En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Gaspard Ier de Coligny

dit le maréchal de Châtillon

Daniel Dumonstier, les Frères Coligny, tous trois acquis à la Réforme
Daniel Dumonstier, les Frères Coligny, tous trois acquis à la Réforme

(Châtillon-sur-Loing vers 1470-Dax 1522).

Après avoir participé aux guerres d'Italie, il fut promu maréchal de France (1516) par François Ier.

Son fils Odet, dit le cardinal de Châtillon (Châtillon-sur-Loing 1517-Canterbury 1571), fut cardinal (1533) et évêque de Beauvais (1535). Membre du Conseil privé, il participe au colloque de Poissy (1561). Après avoir abjuré le catholicisme (1562), il rallie Condé puis les huguenots en Languedoc (1563). Privé de ses charges (1562) et dépossédé de son évêché (1563), il se réfugie en Angleterre. Il avait épousé en 1564 Élisabeth de Hauteville.

Gaspard II, dit l'amiral de Coligny (Châtillon-sur-Loing 1519-Paris 1572), frère du précédent. Attaché au service de Henri II, il connaît une ascension rapide : colonel général de l'infanterie en 1547, gouverneur de Paris et de l'Île de France en 1551, il devient amiral de France en 1552. Gouverneur de Picardie (1555), il défend Saint-Quentin, assiégé par les Espagnols, qui le font prisonnier en 1557. Converti au calvinisme après sa libération (1559), il devient le chef incontesté du parti protestant en 1561 et se rallie à la politique de conciliation de Catherine de Médicis. Membre du Conseil privé, il prépare avec la régente le colloque de Poissy (1561) et obtient la liberté de culte pour les protestants par l'édit de janvier 1562. En avril 1562, lorsque s'ouvre la première guerre de Religion, il rejoint à Orléans l'armée protestante rassemblée par Condé. Il prend part aux batailles de Dreux (1562) et de Saint-Denis (1567). Devenu général en chef après la mort de Condé à Jarnac (1569), il parvient à reconstituer en Languedoc l'armée protestante après la défaite de Moncontour (1569). Vainqueur à Arnay-le-Duc (1570), il est rappelé à la cour après l'édit de Saint-Germain (1570). Appelé au Conseil privé par Charles IX (1571), il entraîne ce dernier dans une guerre aux Pays-Bas contre l'Espagne, afin de réconcilier catholiques et protestants. Mais il se heurte à l'opposition de Catherine de Médicis qui décide de l'éliminer. Blessé à Maurevert lors d'un attentat le 22 août 1572, il est tué le 24 août : son assassinat marque le début de la Saint-Barthélemy.

François, seigneur d'Andelot (Châtillon-sur-Loing 1521-Saintes 1569), frère du précédent. Converti au calvinisme (1558), il fut l'un des principaux chefs du parti protestant pendant les trois premières guerres de Religion. Colonel général de l'infanterie (1556), il prit part aux batailles de Dreux (1562), de Saint-Denis (1567) et de Jarnac (1569).

Louise (Châtillon-sur-Loing 1555-Fontainebleau 1620), fille de l'amiral de Colign. Elle épousa en secondes noces (1583) Guillaume Ier d'Orange-Nassau, qui la laissa veuve en 1584. Elle contribua à la signature de la trêve des Douze Ans (1609) entre les Provinces-Unies et l'Espagne.

Pour en savoir plus, voir l'article guerres de Religion.