dans ses fonctions. Ce scénario se répète lors des élections de 1998, organisées dans un climat d’intimidation et marqué par de multiples fraudes ainsi que par la manipulation des divisions ethniques. Arrêté deux jours après ce scrutin, incarcéré sans procès malgré son immunité parlementaire, puis condamné à cinq ans d’emprisonnement pour atteinte à la sûreté de l’État, il est gracié et libéré en mai 2001 à la suite de pressions internationales. Après l’élection de 2003 (boycottée par l’opposition) qui permet à L. Conté d’être reconduit pour un troisième mandat, et un nouvel exil en France, A. Condé reprend son activité d’opposant en 2005, alors que la situation politique et économique du pays s’est profondément détériorée. Après la mort de L. Conté en décembre 2008, suivie de l’expérience chaotique menée par la junte militaire de Dadis Camara puis de la transition démocratique imposée par le général Konaté, il est finalement élu à la présidence de la République au second tour des premières élections véritablement libres depuis l’indépendance de la Guinée (novembre 2010), mais dans un contexte politique qui reste très tendu.

Pour en savoir plus, voir l'article Guinée.